(B2 à Saint-Nazaire) Engagés au Sahel ou l’opération Sentinelle, le véhicule blindé léger et le VT4 sont aujourd’hui des incontournables de l’armée de terre française, en France comme sur les terrains extérieurs. À l’arrière, les hommes et les femmes s’activent pour les maintenir en état de marche

Un VT4 ( à gauche) et un VBL (à droite) trônent en évidence (© AF/B2)

À l’entrée du site, des rangées de véhicules et camions blindés stationnent au soleil. Deux modèles sont fièrement exposés à côté de l’enseigne du groupe Arquus (1). Il s’agit d’un véhicule blindé léger (VBL) et d’un véhicule terrestre 4×4 (VT4). À eux seuls, ils illustrent le changement d’activité qu’est en train d’opérer le site industriel de Saint-Nazaire.

À Saint-Nazaire, cap sur la maintenance

Dans les locaux de l’usine, on s’affaire, on bricole, on démonte, on soude, on peint. Le bruit des machines, en fond, est incessant. À l’entrée, on propose des boules Quiès. Des engins de chantier sillonnent le site. Un marquage au sol est même prévu — et maintes fois rappelé — pour permettre aux piétons de circuler sans danger. Un accident est vite arrivé…

Une redistribution des lieux de production

Ici, l’objectif est de se concentrer sur la maintenance et la réparation des engins à roues. Le groupe a mis en place une nouvelle stratégie industrielle en 2020, et redistribué les activités entre différents sites de production. La production d’engins neufs est donc désormais faite à Limoges, la logistique est assurée à Garchizy et la militarisation des moteurs ainsi que la production de sous-ensemble mécaniques, à Marolles. Le site de Saint-Nazaire se spécialise, lui, sur la maintenance opérationnelle de l’ensemble des produits de la gamme (ACMAT, Panhard, RTD).

Des compétences étendues à d’autres

Avec à terme une possibilité de s’étendre à d’autres marques ? « Nous sommes aujourd’hui la seule industrie à avoir un site qui fait de la maintenance », assure le directeur du site Laurent Postollec. « Si nous sommes en mesure de réparer l’ensemble de notre gamme, il n’y a pas de raison pour que nous nous limitions à ceux-ci ».

Parmi les engins à roues auxquelles les compétences du site pourraient s’étendre : ceux développés en partenariat avec d’autres industriels, comme avec Nexter dans le cadre du programme Scorpion pour l’armée de terre. « Je me prépare à pouvoir peut-être réparer des véhicules qui ne sont pas forcément de la gamme », appuie ce pilier du groupe Volvo.

C’est désormais ici que l’imposant blindé est réparé et modernisé, pour accéder au standard « Ultima ». La démonstration de ses capacités est faite sur la piste d’essai, en conditions réelles. « C’est ici que tous les véhicules qui sortent de l’usine sont testés », explique l’un des chauffeurs.

À l’intérieur, ça secoue, et ça va vite

L’homme nous prend à son bord le temps d’une courte (mais intense !) démonstration. À peine la ceinture de sécurité attachée, voilà que le bolide démarre au quart de tour et file à toute berzingue, sans guère d’états d’âme pour les deux journalistes qui s’accrochent tant bien que mal aux poignées. À l’intérieur, ça secoue, et ça va vite. Le modèle n’est plus tout jeune, il date des années 1990. Mais il est résistant. Notre conducteur exploite à fond les dernières améliorations du bolide et profite du passage à 130 CV (contre 90 dans la précédente version). Frissons garantis ! Un autre aménagement attire notre attention : l’installation de la climatisation, appréciable durant cette journée ensoleillée.

(©AF/B2)
(© AF/B2)

L’odeur de la peinture sur les derniers VT4

Après cette escapade mouvementée, retour sur la terre ferme. Mais pas sans surprises. Direction les locaux de l’usine. Ici, c’est l’odeur de peinture qui surprend en premier : Les derniers VT4 sont en cours de militarisation, c’est-à-dire en cours de transformation d’une voiture civile à une voiture militaire (remplacement d’équipements, par exemple).

