Dernières nouvelles des missions PSDC de maintien de la paix de l’UE (août 2019)

(B2) A Pristina, la numérisation des anciens dossiers criminels est en bonne voie. La police somalienne reçoit un équipement de formation. En Afrique, les formations continuent : sûreté aérienne au Mali, maintien de l’ordre au Niger

Pristina (Kosovo). La numérisation des vieux dossiers criminels a été accélérée avec le soutien de la mission EULEX Kosovo. Pus de 170.000 personnes condamnés et plus de 207.000 incriminations pénales sont déjà enregistrées dans le nouveau fichier. Avantage : les juges et procureurs ainsi plus facilement retrouver toutes les données. video

Odessa (Ukraine). La mission européenne EUAM Ukraine (assistance aux forces de sécurité intérieure) a mené sa première formation ‘scène de crime’ dans la région d’Odessa pour les enquêteurs, inspecteurs criminels et patrouille de police de Podilsk. Informations

Rajlovac (Bosnie-Herzégovine). La général Reinhard Trischak commandant l’opération de stabilisation EUFOR Althea, a visité Rajlovac le 14 août, et a été briefé par le ministre de la Défense et les forces armées de Bosnie-Herzégovine des progrès faits par le pays dans le marquage, l’enregistrement et la gestion des armes. Autres informations.

Salalah (Oman). L’équipage de la frégate italienne ITS Marceglia s’est entraîné avec les forces de la marine d’Oman dans différents exercices de ‘Capacity Building’. Tandis que le contre-amiral Armando Paolo Simi, commandant de la force d’Atalanta, discutait avec les autorités à Salalah.

Operation ATALANTA Force Commander Meets with Omani Authorities

Djibouti. Le détachement aérien espagnol au sein EUNAVFOR Atalanta a célébré fin juillet sa 1500e mission de surveillance maritime avec un P3M Orion au large des côtes somaliennes, en même temps que la 66e rotation du détachement de surveillance maritime au sein de l’opération anti-piraterie de l’UE. Autres informations

(crédit : EUNAVFOR Atalanta)

SHIP IN A BOX – a new training facility for SPF Maritime Police Unit

(Mali). Dix officiers de l’armée de l’air malienne ont participé à un stage formation au commandement et à la conduite des opérations aériennes (CCOA). Leur diplôme de fin de cours a été remis le 19 août.

(crédit : EUTM Mali)

(crédit : EUTM RCA)

Formation au maintien de l’ordre par les Carabinieri (crédit : MOD Italie)

(NGV)

Mis à jour début septembre avec l’info Oman – EUNAVFOR Atalanta. Complété le 22 septembre avec les photos manquantes.

Dernières nouvelles des missions de maintien de la paix de l’UE – PSDC (mars 2019)

(B2) En Bosnie-Herzégovine, un Portugais rejoint EUFOR Althea. Dans la Corne de l’Afrique, on renforce les capacités en informatique et enquête judiciaire. En Ukraine, c’est la lutte contre le crime organisé qui préoccupe. Et la formation des FACA se poursuit en Centrafrique

Camp Butmir. Un Portugais en Bosnie-Herzégovine

Un gendarme portugais a rejoint les rangs de l’opération de stabilisation de l’UE EUFOR Althea. Le nombre de pays contributeurs de troupes passe ainsi à un total de 20, dont 15 États-membres de l’UE. La cérémonie de levée de drapeau a eu lieu le 27 mars, en présence du Chef de Mission, le Général-Major Martin Dorfer et du chef d’état-major du QG de l’OTAN à Sarajevo (NHQSa), le colonel hongrois Tibor Papp.

(crédits: EUFOR Althea)

Garowe (Somalie). L’informatique, un allié nécessaire

Une formation en informatique et technologie a été dispensée à 20 officiers du Département d’enquête criminelle de la police du Puntland avec le soutien d’EUCAP Somalia. L’objectif est de former la police à collecter et stocker les informations sur les activités criminelles au Puntland, afin de mieux pouvoir les utiliser et les partager avec les agences chargées de faire appliquer la loi. Le cours s’est déroulé du 2 au 11 mars.

