De quoi discutent réellement Français et Britanniques ?

Français et Britanniques continuent de discuter sur les sujets de coopération alors que la polémique sur la Strategic Review commence à enfler sérieusement au Royaume-Uni (1). Mais cela ne porte pas sur la question nucléaire, a tenu à démentir catégoriquement Hervé Morin, en se confiant à quelques journalistes en marge de la réunion de l’OTAN (2). « Les questions des patrouilles de sous-marins (3) comme celles des têtes nucléaires (MCO), évoqués régulièrement dans la presse, ne sont pas des sujets de discussion. La question est plutôt de savoir quelle capacité est disponible chez l’un qui peut faire profiter chez l’autre. »

Quels sont les sujets de discussion ? « Nous sommes plutôt concentrés sur des sujets comme le groupe aéronaval, la guerre des mines, les avions de patrouilles maritimes. Nous pourrions très bien rénover des Atlantique 2 supplémentaires ; la rénovation actuelle a été faite a minima et nous avons une capacité supérieure d’avions à rénover ce qui permettrait d’offrir plus de capacité aux Britanniques et de les  4 Nimrod). Il y aussi le maintien en condition opérationnelle (MCO) des A400M ou la formation des pilotes A400M ; un sujet important, quand on sait que le coût d’un simulateur coûte une fortune (celui de 5 Rafale), il y a là un intérêt supplémentaire. Et il y a d’autres sujets en cours : le futur drone male, les ravitailleurs aériens, … »

Une coopération bilatérale. Mais les Britanniques ne veulent surtout pas entendre parler de coopération européenne. Il n’est ainsi pas question de l’Agence européenne de défense comme d’entrer dans le commandement européen de transport aérien (EATC). « Les Britanniques sont demandeurs d’une coopération bilatérale, pas plus ».

Lire également :

Share Button