Le Parlement européen prévient. La présidence slovène va être surveillée de près sur le respect des valeurs

Sophie In’t Veld remet à Janez Janša le questionnaire du groupe Démocratie auquel le premier ministre n’a toujours pas répondu depuis mars (crédit : PE)

Le premier ministre slovène, Janez Janša, présentait mardi matin, 6 juillet, au Parlement européen, les priorités de sa présidence du Conseil de l’UE pour les six mois à venir. L’exercice rituel à chaque nouvelle présidence a viré cette fois à un jeu de ping-pong autour des valeurs de l’Union européenne. Les députés européens prenant l’ascendant de la présidente de la Commission européenne dans la virulence des accusations et mises en garde concernant le pluralisme des médias et l’indépendance de la justice notamment. À l’exception notable du groupe des droites nationalistes d’Identité et démocratie (ID) qui « salue la position courageuse contre la relocalisation des migrants » et des conservateurs du groupe ECR.

La question du Parquet européen

La première attaque est signée du PPE, le groupe auquel appartient le parti du Slovène. L’Allemand Manfred Weber (CSU) aborde d’emblée l’état de droit et le fait que la Slovénie soit le dernier État membre à ne pas avoir nommé de procureur délégué au Parquet européen, en charge d’enquêter sur les infractions portant atteinte au budget européen (fraude, corruption). « Le plus urgent, c’est de créer ce parquet européen pour pouvoir commencer à travailler. Nommez sans attendre un représentant à cet égard ! » Mais il relativise au passage la critique en pointant du doigt que tous les États peuvent avoir à l’heure actuelle des faiblesses, comme le Danemark et sa législation sur le droit d’asile. « Ils ont aboli le droit d’asile tout simplement ! Imaginez si une telle décision avait été prise en Hongrie ou Slovénie » fait-il remarquer à l’adresse de ses collègues cette fois.

Sommations

L’attaque est plus directe et virulente de la part du groupe Renew. « Vous voulez faire partie d’un sinistre club qui ne supporte pas le pluralisme des médias, l’indépendance judiciaire et ne respecte pas les droits LGBT. La corruption et la fraude font partie de ce club. Vous parlez mais n’agissez pas », lâche le Néerlandais Malik Azmani (VVD), vice-président du groupe. Les sommations s’enchaînent : « arrêtez de harceler les journalistes et les juges, de nommer vos amis juges et forces de police », « nommez les délégués au parquet européen ». Le Français Stéphane Séjourné (LREM) n’est pas plus tendre, mais ouvre une porte : « Je distingue les priorités constructives et la situation politique d’un pays qui se revendique de plus en plus ouvertement illibéral. Et nous sommes inquiets. Inquiet de la campagne de haine contre les journalistes, relayée par le gouvernement. (…) Il faut donner des preuves. Nous vous soutiendrons sur le fond, et serons vigilants sur les valeurs européennes ».

Surnommé ‘maréchal Twitto’

Le ton des échanges est resté aigre-doux tout au long de la matinée entre les députés européens et le premier ministre. « Trump n’était pas un modèle mais doit être un avertissement, quand on est appelé à exercer la présidence de l’Union européenne on ne doit pas suivre cet exemple » raille Martin Schirdewan, co-président du groupe de la gauche radicale (GUE), faisant référence aux tweets ravageurs dont le premier ministre slovène est coutumier, d’où son surnom de ‘maréchal Twitto’, et à son admiration de l’ancien président américain.

Pique…

Jusque là stoïque et impassible, Janez Janša est sorti de sa réserve en fin de matinée. Comme piqué au vif par la dernière banderille plantée par la Néerlandaise Sophia In’t Veld (D66). L’eurodéputée, à la tête du groupe de suivi de l’État de droit au sein de la commission des libertés publiques (LIBE) du Parlement européen, s’est avancée jusqu’à son fauteuil pour lui remettre une copie du questionnaire préparé pour une audition (lire Carnet 08.07 à venir), prévue en mars dernier, mais interrompue par le premier ministre slovène, pour de soi-disant problèmes techniques. « Nous vous avions posé des questions sur la situation en Slovénie, mais nous n’avons pas reçu de réponses alors je vous apporte une copie papier… ». Le premier ministre ne tend pas la main, laissant les feuilles A4 se déposer d’elles-mêmes sur sa tablette. À peine fait-il un signe de tête.

et réplique

La réponse arrive quelques minutes plus tard. Lors de son dernier tour de réponses aux commentaires, questions et propos des dizaines de députés qui se sont succédés ce matin au micro. La réplique est brève. Le ton reste austère, sans ébauche de sourire ni de gestuelle. « Vous avez parlé de liberté de médias mais le dernier journaliste qui a été mis en prison pour ce qu’il a écrit est devant vous ! Aujourd’hui, il n’y a aucune répression contre les journalistes ! » Sur le fond des critiques, le premier ministre argumente à peine. Il assure de son attachement aux valeurs européennes et de l’État de droit, « sans État de droit il n’y a pas d’Union européenne, c’est évident » explique-t-il quelques minutes plus tard en conférence de presse. « Il y a 400 prisonniers politiques qui meurent en Biélorussie et ont besoin de notre soutien, il y a beaucoup de problèmes plus importants que ceux sur lesquels on perd du temps maintenant ».

(Emmanuelle Stroesser)

Emmanuelle Stroesser

Journaliste pour des magazines et la presse, Emmanuelle s’est spécialisée dans les questions humanitaires, de développement, d’asile et de migrations et de droits de l’Homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre newsletter