(crédits: EUCAP Somalia)

Golfe d’Aden. Exercice ‘Passex’ avec les Japonais

Le destroyer japonais Samidare, et la frégate espagnole Navarra (F-85) ont effectué fin mars 2019 un exercice, désormais classique, de communication (dit Passex). Les commandants des forces en présence ont profité de l’occasion pour discuter des opérations en cours (boire un verre) et échanger des informations sur la sécurité maritime, indique l’opération. Le dernier ‘Passex’ avec la marine japonaise date du 20 décembre 2018.

(crédits: EUNAVFOR Atalanta)

Seychelles. L’opération Atalanta en soutien des capacités d’enquête judiciaire

Des stagiaires seychellois des agences judiciaire et de police ont participé à un programme de développement des capacités d’enquête judiciaire du 18 au 20 mars. Co-organisé par l’opération anti-piraterie de l’UE (EUNAVFOR Atalanta) et l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), la formation s’est centrée sur les procédures légales, notamment l’arrestation et la condamnation de pirates.

(crédits: EUNAVFOR Atalanta)

Irak. Le nonce apostolique d’Irak à la mission EUAM Irak

Les enjeux auxquels est confrontée la minorité chrétienne d’Irak ont été au cœur des discussions entre le chef de mission d’EUAM Irak, Markus Ritter, et le Nonce apostolique d’Irak, Alberto Ortega Martin, le 28 mars dernier. La population chrétienne d’Irak est passée de 1,5 million en 2003 à quelque 300.000 aujourd’hui.

(crédits: EUAM Iraq)

La Haye et Talinn. Les procureurs ukrainiens en formation

Des procureurs ukrainiens ont effectué deux voyages d’étude à La Haye (Pays-Bas) et à Talinn (Estonie), afin de se former sur les meilleurs pratiques en matière de coopération transfrontalière dans la lutte contre le crime organisé. L’occasion de se mettre à jour sur le fonctionnement des agences européennes Europol et Eurojust comme du Réseau judiciaire européen.

(crédits: EUAM Ukraine)

Ukraine. Première série de formation pour le Bureau d’enquêtes national

Un groupe détaché du Bureau d’enquêtes national ukrainien a assisté à une série de quatre formations dispensées par EUAM Ukraine entre le 10 et le 15 mars. Les meilleurs pratiques européennes en termes d’enquêtes sur les crimes graves, de mécanismes d’échange d’information au travers d’Interpol et d’Europol, ainsi que le crime électronique, étaient au cœur des discussions.

(crédits: EUAM Ukraine)

Zhytomyr (Ukraine). Mafia : EUAM Ukraine passe à l’attaque

14 enquêteurs de la police et 14 procureurs de la région de Zhytomyr ont été formés par la mission de conseil de l’UE pour les forces de sécurité intérieure (EUAM Ukraine) à la lutte contre le crime organisé, au début du mois de mars. La formation s’est centrée sur les concepts d’action policière, en particulier le renseignement, les enquêtes financières, la coopération légale internationale, l’évaluation de la performance des procureurs, et les difficultés rencontrées lors d’enquêtes sur le crime organisé. Cette formation fait suite à un cours de coopération trilatérale dispensé conjointement à la police, aux garde-frontières et aux services de douanes, dans le but d’augmenter la coopération entre les trois services.

(crédits: EUAM Ukraine)

Bangui (RCA). La formation du bataillon d’infanterie territoriale se poursuit

Le bataillon d’infanterie territorial 4 des forces armées centrafricaines (FACA) poursuit sa formation. Dans le courant du mois de mars, les formateurs d’EUTM RCA ont dispensé des formations sur l’installation et le maintien d’un poste de contrôle, le tir à l’arme fétiche, l’AK-47, le montage et démontage d’une mitrailleuse de type Browning, l’assemblage des pièces du mortier, ou encore le combat tactique.

(crédits: EUTM RCA)

Kassaï (RCA). Début de formation « Emploi des réseaux mobiles »

Une nouvelle session de formation a démarré le 4 mars et s’étalera sur 16 semaines. Au terme de cette instruction, les 28 stagiaires des FACA recevront un certificat technique élémentaire sur l’emploi de réseaux mobiles. La formation est dispensée par des techniciens instructeurs des FACA.

