Quand la police se range du côté des manifestants, le pouvoir est foutu

(BRUXELLES2) Cette photo d’une cinquantaine de policiers de la ville de Radekhiv (*), chef de la police en tête et en uniforme, qui arrivent sur la place Maïdan hier (21 février), applaudis par les manifestants, et montant sur la tribune, est la plus symbolique de la révolution démocratique qui est en train de se dérouler […]

A lire