Rythme d’été

(B2) B2 prend ses quartiers d’été.

Nous garderons un œil sur l’actualité. Le carnet de B2 paraîtra ainsi une fois par semaine (le mercredi) au lieu d’un rythme trihebdomadaire comme d’ordinaire *, sauf entre le 5 et le 21 août où nous allons essayer de pratiquer une pause quasi-complète.

Nous publierons également une série d’articles sur certains sujets d’ordre géopolitique qui nous ont semblé importants à mettre en avant. Et, si nécessaire, nous reprendrons la plume.

L’occasion aussi de saluer nos deux vaillantes Hélène Court-Fortunaz et Coline Traverson qui nous ont accompagné, avec brio, durant ces derniers mois bien chargés en actualité. Une nouvelle équipe viendra prendre le relais à la rentrée.

(NGV)

* de façon exceptionnelle, au mois d’août, certains articles du Pro seront ouverts à tous.

La défense européenne : utopie ou réalités

(B2) C’est le titre de l’ouvrage que je prépare pour les éditions du Villard. ‘Utopie ou réalités’, c’est bien le dilemme auquel est confrontée aujourd’hui l’Europe de la défense ou la défense européenne

Je ne compte pas donner de bonne recette ou asséner une vérité. Dans ce domaine, il y a assez de théorie et d’idéologie, souvent assez binaire. La principale ambition de cet ouvrage est ailleurs. Il s’agit de découvrir et d’expliquer les dernières nouveautés, les acquis déjà opérationnels, les projets en cours, les défis ou simplement les idées. Tout cela avec des arguments, précis, puisés aux meilleures sources, et de façon la plus compréhensible possible.

Nous visiterons ainsi le fonds européen de défense, l’hypothèse d’une DG Défense à la Commission européenne, le commandement aérien intégré, l’ébauche d’un QG permanent militaire européen, l’initiative européenne d’intervention comme les idées d’avoir un Conseil européen de sécurité ou une armée européenne. Un ou deux invités surprises viendront compléter ou nuancer mon propos, tel un contrepoint.

Cet ouvrage est à paraitre dès que possible et au plus tard d’ici l’automne. Il aurait dû sortir avant ; j’en avais parlé à quelques uns d’entre vous. Mais ma résidence dans les Alpes a brûlé en partie (1). Ce qui a un peu bousculé mon planning, m’obligeant à départir une grosse partie de mon temps pour rétablir au plus vite ce qui est mon principal poumon et ma principale respiration dans ce monde complexe et où la rapidité prime sur la compréhension, ma résidence d’écriture en quelque sorte.

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Heureusement nous avions une bonne assurance (du moins je l’espère), la Maïf pour ne pas la nommer. Je compte vivement sur cet assureur pour nous aider à franchir ce mauvais pas, préserver le maximum et rétablir l’habitation le plus vite possible.

Conseil de déontologie : c’est non. Le contexte politique est défavorable (SPIIL)

Les éditeurs de presse indépendants se déclarent ouverts au principe d’un Conseil de déontologie de la presse. Cependant, ils considèrent que ce Conseil ne peut être une initiative des pouvoirs publics, et que les conditions ne sont pas réunies pour une réflexion sereine sur le sujet, vient d’indiquer ce lundi (11 février) le Syndicat de la presse indépendante en ligne dont est membre B2

Les 185 éditeurs adhérents du Syndicat de la presse indépendante en ligne (Spiil) considèrent que seule une haute exigence déontologique permet de développer une presse indépendante. Le journalisme professionnel se distingue des autres contenus par son respect de règles déontologiques strictes. Pour cela, depuis 10 ans, le Spiil et ses adhérents œuvrent à augmenter le niveau des pratiques déontologiques, non seulement propres aux journalistes, mais surtout aux éditeurs de presse. Citons le combat pour la transparence des aides, le guide des bonnes pratiques du Spiil, ou encore le soutien à la création de chartes de déontologie ambitieuses.

La création d’un Conseil de déontologie pourrait, dans certaines conditions, être bénéfique pour tous. Cela est observé dans de nombreux pays, et participe d’une légitime discussion entre éditeurs, journalistes et lecteurs. Un tel conseil pourrait permettre de limiter des dérives, qui existent dans notre secteur, d’encourager les bonnes pratiques et d’améliorer la compréhension par le public des métiers liés à la production d’information. Une réflexion est engagée au sein du Spiil sur les intérêts et dangers d’un tel Conseil.