(crédits: EUTM RCA)

Enquête criminelle et cyber-crime. Des Palestiniens suivent l’exemple danois

Quatre procureurs de l’unité économique spécialisée et du cyber-crime du bureau du Procureur général palestinien ont effectué une visite d’étude à Copenhague, du 4 au 6 mars 2019. L’objectif de ce voyage était d’élargir les connaissances des participants sur le thème des procédures d’enquête criminelle en matière d’évidence digitale et de cyber-crime.

(crédits: EUPOL COPPS)

(MHA)

Dernières nouvelles des missions de maintien de la paix de l’UE – PSDC (février 2019)

(B2) Les gardes-côtes du Somaliland sont formés pour assurer la sécurité maritime. La mission de l’UE en Irak visite les territoires libérés de Daesh. En Cisjordanie, EUBAM Rafah soutient l’agence de gestion des frontières palestiniennes… les dernières nouvelles des missions et opérations de l’UE déployées au titre de la PSDC

Anbar et Basra (Irak). EUAM Iraq dans les régions libérées de Daesh

Plusieurs experts d’EUAM Iraq se sont rendus dans la province d’Anbar (ouest de l’Irak) puis à Basra (sud-est), fin janvier. Objectif : s’informer sur les méthodes d’enquête, la police de proximité, la planification, la gestion de la criminalité et les opérations conduites par les forces de l’ordre irakiennes. La mission affirme que la coopération sera renforcée, en particulier avec la région d’Anbar, pour couvrir certaines problématiques, comme la formation policière et le renseignement dans les territoires récemment libérés de Daesh.

(crédits: EUAM Iraq)

Jericho (Cisjordanie). Don de matériel pour le checkpoint de Rafah

Un accord a été signé entre le chef de la mission de l’UE EUBAM Rafah, Günther Freisleben et le directeur général de l’Administration générale des frontières et des points de passage (GABC) le 16 janvier dernier. Le don de matériel et le soutien au centre de formation visent à renforcer les capacités des agences de gestion des frontières à opérer le checkpoint de Rafah « selon les standards internationaux ». EUBAM soutient également la création d’une équipe de formateurs au sein de la GABC ainsi que la fourniture d’équipements nécessaires. NB : Ce don fait suite à la réhabilitation du centre de formation GABC en 2017.

(crédits: EUBAM Rafah)

Somaliland. Exercice de recherche et sauvetage en mer au large de Berbera

Sur base de cinq scénarios, les garde-côtes du Somaliland ont effectué leur premier exercice de recherche et sauvetage en mer. A bord de trois navires, ils se sont entraînés à chercher et à communiquer des positions, et à mener des opérations de recherche de survivants. Les exercices étaient coordonnés par la salle d’opération de Berbera et la majorité des échanges se sont faits en anglais. L’exercice, organisé et facilité par EUCAP Somalia, « démontre les progrès effectués par les gardes-côtes du Somaliland ».

(crédits: EUCAP Somalia)

Somaliland. Les marins espagnols à bord des garde-côtes du Somaliland

Le navire espagnol Relámpago a accueilli à son bord fin janvier des gardes-côtes du Somaliland et des représentants du ministère de l’Intérieur. Objectif : une présentation sur la sécurité maritime et sur les procédures de contre-piraterie, suivie d’un exercice pratique. Les marins espagnols sont ensuite montés à bord des bateaux des garde-côtes, précise l’opération anti-piraterie de l’UE EUNAFOR Atalanta.

(crédits: EUNAVFOR Somalia)

Bamako (Mali). Protection des VIP 

C’est vêtus de leurs costumes noirs de garde rapprochée et cachés derrière leurs lunettes de soleil, que les stagiaires maliens de la Brigade spéciale d’intervention ont effectué un exercice de mise en situation organisé par la mission EUCAP Sahel Mali. Objectif : assurer la sécurité d’une haute personnalité en visite au Mali. Pour l’occasion une dimension « grandeur nature » avait été donnée à l’exercice, avec location de véhicules particuliers et mise en pratique de toutes les techniques enseignées dans les cours théoriques.

