Cinq soldats italiens blessés dans une explosion en Irak

(B2) Cinq soldats italiens ont été blessés dans une explosion d’engin explosif artisanal en Irak dimanche soir (10 novembre) a annoncé l’état-major italien. L’incident s’est produit vers 11h dans la région de Souleimaniye

Dans le cadre de la coalition contre Daech

L’engin a explosé « après le passage d’une équipe mixte de forces spéciales italiennes en Irak ». Officiellement, l’équipe était sur place pour une mission de « formation des forces de sécurité irakiennes » au sein de la « coalition pour la lutte contre Daech », Rome n’ayant pas autorisé des missions de combat.

Des forces spéciales engagées aux côtés des peshmergas

Les blessés appartiennent à la Task Force 44, basée à Kirkouk, qui regroupe les forces spéciales italiennes présentes en Irak : trois étaient du GOI de la Marine et deux du 9ème régiment d’assaut parachutiste Col Moschin. À priori, ils n’étaient pas vraiment en situation de formation, mais dans un ‘mentoring‘ très engagé. Selon l’agence ANSA, ils étaient en patrouille dans le Kurdistan irakien et opèrent aux côtés des hommes de l’unité tactique spéciale des Peshmergas.

Trois blessés graves, deux légers

Les soldats pris dans l’explosion ont été secourus et évacués avec « des hélicoptères américains appartenant à la coalition » afin d’être tous hospitalisés dans « un hôpital de rôle 3 [à Bagdad] où ils reçoivent les soins appropriés ».

Sur cinq soldats, deux ont été blessés légèrement, mais trois sont dans « état grave mais ne risquent pas la vie. Les familles des militaires ont été informées ». « Un aurait perdu quelques doigts d’un pied, un autre aurait subi l’amputation partielle des jambes et le troisième une hémorragie interne » selon Ansa.

En marge de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE, la chef de la diplomatie européenne a exprimé son « inquiétude » et affirmé « suivre de près la situation ». Les Italiens avaient déjà subi une attaque, cette fois en Somalie (Trois militaires italiens de EUTM Somalia blessés dans une attaque à l’explosif).

(CG, st. avec NGV)

Mis à jour à 23h avec les précisions sur l’attaque.

Y-a-t-il des adultes dans la salle (Costa Gavras)

(B2) C’est avec le regard de Yanis Varoufakis, l’éphémère ministre grec des Finances durant la crise financière, que Costa Gavras met en lumière l’arrière cour des décisions européennes sur la dernière crise grecque après l’arrivée au pouvoir de la gauche de Syriza

C’est tranché, radical comme le réalisateur de ‘Z’ l’aime. Mais autant les caractères que l’ambiance sont retracés de façon plutôt réaliste. Il met un point d’honneur à camper le caractère inflexible de l’attitude allemande, notamment un Wolfgang Schäuble inflexible, et une Angela Merkel qui louvoie mais couvre son ministre, une petite cour de ministres plus durs (slovaque…) que le Roi ; un Jeroen Dijsselbloem, président de l’eurogroupe, dépeint comme un ultra servile ; un Mario Draghi menaçant ; un ministre français (Michel Sapin) qui veut jouer le rôle du gentil, mais n’arrive pas à être tout fait à la hauteur, tout à son désir de maintenir le lien avec l’Allemagne. Idem pour la Commission européenne avec un Pierre Moscovici qui s’efface devant Dijsselbloem et un Juncker lointain. Seule s’en sort une Christine Lagarde au FMI, au rôle impeccable, reconnaissant que la « dette grecque est insoutenable » et regrettant qu’il « n’y a pas d’adultes dans la salle » — le titre vient d’une de ces citations —, François Hollande cité comme le recours d’Athènes et un certain jeune ministre de l’Économie (Emmanuel Macron) qui fait une apparition rapide.

Une tragédie grecque

Le film met bien en lumière, à défaut de retracer exactement l’histoire, l’ambiance du moment, dramatique, rude, où les commentaires politiques étaient plus dignes de propos de comptoir de bar (les Grecs ne travaillent pas) que de la politique. Les scènes, qui découlent du livre même de Yannis Varoufakis, et des enregistrements qu’il a pris sur le vif, sont rudes. Mais les échanges n’étaient pas, à l’époque, spécialement empreints de tendre amitié… Les salles de réunions, froides, dépouillées, faites de verre et de métal ajoutent à cette dureté. Mais c’est la réalité (le bâtiment Lex où se sont tenues des réunions n’est pas vraiment un lieu de chaleur).

