Au Pc de Secours des pompiers des Hautes alpes (Crédit : SDIS 05)

Condoléances des Européens après le crash de l’A320 près de Gap

Au Pc de Secours des pompiers des Hautes alpes (Crédit : SDIS 05)

Au Pc de Secours des pompiers des Hautes alpes (Crédit : SDIS 05)

(B2) Après le crash de l’A320 de German Wings, qui reliait Barcelone à Düsseldorf, avec 150 passagers à bord, ce mardi matin (24 mars), dans le Massif des Trois-Évêchés, entre Digne les Bains et Gap, plusieurs autorités européennes ont adressé leurs condoléances aux familles. Cette catastrophe aérienne touche, en effet, de façon notable plusieurs pays européens. L’Allemagne (67 ressortissants) et l’Espagne (une quarantaine de ressortissants) sont particulièrement touchées, ainsi que la France, pays où a eu le crash (mais dont aucun ressortissant ne serait à bord. D’autres pays avaient des ressortissants à bord : des Turcs, un Belge, un Néerlandais feraient ainsi partie des victimes, ainsi que des Australiens, Japonais, Mexicains.

Une minute de silence au Parlement européen

« Au nom de l’Union européenne », c’est d’abord le président du Conseil européen Donald Tusk qui a exprimé ses « plus sincères condoléances aux familles des victimes du vol » comme sa « sympathie et sa solidarité aux gouvernements » à tous les pays touchés « notamment au Président français, à la Chancelière allemande et au Premier ministre espagnol » (*).

Face à « cette terrible catastrophe (qui) affecte plusieurs nations », Martin Schulz, le président du Parlement européen annonce que « demain (mercredi 25), à l’ouverture de la session plénière, le Parlement européen observera une minute de silence en mémoire des victimes ».

Une tragédie « qui touche chacun d’entre nous directement » ajoute le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. « Je suis de tout cœur avec les familles et amis des victimes. »

Plusieurs pays, notamment le ministre italiaen De l’autre côté de l’Atlantique, le Département d’Etat US s’est dit « prêt à offrir l’assistance aux pays touchés pour l’investigation ».

Mobilisation d’importants moyens de secours

D’importants moyens de gendarmerie ont été engagés, notamment une dizaine d’hélicoptères – seuls moyens d’atteindre le lieu du crash qui se situe dans une zone isolée – et le PGHM (Peloton de gendarmerie de haute-montagne) de Jausiers, renforcé d’éléments venant des Hautes Alpes et des Alpes maritimes. Ce seront ces équipes spécialisées qui seront à l’avant-garde pour aller repérer les lieux, récupérer les boites noires et autres éléments de preuves, ainsi que les corps des victimes.

CrashA320MoyensGendarmEngagés@Fr150324

Les SDIS (service départementaux d’incendie et de secours) des Alpes de Haute Provence et des Hautes Alpes ont dépêché sur place plusieurs colonnes de secours, et différents engins de l’armée de l’air et de l’armée de terre ont aussi été déployés en repérage et en soutien. Un Mirage 2000 a ainsi été déployé pour localiser l’épave, comme le détaille notre confrère Air & Cosmos. Puis un avion C135 est arrivé sur zone pour servir de relais radio entre les différents appareils sur place. Plusieurs hélicoptères ont aussi été dépêchés sur place : un Fennec pour faire respecter l’interdiction de survol et un SuperPuma pour des missions de recherche et secours ainsi que plusieurs hélicoptères de l’ALAT (armée de terre) pour effectuer le transport.

(NGV)

(*) Texte original en anglais, traduction effectuée par B2,

(MAJ) avec des précisions sur les nationalités des victimes et le détail de l’organisation de secours

UnosatLogoCharteCatNat.jpg

Séisme à Haïti: l’observation satellite, une aide précieuse. Les destructions sous-estimées


UnosatLogoCharteCatNat.jpg
(B2) Le dernier rapport de l’UNOSAT est plutôt pessimiste sur Haïti.
L’office satellitaire de l’organisation des Nations-Unies a établi plusieurs cartes notamment celles du regroupement spontané des victimes. Les ponts et les débris obstruant les routes ont été identifiés à partir des images GeoEye-1 acquises le 12 janvier 2010. Selon l’UNOSAT : « cette analyse préliminaire n’a pas été validée sur le terrain. Les dommages ont été probablement sous-estimés. » Télécharger la carte

Selon l’analyse du centre de recherches de la Commission européenne (JRC) : « More than 4000 physical structures were destroyed or damaged in Port-au-Prince, Haïti, by the magnitude 7 earthquake that struck the country on 12 January 2010. About 2000 residential buildings have partially or totally collapsed and the same number of buildings shows severe damage. A number of critical infrastructures such as government buildings, educational structures and hospitals have collapsed or are severely damaged. » (*)

(*) Je suis désolé de ne livrer qu’une version en anglais. Mais le commissaire Potocnik, chargé du dossier « Recherche » à la Commission, a décidé de ne communiquer qu’en anglais sur le séisme en Haïti (pays francophone cependant). Une version en français sera disponible lundi ou mardi ! m’a-t-on répondu.