(crédits: EUCAP Sahel Mali)

Sénou (Mali). Fin de la formation « fusiliers commandos »

Traiter un blessé en zone de combat, combattre en milieu urbain, ou bien sécuriser une base aérienne, sont autant d’activités auxquelles les « fusiliers commandos » maliens ont été formés par EUTM Mali. Cette formation, dispensée sur douze semaines, s’est clôturée par un exercice sur la base aérienne de Sénou, en présence du général de brigade (allemand) Peter Mirow, le chef d’EUTM Mali, et du chef de l’état-major de l’armée de l’air malienne, le général de brigade Bamba.

(crédits: EUTM Mali)

Lviv (Ukraine). La protection des lanceurs d’alerte

Un groupe de travail a été organisé par la mission de l’UE de conseil auprès des forces de sécurité intérieure (EUAM Ukraine), dans le but de faire un état des lieux de la protection des lanceurs d’alerte en Ukraine. Y participaient des représentants de l’administration régionale, de la mairie de Lviv, des forces de l’ordre, ainsi des ONGs luttant contre la corruption. Les expériences danoise et lituanienne ont été présentées, les participants ont débattu de la possibilité de faire de ces expériences des modèles à suivre pour l’Ukraine. NB : EUAM Ukraine avait déjà organisé deux conférences sur le sujet en février et novembre 2018 à Kiev.

(MHA)

Le Brexit déjà en marche dans la politique européenne de défense

(B2 – exclusif) Peu importe les émois à Westminster et les tourments de Downing Street, ou la conduite sans ceinture du Prince Philippe, dans le domaine des opérations de stabilisation menées par l’Union européenne (au titre de la PSDC), le départ des Britanniques est désormais bien engagé et devrait se terminer bientôt

Le HMS Northumberland près du cercle arctique (crédit : MOD Uk / Crown copyright)

Un mouvement engagé

Le transfert du QG de l’opération anti-piraterie

Première concernée, la plus emblématique, l’opération anti-piraterie de l’UE (alias EUNAVFOR Atalanta) va déménager de Northwood (près de Londres) à la Rota et à Brest, le commandant britannique cédant sa place au commandant espagnol avec un second français. Le QG de La Rota est en pleine préparation, le QG secondaire de Brest — qui accueille la liaison avec la marine marchande — également. Les officiers ont commencé à rejoindre leur poste. Le « tuilage » est en cours, selon nos informations (lire : La revanche de Trafalgar).

Le changement de commandement en Bosnie-Herzégovine

Deuxième concernée, l’opération EUFOR Althea en Bosnie-Herzégovine. Plus discrète, après avoir été l’opération phare (de l’OTAN sous le nom IFOR) et de l’Union européenne, elle ne rassemble plus aujourd’hui que 600 hommes maximum. Elle n’en est pas moins importante, car un « poste d’observation » important de ce qui se passe dans les Balkans, notamment en matière de retour des combattants étrangers. Un Français va prendre la tête de l’opération, à partir du QG de l’OTAN à Mons (le SHAPE). Un petit noyau de Français est aussi prévu à Sarajevo au sein de l’état-major de la force (lire : Le retour de la France dans l’opération de l’UE en Bosnie-Herzégovine).

L’abandon d’un poste de numéro 2 en Somalie

Enfin, au sein de la mission civile EUCAP Somalia chargée d’assurer le conseil et la formation des Somaliens pour la sécurité maritime, le poste de numéro 2 assuré par un Britannique est en voie de changer de main, selon nos informations. Les Britanniques ne pouvant assurer de poste de commandement des opérations européennes.

Le retrait du planning des battlegroups

De même, en matière de force de réaction rapide de l’UE, les Britanniques se sont retirés du tour d’astreinte des battlegroups (lire : La prise d’astreinte française au battlegroup 2019 se prépare).

Du personnel détaché au titre d’un pays tiers

Des Britanniques resteront dans quelques unes de ces missions et opérations qu’ils estiment ‘stratégiques’, en particulier celles déployées en Somalie et dans l’Océan indien. Mais en tant que pays tiers, dès que le Brexit sera consommé. Un officier britannique de la marine marchande devrait ainsi être positionné à Brest, chargé d’assurer le lien (précieux) avec toutes les structures britanniques de la marine marchande. Et dans la mission EUCAP Somalia, Londres entend détacher un de ses officiers pour occuper le poste de chef des opérations.