Le double discours et le cynisme politique mis en évidence

La politique pure est aussi très présente : un Eurogroupe qui travaille sans aucun procès-verbal et n’avait d’existence juridique ; une troïka qui se permet de donner des ordres à des administrations et des ministres ; un double discours — ce qu’on dit à l’intérieur de la salle n’est pas ce qu’on affirme à l’extérieur — ; des simulacres de discussion — l’important étant le communiqué de presse ou la conférence de presse — ; le mépris du peuple et de la démocratie — une valeur parfois partagée dans le monde technocratique de Bruxelles — sacrifiés sur l’autel de la rigueur de l’euro  ; … et le cynisme qui domine tout. W. Schäuble le reconnaîtra lui-même : « en tant que patriote je n’accepterai pas le fameux MoU (Memorandum of Understanding) qui régissait les relations avec la Grèce. Mais il fallait faire « un exemple » pour que personne ne soit tenté de suivre le chemin de la Grèce. Même à travers les portes fermées, on voyait bien que l’heure était grave.

À voir…

(Nicolas Gros-Verheyde)

L’OTAN est morte ? Elle est entrée en réanimation. Attendons sa résurrection…

 (B2) « L’OTAN en mort cérébrale », le ‘bon mot’ de Emmanuel Macron fait jaser dans les couloirs bruxellois tant à l’Alliance qu’à l’Union européenne. Depuis la parution de l’interview dans The Economist chacun, dans les rangs diplomatiques et médiatiques, s’interroge et s’interpelle. Une ‘trumperie’ de plus ou une pensée plus profonde ?

Entraînement en Iraq des forces irakiennes par les militaires alliés (U.S. Army photo by Spc. William Marlow)

Un tempo à regarder de près

Précision notable : cette interview a été faite non pas hier, mais le 21 octobre, en pleine offensive turque. La colère du président Macron n’est pas feinte. Il l’a dit clairement, peu de temps auparavant, vendredi, au sortir d’un Conseil européen tendu. Furieux d’avoir appris le retrait américain par un tweet et de l’offensive turque qui menace la sécurité européenne, le président Macron dit tout haut ce que les autres pensent tout bas (lire : La faute lourde des Occidentaux et de l’OTAN en Syrie ). Mais peu réagissent. Il faut donc placer la barre plus fort. L’interview sort maintenant, selon un tempo qui ne doit pas uniquement au hasard. À un mois du sommet de Londres de l’OTAN, le président français aurait voulu porter le sujet à l’ordre du jour qu’il n’y serait pas pris autrement. L’objectif est atteint.

Un petit côté Trump européen

Sur la forme, Emmanuel Macron a compris qu’à côté des grandes phrases, bien tournées, littéraires, parfois ampoulées, dans un panorama médiatique où tout s’écrit en 140 signes, il fallait des formules chocs. Il n’utilise pas twitter comme le fait Donald Trump. Mais le résultat est identique : faire mouche, avoir une phrase compréhensible par tous, qui oblige chacun à se positionner, provoquer au besoin, ou fâcher (un peu). De fait, il fait du Trump européen. Dans tous les cas, il gagne : on écoute le message. Et chacun se positionne sur son message.

  • S’attaquer à l’OTAN, c’est aussi assez facile. Plus facile que de s’attaquer aux États-Unis. L’Alliance joue ici le rôle du lampiste, naguère dévolu à l’Union ou la Commission européenne. Curieux renversement de circonstances.

Le ‘tout va bien à l’OTAN’ est un leurre

Sur le fond, le mot ‘mort cérébrale’ est sans doute très fort. Mais il faut bien réveiller les morts. Si « l’OTAN coté militaire fonctionne, et même fonctionne très bien » pour reprendre le commentaire d’un diplomate européen, il n’en est pas de même au niveau politique. La réunion des ministres de la Défense l’a prouvé. L’espèce d’atonie qui a saisi l’Alliance après l’offensive turque en Syrie, et le lâchage américain des alliés kurdes, est pour le moins extraordinaire.

  • Si l’OTAN est affaiblie, ce n’est pas par le bon mot de Emmanuel Macron, c’est par son absence de rôle sur la scène moyen-orientale ces derniers mois.