Un modèle civil militarisé

Construit sur une base civile à partir d’un modèle de Ford Everest, le SUV est ensuite partiellement démonté pour enlever les composantes qui ne seront pas utiles dans un cadre militaire ou qui seront remplacées par des composantes militaires. Les ouvriers commencent ainsi par enlever phares, rétroviseurs, plages arrières etc. Puis les vitres et les roues sont recouvertes d’une sorte de bâche en carton, avant que la voiture ne passe dans un cube qui enlève sa peinture initiale et lui met une première couche de peinture militaire.

La fin du neuf

Ces véhicules ne seront produits que jusqu’en 2023. « La fin de la production des VT4 signe la fin de la production du neuf sur Saint-Nazaire », nous explique t-on. Auparavant, « 80 à 90% de notre activité était du véhicule neuf, mais pour du Bastion et du VLRA, donc pour la partie export », complète Laurent Postollec.

(©AF/B2)
(© AF/B2)

De nouvelles solutions pour l’export

Ici, les équipes accompagnent aussi les clients sur la formation au matériel. Une prestation qui permet notamment de soulager le personnel du site de ces opérations de maintenance pour se consacrer en priorité sur les commandes de son client principal : l’armée de terre.

Des outils de réalité virtuelle

En plus de la formation « classique » avec PowerPoints à la clé, une formation « innovante » est proposée. Pour cela, l’entreprise s’aide d’outils de réalité virtuelle. « Le virtuel permet d’amener une première approche pédagogique ». Grâce à cela, il est possible de « voir au travers d’un véhicule, son fonctionnement, sur la motorisation, l’électronique etc. » et faire l’objet d’une première formation. Apprentissage qui sera par la suite « complété sur une opération de maintenance réelle de matériel », explique Thomas Brice, responsable de la stratégie de soutien, de la relation client et du maintien en conditions opérationnelles (MCO).

Des compétences entretenues à distance

Ces nouvelles solutions de formation permettent aux ouvriers du site de rester en dehors des théâtres d’opération. Mais cela donne aux soldats les moyens pour qu’ils soient capables de « faire face eux mêmes à un certain nombre de problèmes sur place », sans avoir besoin de faire « de la maintenance lourde ». Une telle formation permet de former « plus largement, plus rapidement » et de mobiliser « moins de matériels », détaille le responsable. L’offre est principalement destinée aux clients à l’export pour permettre « d’entretenir des compétences à distance ».

Dématérialiser le diagnostic : quand le technicien voit ce que le client voit

Autre moyen déployé pour soulager les équipes du site : l’assistance dématérialisée. Des lunettes connectées permettent de réaliser un diagnostic « assez poussé », même à distance. En pratique, le technicien peut « visualiser exactement ce qui est vu par le client », et ainsi « dématérialiser le diagnostic ». Un outil particulièrement utile au moment de la fermeture des frontières lors de la pandémie de Covid-19, lorsque les formateurs ne pouvaient se rendre dans les pays de leurs clients. Une pratique vouée à se développer ? Il faudra encore patienter…

(Agnès Faure, st.)

  1. Arquus est né de la fusion des marques d’armement terrestre français Panhard, ACMAT et Renault Trucks Defense (RTD). Malgré une tentative de vente en 2016, l’entreprise fait toujours partie du groupe suédois Volvo.

Reportage au cours d’un voyage de presse organisé par Arquus sur son site de Saint-Nazaire, fin septembre

Rédaction de B2

© B2 - Bruxelles2 est un média en ligne français qui porte son centre d'intérêt sur l'Europe politique (pouvoirs, défense, politique étrangère, sécurité intérieure). Il suit et analyse les évolutions de la politique européenne, sans fard et sans concessions. Agréé par la CPPAP. Membre du SPIIL. Merci de citer "B2" ou "Bruxelles2" en cas de reprise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre newsletter