Une transition en douceur

Dans toutes ces opérations et missions, le départ des Britanniques est désormais non seulement acté, mais leur remplacement est assuré, sans difficulté. Il est difficile désormais, voire quasi impossible, de faire machine arrière. Les Britanniques ont perdu leur tour.

Difficile de faire machine arrière

Si le Brexit devait être repoussé, il ne changera pas les changements opérés dans les commandements : la relève est déjà en place. Les Britanniques qui occupaient ces positions ont déjà (ou vont) retrouver d’autres fonctions dans l’armée britannique, l’OTAN ou d’autres opérations multinationales. Et dans les générations de force actuelles, ce serait un pari insensé pour les planificateurs britanniques de miser sur une possible annulation ou prolongation longue du Brexit pour faire de nouvelles offres de participation importante.

Quelques leçons du départ

A cette transition en douceur, tellement en douceur qu’elle passe inaperçue, on peut tirer d’ores-et-déjà quelques leçons. Premièrement, contrairement à ce qu’avaient affirmé certains dignitaires britanniques, assis confortablement dans leurs sièges en cuir dans des ministères londoniens, et quelques observateurs, peu au fait du fonctionnement réel de l’Union européenne, l’apport britannique dans les missions et opérations de l’Europe de la défense reste modeste. Il peut être facilement compensé, avec juste un peu de bonne volonté de quelques pays membres. Deuxièmement, le départ britannique consacre en fait le retour français dans des opérations et missions qu’ils avaient, ces dernières années, un peu délaissées. Au final, il reste tout de même un pincement au cœur. Les officiers de sa Royale Majesté, croisés durant ces années, m’ont toujours fait bonne impression, avec ce mélange de courtoisie, de rudesse, d’ironie et d’enthousiasme qui fait le charme et l’efficacité de l’armée outre-Manche. Dommage…

(Nicolas Gros-Verheyde)

Trois bateaux pour les garde-côtes du Somaliland

(B2) La garde-côtière du Somaliland a reçu trois bateaux « rapides et modernes avec remorques et pièces de rechange », dons de la Suède, complétés d’équipements de la délégation de l’UE et d’EUCAP Somalia (la mission civile de renforcement des capacités maritimes). 80 officiers ont dans le même temps été formés, détaille un communiqué de la mission de dimanche (2 décembre).

Dernières nouvelles des missions de maintien de la paix de l’UE – PSDC (mars 2018 bis)

(B2) Voici les dernières nouvelles des missions et opérations déployées au titre de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) de l’Union européenne…

Sikasso (Mali). Fin de la formation de la 8e Région militaire

Exercice d’entraînement de tir (crédit : EUTM Mali)

Pendant cinq semaines, EUTM Mali a organisé une mission à destination de la 8e région militaire des forces armées maliennes (FAMa). Elle s’est déroulée dans la région de Sikasso, près de la frontière avec le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, dans le cadre de l’équipe d’entrainement de la coalition militaire (Coalition military assistance training team ou CM ATT). Une formation qui s’inscrit dans le reformatage de la mission EUTM qui forme surtout les formateurs (officiers et sous-officiers) et dispense des formations spécialisées aux FAMa, comme par exemple les « tactiques de base, la réaction au contact, l’attaque improvisée et point de contrôle ». Parmi les cours dispensés : l’informatique, le sauvetage au combat et les droits de l’Homme. Cette mission, qui s’est achevée le 14 mars, a aussi été une opportunité pour les formateurs européens « d’apprendre des bonnes qualités et de l’expérience des Maliens » selon le communiqué.

Mogadiscio, Hargeisa (Somalie). Visite aux autorités somaliennes

Rencontre entre les représentants européens et somaliens (crédit : EUCAP Somalia)

Une délégation, composée de responsables du commandement des missions civiles (CPCC) du SEAE, et de Cristina Stepanescu, chef de la mission EUCAP Somalia, a effectué un séjour en Somalie. Objectif : discuter avec diverses autorités. Au ministère de la sécurité intérieure, le 12 mars, les discussions ont porté sur l’architecture de la sécurité maritime, le futur des gardes-côtes somaliens, la mise en œuvre de projets financés par l’Union européenne, ou encore sur les activités de la mission, selon EUCAP Somalia publié après la réunion. Le lendemain, ce sont des sujets juridiques qui ont été abordés, notamment la législation sur la piraterie et la rédaction de lois, signale-t-on à la mission. Au bureau d’Hargeisa, la capitale de la république semi-indépendante du Somaliland, le 15 mars, ils ont voulu « avoir un aperçu du fonctionnement de la mission dans la région ». Le 16 mars, dernier jour de la visite, les représentants européens se sont rendus à Nairobi (Kenya) pour s’entretenir avec le personnel du bureau de soutien EUCAP Somalie.