Une défaite politique majeure des Occidentaux en Syrie

Soyons clairs. En Syrie, l’OTAN a subi une défaite majeure, d’ordre politique. Davantage que l’offensive turque, c’est le rôle de pacificateur en chef donné à la Russie, et l’opération de dédiabolisation de l’Iran, qui sont extraordinaires par leur rapidité. Pétrifiée, l’OTAN n’a pu dire un mot sur l’accord de Sotchi. Son ennemi héréditaire, sa raison d’être de toujours, la Russie, est en train de prendre l’avantage aux frontières de l’Alliance, sur son flanc Sud. Ce, en lien direct avec un des pays membres de l’alliance, pièce maîtresse historiquement dans cette stratégie de limitation de la Russie (l’ancien empire ottoman), et avec l’assentiment tacite du ‘papa’ de l’Alliance (les États-Unis). À Moscou, on peut fort bien se frotter les mains. L’Alliance a rendu les armes sans combattre.

  • Donald Trump pourra difficilement reprocher ce mot à son homologue français, lui qui avait qualifié l’Alliance d’être ‘obsolète’. Il a d’ailleurs joint le geste à parole. Dans l’affaire syrienne, à aucun moment l’OTAN n’a vraiment été mise dans la boucle. Elle a été placée devant le fait accompli.

Une stratégie russe de contournement de l’Alliance

Si on s’éloigne deux minutes du curseur de l’actualité, on ne peut qu’être frappé par l’absence de stratégie de l’Alliance. Selon une bonne vieille recette militaire éculée, la Russie a réussi à fixer son adversaire sur un territoire donné : l’Europe du nord-est à la mer Noire. L’Alliance toute à la joie de retrouver un rôle de premier plan s’est engouffrée tête baissée dans une présence, finalement assez statique, très ‘old school’, avec manoeuvres d’infanterie, exercices terrestres, et démonstrations bruyantes de chars et d’avions, non loin de la Russie. Pendant ce temps, Moscou a occupé le terrain en Syrie et placé ses pions en Égypte, en Libye, en Centrafrique (voire au Mali ou au Burkina Faso demain). Elle a effectué un mouvement tournant inversant, à son profit, la doctrine Kennan du containment utilisée par les Américains après-guerre pour limiter la percée soviétique. L’axe Moscou-Téhéran-Damas-Beyrouth (+ Ankara et Le Caire au besoin) devient désormais une pièce incontournable dans la zone Sud de la Méditerranée. Face à cela, l’OTAN est tétanisée.

  • Parler de ‘mort cérébrale’ est sans doute osé, mais si on reste dans la terminologie médicale, on est là face à un bel AVC (accident vasculaire cérébral). Et il fallait bien un électrochoc pour tenter de réveiller le patient.

La bataille des anciens contre modernes

La question fondamentale est de savoir si ce message aura un effet. À court terme, on peut dire que le choc a porté. D’une part, personne ne peut plus faire l’impasse sur le sujet. Le tabou est levé. La question va devoir être abordée. D’autre part, quand on regarde les réactions survenues de part et d’autre, à Washington, Berlin ou ailleurs, on voit bien comment elles sont gênées en fait. Certes le président français parait isolé. Mais la plupart des interventions, pour justifier l’OTAN, sont faites (littéralement) au passé, empruntant à l’histoire… Il n’est que de voir le langage de Merkel ou Stoltenberg. Difficile de faire autrement à la veille des célébrations de la chute du mur de Berlin.

  • Trente ans après, le temps de l’occidentalisme triomphant et la fin de la guerre froide apparaissent un peu désuets. Emmanuel Macron est en train de rejouer la bataille des anciens vs les modernes qui l’avait porté au pouvoir en France.

Un risque d’effet contreproductif limité ?

À moyen terme, le message présidentiel semble plus hasardeux. Il joue et surjoue le rôle prêté traditionnellement à la France. Celui d’emmerdeur patenté qui râle, bloque, impose sa vision, sans doute brillante, mais pas très consensuelle. Il y a un risque que l’on ne fasse pas de cadeau aux Français le jour venu. La France paraît aussi un peu isolée. Mais immédiatement vient une réponse : qui dans les rangs des dirigeants européens est, aujourd’hui, en capacité de s’opposer franchement et, surtout, de s’imposer ?…

Objectif : un aggiornamento de l’Alliance ?