Cependant, les conditions politiques ne sont actuellement pas réunies pour une discussion sereine sur le sujet. Comment pourrait-on ignorer les récentes déclarations du chef de l’État : “Le bien public, c’est l’information. (…) Il faut s’assurer qu’elle est neutre, financer des structures qui assurent la neutralité.” Selon la Constitution, l’Etat est garant du pluralisme de l’information. En aucun cas de sa “neutralité”. Sauf à penser qu’il n’y aurait plus de place pour une presse d’opinion, essence même de l’expression démocratique. Que le président de la République en exercice évoque publiquement un mécanisme par lequel l’État financerait une structure qui assurerait “la neutralité de l’information” interroge sur l’objectif réel de la mission confiée par le gouvernement à un haut fonctionnaire, ancien PDG de l’AFP, Emmanuel Hoog, pour créer un Conseil de déontologie de la presse.

Ces réflexions présidentielles, exprimées lors d’une rencontre avec des journalistes à l’Élysée, interviennent après l’adoption de deux projets de loi qui ont pour effet de limiter la liberté de la presse. La première sur les fausses nouvelles, adoptée en 2018 sur une initiative du Président de la République. La deuxième sur la protection du secret des affaires, qui empiète dangereusement la loi de 1881 sur la liberté de la presse et a déjà été utilisée contre des journalistes depuis, confirmant les craintes exprimées. À ces deux actes législatifs s’ajoute la récente tentative de perquisition des locaux de Mediapart, membre fondateur du Spiil, en violation du droit de la presse car cherchant à porter atteinte au secret des sources.

À ces deux actes législatifs s’ajoute la récente tentative de perquisition des locaux de Mediapart, membre fondateur du Spiil, en violation du droit de la presse car cherchant à porter atteinte au secret des sources. Enfin, le Spiil estime qu’il n’appartient pas à l’État de susciter la création d’une instance d’autorégulation de la presse. Un Conseil né sous de tels auspices n’aura jamais la légitimité nécessaire. Seule une réflexion sereine issue de la profession elle-même et non du pouvoir politique permettrait d’envisager les contours d’un Conseil de déontologie ambitieux. C’est seulement de cette manière que ce Conseil pourra être au service d’une information libre et indépendante.

(Le Spiil)

Meilleurs voeux pour 2019

(B2) L’année 2018 se termine, sur les chapeaux de roues, pour B2. Et toute l’équipe vous souhaite une excellente fête de fin d’année et une très bonne année 2019.

Cette année, nous avons publié plus de 1200 articles (900 sur le Pro, 300 sur le blog), soit près de quatre articles par jour 6 jours sur 7, sans compter les mises à jour. Nous avons également réalisé 11 dossiers d’actualité et ajouté 10 fiches de synthèse dans notre édition Quezako.

En tout désormais, B2 compte plus de 12.000 articles (dont les 2/3 en libre accès), pas moins de 67 dossiers d’actualité, et 220 fiches de synthèse et s’est imposé comme un des principaux médias en ligne francophones dédié à la diplomatie et la défense européennes.

Que de chemin parcouru alors que ce blog fête ses dix années d’existence. Nous continuerons à vous donner le meilleur possible dans les mois à venir qui vont être chargés en actualité.

(Nicolas Gros-Verheyde)

B2 complète son équipe…

(B2) C’est le ‘petit’ dernier, arrivé, à B2, mais il n’est pas un novice. Olivier Jehin a accepté de rejoindre l’équipe de B2. C’est un renfort de poids.

Fin spécialiste des questions de défense, qu’il a suivies depuis des années pour l’Agence Europe et EDD Europe Diplomatie & Défense — le bulletin de l’Agence Europe consacré à ses questions de défense —, il viendra apporter son expertise, son regard particulier sur l’évolution du panorama industriel de défense, la mise en place du fonds européen de défense (une vraie innovation européenne). Au moment où se met en place le Fonds, cela permet à B2 d’envisager l’avenir sous un autre angle : avoir une approche complète de l’information sur tous les volets de la diplomatie, de la politique étrangère et de la défense européenne, et des pouvoirs européens.

Avec les récentes arrivées (lire : Nouveaux visages, nouvelles rubriques. Les petits changements de début 2018 à B2), l’équipe de B2 est en ordre de marche pour affronter les vents futurs. Cela fait franchir à B2 un nouveau cap, après presque dix années de présence sur le web, d’abord avec un blog, transformé en un vrai média en ligne au fil des années. Si le site s’est enrichi, et développé, l’esprit du départ reste le même : rendre compte, décrypter, ne pas hésiter à bousculer les habitudes, trancher avec la langue de bois usuelle … ou contre-balancer certaines opinions parfois trop tranchées.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire :

 

 

Les premiers entretiens de la défense européenne (La Sorbonne)

(B2) Notez sur votre agenda cette date — le vendredi 1er juin —, et un lieu — Paris La Sorbonne —. C’est là que B2 vous donne rendez-vous pour les (premiers) entretiens de la défense européenne.