NB : à noter qu’une rencontre avait déjà eu lieu entre Stepanescu et les autorités du Somaliland à la fin du mois de février. Lire : Dernières nouvelles des missions/opérations PSDC (mars 2018)

Kiev (Ukraine). Des livrets anti-corruption

Brochures anti-corruption financées, conçues et imprimées par EUAM (crédit : EUAM Ukraine)

EUAM Ukraine a réalisé des brochures sur le thème de l’anti-corruption à destination de la police nationale ukrainienne, apprend-on du QG de la mission de conseil basée à Kiev. Ces livrets devraient permettre « de définir ce qu’est la corruption et comment la signaler » selon EUAM Ukraine. Pour Peter Staidl, conseiller principal de la mission sur la lutte contre la corruption, l’objectif de ce document est double : le premier est de « s’assurer que les officiers de police honnêtes peuvent signaler la corruption » et ne commettent pas d’erreurs eux-mêmes. Le second objectif de la brochure est davantage symbolique puisqu’il vise a faire passer « un message clair que la corruption ne sera pas tolérée » et que « la police nationale d’Ukraine est sérieuse dans la lutte contre la corruption. ». Ce sont ainsi près de 50.000 fascicules qui ont été distribués à la police ukrainienne mardi 20 mars. Commentaire : la lutte contre la corruption vient de franchir un grand pas…

Ramallah (Palestine). Renforcer la police de quartier

De nombreux commentaires constructifs ont été obtenus lors des ateliers de discussion (crédit : EUPOL COPPS)

La police palestinienne, avec le soutien de la mission civile de formation de l’UE à la police palestinienne (EUPOL COPPS), a renforcé ses services de police communautaire. En un mot : la police de quartier. Ce renforcement se fait via deux actions : la création d’une unité de coordination et l’élaboration d’une stratégie. Un atelier de deux jours a ainsi été organisé à la mi-mars pour mettre en place ce concept stratégique. Une équipe de terrain sera « responsable de la planification, de la conduite et de la coordination de la formation sur la police communautaire ». Selon Veijo Alavaikko, conseiller de la mission européenne, « il ne devrait pas y avoir de différence entre le concept stratégique et la manière dont les policiers de première ligne se comportent et servent le peuple palestinien ». (Communiqué)

Zagreb (Croatie). Formation aux opérations maritimes

Formation aux opérations maritimes ‘en douceur’ (crédit : Frontex)

L’agence européenne Frontex a organisé le 23 mars sa première formation d’agents de soutien pour les équipes européennes de gardes-frontières et de gardes-côtes à Zagreb, en Croatie. Y participaient onze États membres de l’UE. Objectif : « faire en sorte que les opérations maritimes Frontex se déroulent en douceur et en toute sécurité ». Un cours similaire avait été organisé il y a un an, le 3 mars 2017, également à Zagreb, afin de renforcer les connaissances des gardes-frontières sur « la gestion des frontières dans le contexte européen ». A l’époque, 13 États membres avaient participé à la formation selon Frontex.

(Informations rassemblées par Claire Boutry)

Dernières nouvelles des missions de maintien de la paix de l’UE – PSDC (mars 2018)

(B2) Les nouvelles des différentes missions et opérations de la PSDC déployées en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe…

Djibouti. Atalanta fait du capacity building

(crédit : EUNAVFOR Atalanta)

Le navire espagnol Patiño de l’opération anti-piraterie de l’UE, EUNAVFOR Atalanta, a profité d’une escale de ravitaillement à Djibouti, le 27 février, pour mener, de concert avec les forces armées de ce petit pays stratégique de la Corne de l’Afrique, une petite activité de formation. Au menu : entraînement à la recherche, la saisie et l’arraisonnement des navires (VBSS), et formation aux premiers soins. L’objectif reste le même que dans toutes les formations : renforcer les capacités maritimes locales. 