De fait, le président français a le champ libre. Il peut avancer un pion, comme aux échecs, quitte à se le faire prendre, car derrière, il a encore des pièces. L’ambition du président français n’est pas de signer la mort de l’OTAN. Au contraire, c’est de pousser à un aggiornamento de l’Alliance, à un changement de focale, à accepter une place plus importante pour les Européens dans la direction politique (et militaire). En gros, si on pouvait oser, c’est à une perestroïka qu’appelle Emmanuel Macron.

  • Comme l’expliquait un fin observateur de la scène diplomatique européenne. Même dans une république laïque, comme est la France, « il n’est pas impossible de croire… à la résurrection ».

(Nicolas Gros-Verheyde)

L’OTAN en mort cérébrale de Macron suscite des réactions en désordre

(B2) Si le président français avait pour ambition d’animer le débat, c’est réussi. Son ‘OTAN en mort cérébrale‘ asséné dans l’hebdomadaire britannique The Economist a suscité des réactions au plus haut niveau

Les membres de l’OTAN tentent de défendre le bien-fondé de l’organisation (crédit : OTAN)

Si certains partagent le constat d’une Alliance en grande difficulté politique, personne ne va, même mezzo vocce, dans le sens d’Emmanuel Macron. Et chacun se sent obligé officiellement de justifier l’existence de l’OTAN. Mais la plupart des arguments sont tirés du passé, non de la situation actuelle. Ce qui, d’une certaine façon, est reconnaître qu’il y a… un problème.

Un des partenariats stratégiques de l’histoire

« Je pense que l’OTAN reste un partenaire important, critique, peut-être historiquement l’un des partenariats stratégiques les plus critiques de toute l’histoire enregistrée » a défendu le ministre américain Mike Pompeo.

« I think NATO remains an important, critical, perhaps historically one of the most critical strategic partnerships in all of recorded history. »

Le pouvoir géopolitique en Europe, la sécurité à l’OTAN

« L’UE doit aspirer à devenir un vrai pouvoir géopolitique, mais l’OTAN est et devra rester la colonne vertébrale de notre sécurité sur les deux bords de l’Atlantique » a jugé la présidente slovaque Zuzana Čaputová, qui est du même bord politique et générationnel qu’Emmanuel Macron.

Berlin pas d’accord sur la forme ni sur le fond

« Je ne pense pas qu’un tel jugement intempestif soit nécessaire, même si nous avons des problèmes, même si nous devons nous ressaisir », a souligné la chancelière allemande Angela Merkel recevant le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg. Le président français a « utilisé des termes radicaux qui ne [sont] pas mon point de vue au sujet de la coopération au sein de l’OTAN », a-t-elle ajouté, selon l’AFP.

« Le pacte Nord Atlantique est une pierre angulaire de l’ordre mondial multilatéral » a renchéri le ministre allemand (SPD) des Affaires étrangères Heiko Maas.

L’OTAN essentielle pour Stoltenberg

« Nous sommes d’accord qu’une OTAN forte est essentielle pour la paix et la sécurité en Europe et que nous devons continuer à investir pour maintenir l’OTAN » a justifié le secrétaire générale de l’OTAN Jens Stoltenberg lors de sa réunion à Berlin avec Angela Merkel le 7 novembre.

 

« Toute tentative de distancer l’Europe de l’Amérique du Nord non seulement affaiblira l’Alliance transatlantique, mais risque aussi de diviser l’Europe. L’unité de l’Europe ne peut pas remplacer l’unité transatlantique »

L’OTAN a été un écran protecteur de la liberté

« En dépit de tous les remous des dernières semaines, je trouve que l’OTAN s’est montrée remarquable comme écran protecteur de la liberté », a affirmé Ursula von der Leyen vendredi soir, dans un discours prononcé à Berlin à la veille de la commémoration de la chute du mur. « L’Europe doit aussi apprendre le langage du pouvoir » a-t-elle ajouté selon Die Zeit. « D’une part, l’UE a besoin de plus de capacités militaires. D’autre part, elle doit faire davantage usage de la force disponible pour faire valoir les intérêts européens. »

Un rôle dans la sécurité partagée

L’OTAN « continue à avoir un rôle extrêmement important non seulement dans l’Atlantique Nord, mais dans le monde en tant qu’un groupe de pays qui se réunissent pour partager des valeurs, partager un engagement envers une sécurité partagée » a indiqué Justin Trudeau, le Premier ministre canadien, relayé par la représentante permanente canadienne auprès de l’OTAN.