Une manifestation organisée par les universités de Paris I Sorbonne (école de Droit) et de Grenoble (Science Po), avec le GRIP et Confrontations. L’objectif : faire le point sur les différents dispositifs de l’Europe de la défense.

Les nouveautés sont nombreuses en effet et méritent d’être décortiquées, expliquées : la coopération structurée permanente, le fonds européen de défense et le programme de recherche de défense, la revue annuelle coordonnée, le nouveau QG, la facilité européenne de paix, etc.

Le principe de ces entretiens sera simple : pas de blabla, mais un langage direct, compréhensible, avec comme intervenants, les personnes les plus qualifiées et les plus impliquées sur les différents sujets… car ils en sont les acteurs de premier plan.

A suivre…

Nouveaux visages, nouvelles rubriques. Les petits changements de début 2018 à B2

(B2) Avec la nouvelle année, B2 se renforce et complète son équipe. Emmanuelle Stroesser qui collaborait déjà avec nous, intègre l’équipe permanente (à mi-temps). Elle assurera la veille institutionnelle (Parlement européen, Commission, etc.), et le suivi de certains sujets (migration, droits de l’homme, développement). Ce qui permettra à Leonor Hubaut, revenue à Bruxelles pour un autre média, de se concentrer sur l’Afrique et la gestion de crises (missions PSDC), sa spécialité quand elle est arrivée à B2. Tandis que Romain Mielcarek assurera (à Paris, en piges) la couverture de l’actualité « défense française », au plan opérationnel comme industriel.

Une thématique devenue prioritaire

Ce renforcement est nécessaire. Notre champ de couverture s’est étendu, à la fois, en largeur et en profondeur. Les sujets de défense, de sécurité et de diplomatie européennes sont aujourd’hui entremêlés et sont devenus une priorité européenne. Quand B2 s’est créé, il y a presque dix ans, la PSDC était vue avec sympathie, mais elle n’était pas considérée comme une priorité politique par les instances communautaires, d’autant que la crise de la zone euro a vite pris le dessus. Si on définissait dix priorités, à coup sûr… elle constituait la onzième. Aujourd’hui, plus personne ne discute qu’elle est une des trois principales priorités du moment. Ceux qui souriaient avec commisération auparavant s’empressent aujourd’hui d’organiser forces colloque et conférences pour démontrer leur connaissance. B2 avec ses trois éditions, tout public (le blog), pédagogique (Quezako) et professionnelle (B2 Pro), se devait donc d’étoffer son équipe. Et ce n’est pas terminé… D’autres recrutements sont en cours.

Nouvelles rubriques, nouvelles chroniques

B2 étoffe aussi son canevas de couverture et ses rubriques. Ainsi le Carnet de veille qui assure pour nos adhérents et abonnés un suivi régulier de tous les sujets qu’on n’a pas pu traiter par ailleurs, ainsi que la publication d’informations plus confidentielles passe en rythme trihebdomadaire, les lundis, mercredis et vendredis matins (en rythme normal). Nous accueillons désormais dans notre rubrique Carte Blanche des chroniqueurs extérieurs, comme Jean-Guy Giraud (lire : Élargissement aux Balkans: le pont trop loin ?) ou Frédéric Mauro (lire : Coopération Structurée Permanente : arrêtons d’en parler. Faisons là !). Des rubriques sont aussi venues compléter celles existantes, reflétant l’évolution de la défense : PESCO sur la coopération structurée permanente ou Recherche de défense.

Des ouvrages pour compléter

Du côté éditorial, notre petit frère les éditions du Villard ont pris leur envol, après la publication d’un premier ouvrage, le ‘fameux’ manuel sur la politique européenne de sécurité et de défense, nous prévoyons la publication d’un ou deux autres ouvrages cette année, dont l’un sur l’opération anti-pirates de l’UE.

Merci à tous ceux qui ont cru et croient en nous, nous aiguillent, nous encouragent, nous soutiennent tous les jours, qui croient qu’on peut faire un média indépendant, en français, et à tous les autres… Haut les coeurs !

(Nicolas Gros-Verheyde)

Deux conférences sur la Psdc dans les institutions européennes

(B2) Les questions de sécurité et de défense sont en haut de l’agenda politique des États Européens et le seront encore plus ces jours-ci avec la réunion du 13 novembre qui verra la Coopération structurée permanente, vieux projet datant à l’origine des années 2000, renaître de ces cendres. Tous les gouvernements en reconnaissent la nécessaire dimension européenne.