Hargeisa (Somaliland). Rencontre avec les autorités

La chef de mission de EUCAP Somalia, Maria-Cristina Stepanescu, s’est rendue dans la province semi-indépendante du Somaliland fin février. La rencontre avec diverses autorités, parmi lesquelles le ministre de la justice, le directeur de la Coordination de lutte contre la piraterie, etc., visait à aborder la question du droit de la gendarmerie maritime. Selon le communiqué, les discussions ont également porté sur les possibilités d’organiser des ateliers de rédaction de loi, ainsi que des formations sur le trafic d’êtres humains et la migration.

Bangui (Centrafrique). Visite conjointe du COPS et CPS au Camp Kassai

(crédit : EUTM RCA)

Une mission conjointe du comité politique et de sécurité (COPS), de l’Union européenne, et du conseil Paix et sécurité (CPS), de l’Union africaine a été organisée du 7 au 9 mars. Conduite par les ambassadeurs Walter Stevens (UE) et Adam Maïga Zakariaou (UA), cette mission s’inscrit dans le cadre de la consolidation de la paix en RCA (en coopération avec les Nations unies).  Elle a souligné entre autres le travail effectué par l’EUTM dans l’aide apportée aux Forces armées centrafricaines.  (communiqué)

Bamako (Mali). Le G5 Sahel en formation

(crédit : EUCAP Sahel Mali)

La mission de l’UE sur la sécurité intérieure EUCAP Sahel Mali a organisé, du 5 au 9 mars, en collaboration avec la Cellule de coordination régionale de l’UE (RCC Sahel), une formation sur la sécurisation des frontières et la lutte contre les migrations irrégulières pour les forces de police des pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad). « C’est la première fois qu’une formation permet de réunir les polices des frontières des cinq pays de la sous-région » explique Mohamed Asker, commissaire central de la ville de Port Etienne en Mauritanie. « Il faudrait une composante police, en complément de la composante militaire ». Pour lui, cette formation « est une réelle plus-value technique. »

Gali et Ergneti (Géorgie). Réunions de l’IPRM

84e réunion de l’IRPM (crédit : EUMM Georgia / Archives B2)

Le 27 février, s’est tenue la 53e réunion sur le Mécanisme de prévention et de réponse aux incidents (IPRM) à Gali, sur la limite administrative abkhaze sous présidence onusienne et avec la participation de la mission européenne d’observation EUMM Georgia. Coté européen, on souligne le manque de justice dans l’affaire Giga Otkhozoria, tué par un garde-frontière en mai dernier à la limite administrative entre la Géorgie et l’Abkhazie et on met en avant la nécessité de renforcer la coopération judiciaire, en particulier via l’échange d’informations. La prochaine réunion se tiendra le 21 mars.

A Ergneti, près de la limite administrative avec l’Ossétie du Sud, c’est le 1er mars qu’a eu lieu la 85e réunion sur l’IPRM. EUMM et l’OSCE, qui co-organisaient la rencontre, ont encouragé la coopération et l’accès à l’information, en lien avec le décès, le 22 février, du Géorgien Archil Tatunashvili, lors de sa détention en Ossétie du Sud (lire : Regain de tension en Ossétie du sud. Un Géorgien décédé en prison). Le chef de la mission, Erik Høeg, a affirmé que l’EUMM se tenait prête à soutenir l’enquête et à faciliter les discussions.

Pritina (Kosovo). Visite de la CivCom

visite du centre de documentation du Kosovo (crédit : EULEX Kosovo)

Les experts de la gestion des crises (CivCom) des ’28’ se sont rendu, du 27 février au 2 mars, au Kosovo pour « évaluer l’impact » de la mission d’EULEX sur l’état de droit et la mise en place « d’un système judiciaire indépendant et fonctionnel ». Les ‘CivCom’ ont ainsi pu discuter avec les ministres de l’Intérieur et de la Justice, des policiers et des procureurs, ainsi que des acteurs de la société civile, notamment sur les questions de coopération policière et la poursuite en justice des criminels de guerre. Ils ont aussi pu se prêter à un exercice de prise d’otages. (communiqué)