(NGV & CG, st. )

Relais espagnol à Atalanta

(B2) La frégate espagnole Victoria (F-82) a pris la relève, mardi (5 novembre), de son sister ship Canarias (F-86), engagé depuis juillet dans l’opération de lutte contre la piraterie de l’UE (EUNavfor Atalanta)

(crédit : Armada espagnole)

Pour la frégate espagnole de la classe Santa Maria, la venue dans l’Océan indien n’est pas une nouveauté. Elle a participé, en effet, à l’opération anti-piraterie à trois reprises, participant notamment à nombre d’actions décisives de Atalanta (lire : 18 mois après le début de l’opération, Atalanta en mode offensif). Avec le navire amiral, ITS Marceglia, c’est le seul moyen naval de l’opération pour couvrir une zone quasiment aussi vaste que l’Europe. 

L’ESPS Victoria appartient au 41ème escadron d’escorte de la marine espagnole et au groupe de combat 1 (COMGRUP-1) de la force d’action navale (Fuerza de Acción Naval ou FAN). Basé à Rota, il a une certaine polyvalence lui permettant de mener des missions assez variées, notamment des opérations d’interdiction maritime ou de contrôle maritime.

L’ESPS Victoria a également pris part à l’embargo de la Yougoslavie (opération Sharp Guard), à des déploiements dans la mer Rouge et le golfe Persique lors de l’invasion du Koweït par l’Iraq, aux opérations Active Endeavour et Enduring Freedom, comme à l’opération Sophia en Méditerranée.

(NGV)

La PESCO ouverte aux pays tiers ? Arrêtons de l’annoncer tous les 4 matins

(B2) Régulièrement, on lit dans la presse que « ça y est, la coopération structurée permanente (PESCO) va être ouverte au Royaume-Uni, aux États-Unis, etc. » À chaque fois, passée l’annonce sensationnelle, la réalité reprend ses marques : il n’y a pas d’accord. Quelques médias, anglo-saxons en particulier, notamment le média en ligne Politico, se sont fait une spécialité de ces annonces sans lendemain qui ressemblent davantage à un coup de buzz, un bon ‘spin’

En janvier 2018, le média américain annonce : « Le pacte militaire conjoint de l’UE sera ouvert aux pays extérieurs au bloc, tels que les États-Unis et le Royaume-Uni, après le Brexit, mais uniquement au cas par cas » citant un document confidentiel (1). En septembre 2018, rebelote, les portes de la défense européenne pourraient s’ouvrir » annonce-t-il s’appuyant sur un projet de décision à débattre le mois prochain… Et en dernier lieu tout récemment, ce 6 novembre, cette fois c’est sûr. « Le Royaume-Uni après le Brexit et les États-Unis pourraient participer à des projets relevant du nouveau pacte militaire de l’UE, tout en laissant la Chine – et peut-être la Turquie – à l’extérieur », citant un nouveau projet de proposition (de 5 pages… !). Les articles sont rédigés avec grand talent, comme savent si bien le faire nos collègues anglo-saxons, mais sur le fond comme sur la méthode, on peut avoir comme un doute sur l’authenticité de ces informations, comme sur l’objectif recherché : informer… ou faire pression sur les récalcitrants ?

Dans la réalité, en effet, selon nos informations puisées à bonne source, et sans tapage, on n’est pas encore au stade de la décision. « On n’en est pas loin » certes, comme l’a confié à B2 un spécialiste du domaine. Propos confirmé par deux autres sources diplomatiques. Mais la décision n’est pas encore approuvée. Elle avait d’ailleurs très peu de chance de l’être, selon un (très) bon connaisseur des affaires européennes, consulté par B2 avant la réunion (lire notre papier détaillé).

Conclusion : pour être ‘bien’ informé sur l’Europe politique, sa défense, sa politique étrangère, je n’aurai qu’un seul conseil : vérifier à deux fois vos informations… et lisez B2 !