Tour à tour, Angela Merkel et Emmanuel Macron, Paolo Gentiloni, Bohuslav Sobotka ou Sauli Niinistö, etc. ont marqué leur adhésion et leur volonté de faire avancer ces projets. Les institutions communautaires, Jean-Claude Juncker d’un côté, Federica Mogherini de l’autre ont joué leur rôle, faisant différentes propositions, éventuellement de compromis, pour permettre à ces projets de voir le jour. Même au Royaume-Uni, le gouvernement de Theresa May a signalé l’intention du Royaume-Uni de continuer à coopérer après le Brexit avec les autres Européens.

Une conférence ce mercredi et ce jeudi

Dans le cadre des conférences de formation du regroupement syndical « Union pour l’Unité » (U4U), avec la revue Graspe du Groupe de Réflexion sur l’avenir du Service Public Européen et l’Association des françaises et français des institutions communautaires et européennes (AFFCE), je ferai un point sur toute l’actualité de la PSDC et de la défense européenne au sein des institutions européennes, ce mercredi 8 novembre, à 18h00, au bâtiment L-80 grande salle et jeudi 9 novembre 2017 à partir de 12h00 au SEAE. L’occasion pour ceux qui ne l’ont pas encore d’acquérir notre livre, rédigé avec André Dumoulin au tarif préférentiel.

Attention inscription préalable, ici (badge UE et inscription nécessaire pour entrer dans le bâtiment) : Information et inscription…

(Nicolas Gros-Verheyde)

Discussion au coin du feu au Club royal des guides sur la PSDC

(B2) Ce jeudi 12 octobre, B2 vous donne rendez-vous au Club Royal des Guides, 32 rue d’Arlon, Bruxelles (à deux pas du Parlement européen), de 18h à 20h, pour parler des dernières évolutions de la politique européenne de sécurité et de défense : la coopération structurée permanente, le fonds européen sur la défense, l’initiative européenne d’intervention d’Emmanuel Macron, etc.

Une conférence débat organisée par l’association européenne des journalistes, section belge (AEJ Belgium) avec Holland House, pour leur premier cocktail de l’automne, dans le décor somptueux, héritier de la tradition de la cavalerie belge et du mess des Officiers du 1er Régiment de Guides (1874-1994) situé sur la place Luxembourg à Bruxelles, sa ville originelle de garnison.

Attention : tenue de ville recommandée, c’est-à-dire pour les hommes, veste et cravate obligatoires (ce sera l’occasion pour moi d’en porter une). Enregistrez vous en envoyant un mail à  info(a)aej-belgium.eu avec le sujet « autumn cocktail 17 »

Autumn-Networking-Cocktail Talking of EU-Defense Thursday 12 October, 18H00-20H00!!! The Association of European Journalist (AEJ Belgium) organizes, in collaboration with Holland House, its first autumn cocktail at the Club Royal des Guides, Rue d’Arlon 32, Brussels with some special guests invited to talk straight forward -talking Dutch- about the European Common Security and Defense Policy (CSDP).

After welcoming you into this exceptional military decor, the event will start with a short presentation of the recent book by the vice-president of the French AEJ section, Nicolas Gros-Verheyde, and short intervention(s)-comments by some fellow-journalists.

Register to : info(a)aej-belgium.eu under subject autumn cocktail 17’.

NB : Holland House is a new initiative of the Dutch EU professionals in Brussels so set up their own house for community building, networking and debate. The Club Royal des Guides hosts them temporarily but is the Mess of the Officers of the 1st Regiment of Guides (1874-1994), established on the Place Luxemburg in Brussels, its initial garrison town. The military members meet each other there and hold events remaining attached to the values ​​of the Cavalry, sharing its values ​​and traditions.

Rythme d’été

© NGV / B2

(B2) Toute l’équipe de Bruxelles2 passe en mode « pause estivale » après une année forte d’activité. Le blog et notre site comptent désormais plus de 10.000 articles, dont près de 4000 pour la seule édition professionnelle (B2 Pro) près de 4000 articles. Et notre édition pédagogique (QUezako) près de 200 fiches.

Nous continuerons durant  le mois d’août de suivre l’actualité. Mais dans un rythme moins soutenu. Ce qui passe dans le Moyen-Orient : la Syrie, l’Iran, le Yemen, et les dissensions dans les pays du Golfe et, surtout, la Libye et la crise migratoire en Méditerranée centrale.

Ce sera l’occasion pour nous surtout de compléter et mettre à jour notre « Quezako », l’encyclopédie électronique sur la PSDC et la PESC (une exclusivité B2) et nos dossiers.

Joyeuses vacances pour ceux qui en prennent, bonne astreinte pour les autres