Mise à l’honneur des femmes

A noter que toutes les missions ont mis en avant les femmes la semaine du 5 mars, en particulier lors de la journée internationale de la femme, le 8 mars. Cela ressemblait davantage à une directive donnée qu’à une volonté spontanée…

(informations rassemblées et mises en forme par Claire Boutry)

Dernières nouvelles des missions de maintien de la paix de l’UE – PSDC (fév-mars 2018)

(B2)

En Afrique

Mali. La mission de formation de l’armée malienne EUTM Mali a participé à la création du centre opérationnel interarmées (COIA) dont l’objectif est de coordonner le commandement des unités déployées dans les diverses régions du Mali. Outre la rénovation et l’équipement du Centre, un stage a été organisé pour améliorer la conduite des opérations.

(crédit : EUTM Mali)

Rénovation. Les locaux de la direction des ressources humaines ont été rénovés, permettant ainsi l’amélioration des conditions de travail et de l’efficacité de la Direction générale de la police nationale, précise EUCAP Sahel Niger.

Scènes de crime. Une formation de « gel des lieux » a été organisée, du 26 février au 2 mars pour les officiers de la Garde nationale en vue de les préparer à gérer des scènes de crime, indique la mission EUCAP Sahel Mali. Un atelier de formation sur les droits de l’homme à destination des Forces de la sécurité intérieure a été organisé, les 6 et 7 mars, par la mission de renforcement des capacités EUCAP Sahel Mali, en collaboration avec le ministère de la Sécurité et de la Protection Civile.

Gendarmerie. La gendarmerie nationale a validé, le 1er mars, le plan d’action 2018 reprenant le cadre et les objectifs de la coopération avec EUCAP Sahel Mali. Le même jour, 160 registres ont été remis par la mission de l’UE à la Direction de la Police des Frontières afin d’améliorer l’enregistrement des données sur les flux migratoires.

Matériel. Le Bureau du Procureur Général a reçu, le 6 mars, du matériel de communication radio, afin d’améliorer la sécurité des locaux, indique la mission EUCAP Somalia.

Europe et Moyen-Orient

Douanes. Les chefs de EUBAM Moldova-Ukraine, du service fiscal ukrainien et du service des Douanes moldave se sont réunis, le 2 mars, pour discuter, d’un point de vue douanier, de la gestion de la frontière entre l’Ukraine et la Moldavie. 

Violences familiales. Une série de formations, donnée par deux juges suédois, a été donnée aux avocats palestiniens, début mars, pour mieux gérer les affaires de violences liées au genre, indique la mission EUPOL Copps.

(informations rassemblées et mises en forme par Claire Boutry)

EUCAP Somalia renforce son action dans les régions

Le commandant des opérations civiles du SEAE, Kenneth Deane, et la chef de la mission, Maria-Cristina Stepanescu, coupent le ruban marquant l’ouverture du bureau de Garowe. (Crédit : EUCAP Somalia)

(B2) Avec un nouveau focus exclusif sur la Somalie, la mission européenne de soutien aux forces de sécurité somaliennes (EUCAP Somalia) veut renforcer son action au niveau local. Un nouveau bureau de terrain a ainsi été inauguré à Garowe, dans l’État de Puntland, mardi 7 mars. Le lendemain, une seconde équipe s’est installée à Hargeisa, au nord-ouest, du pays (dans le Somaliland).

Dans ces nouveaux bureaux, les membres de la mission (entre 4 et 7) travailleront à « renforcer la capacité locale de la police maritime locale pour exercer une gouvernance maritime efficace sur ses eaux » explique le porte-parole de la mission européenne. Outre la lutte contre la contrebande, la lutte contre la piraterie et le contrôle de la zone côtière sur terre et en mer, cette approche locale « permettra de s’attaquer à un plus large éventail de menaces et de défis, en particulier l’inspection et l’application de la pêche, la recherche et le sauvetage maritimes ».

La formation – et l’équipement – seront accompagnés par un travail de soutien aux autorités pour « l’élaboration de la législation et la mise en place des autorités judiciaires » nécessaires pour que les criminels puissent être jugés et condamnés.

(Leonor Hubaut)

Lire aussi :