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) Le principe du ‘cas par cas’ comme du caractère ‘exceptionnel’ de cette association sont déjà inscrits dans la décision de décembre 2017 établissant le cadre général de la PESCO (article 9). Cela n’a rien d’hyper confidentiel…

L’OTAN en état de mort cérébrale (Macron)

(B2)  Le président français Emmanuel Macron avait déjà été assez dur au Conseil européen en octobre dernier (lire : La faute lourde des Occidentaux et de l’OTAN en Syrie (Emmanuel Macron)). Il est encore plus dur dans un entretien avec The Economist, paru hier

Le bureau de l’Elysée – centre du pouvoir français (crédit : Elysée)

Être lucide

Il avertit les pays européens qu’ils ne peuvent plus compter sur l’Amérique pour défendre leurs alliés de l’OTAN. « Pour la première fois, nous avons un président américain qui ne partage pas l’idée du projet européen, et la politique américaine se désaligne de ce projet ». L’exemple de la Syrie l’a montré. « Nous devrons à un moment faire le bilan de l’OTAN. Ce qu’on est en train de vivre, c’est la mort cérébrale de l’OTAN. Il faut être lucide », a déclaré E. Macron. « On doit en tirer les conséquences. »

Une offensive turque sans coordination

Ce constat est clair, si sur le plan militaire cela fonctionne, « sur le plan stratégique et politique, force est de constater que nous avons un problème ». « Nous assistons à une agression menée par un autre partenaire de l’OTAN qui est la Turquie, dans une zone ou nos intérêts sont en jeu, sans coordination. Il n’y a pas eu de planification ni de coordination par l’OTAN. Il n’y a même pas eu de déconfliction par l’OTAN. »

Un réveil européen nécessaire

Il est grand temps que l’Europe « se réveille » a-t-il ajouté. L’Europe se trouve « au bord du précipice », a-t-il déclaré, et doit commencer à se penser stratégiquement en tant que puissance géopolitique. Sinon, nous ne « contrôlerons plus notre destin ». « Notre défense, notre sécurité, les éléments de notre souveraineté, doivent être pensés en propre. » Et la « première chose pour y arriver, c’est de retrouver la souveraineté militaire ». C’est-à-dire une « Europe de la défense, une Europe qui doit se doter d’une autonomie stratégique et capacitaire sur le plan militaire ».

Une autre politique avec la Russie

Autre point d’indépendance : « rouvrir un dialogue stratégique, sans naïveté aucune et qui prendra du temps, avec la Russie. » Les Européens doivent  « réinternaliser votre politique de voisinage, vous ne pouvez pas la laisser gérer par des tiers qui n’ont pas les mêmes intérêts que vous ».

La question de l’article V en débat

Durant cette interview (qui a eu lieu le 21 octobre dans son bureau de l’Élysée à Paris), le journal américain lui a demandé s’il croyait en l’efficacité de l’Article V, à l’idée que si un membre de l’OTAN était attaqué, tous lui viendraient en aide, ce qui, selon de nombreux analystes, sous-tend l’effet dissuasif de l’alliance. « Je ne sais pas » a-t-il avoué. « C’est quoi l’Article 5 demain ? C’est-à-dire que si le régime de Bachar al-Assad décide de répliquer à la Turquie, est-ce que nous allons nous engager ? »

(NGV)

Télécharger le transcript de l’interview en FR et en ENG

Les treize nouveaux projets de la coopération structurée permanente (PESCO)

(B2 – exclusif) Les ministres de la Défense doivent entériner, mardi prochain (12 novembre), treize nouveaux projets qu’ils comptent mener au titre de la coopération structurée permanente (PESCO)

(crédit : Commission européenne)

On arriverait ainsi à 47 projets après les 17 approuvés en mars 2018 et les 17 autres approuvés en novembre 2018.

La liste en avant première

Nous avions annoncé – en avant première – dès le 30 septembre pour nos abonnés, la liste de ces 13 projets. Un petit scoop maison, complété aujourd’hui avec la liste des pays participants. Nous ouvrons cet article à tous nos lecteurs afin qu’ils puissent en prendre connaissance. Bonne lecture !

Lire : (B2 Pro) La troisième vague de projets de la PESCO : beaucoup plus ‘high tech’. La liste en avant-première

(NGV)

NB : cet article est lisible par tous et des extraits peuvent être reproduits. Mais à deux conditions : citer B2 – Bruxelles2 et/ou renvoyer à l’article (médias en ligne). Tout ‘oubli’ constitue une ‘contrefaçon’