Mali. Première formation d’un peloton des FAMA sur les blindés Typhoon

(B2) Les Européens viennent de terminer à Gao au Nord du Mali la formation d’un peloton de l’armée malienne à la conduite de leurs nouveaux véhicules blindés

Apprentissage de la descente d’un Typhoon en position de combat (crédit : EUtM Mali)

L’armée malienne vient d’acquérir des véhicules blindés capables de résister aux principaux engins explosifs improvisés, les fameux IED. Ils devraient être déployés dans le centre du pays, là où l’influence des groupes terroristes est la plus répandue. Encore faut-il appréhender ces nouveaux véhicules, plus lourds que les anciens, et être capables de réagir en cas d’incident. C’est tout l’intérêt du premier entraînement du peloton malien dirigé par la mission EUTM, qui vient de se dérouler à Gao.

Une demande malienne

La demande de cette formation spéciale est venue de la partie malienne. précise-t-on au QG d’EUTM. Plus précisément lors de la réunion de coordination trimestrielle régulière entre le chef de mission de l’EUTM et le chef d’état-major général des forces armées maliennes. « Les Maliens ont des véhicules blindés, mais ils doivent de toute urgence former les conducteurs, les artilleurs et l’infanterie, en fait tout l’équipage », explique le général Ridzak, chef de la mission EUTM (et qui termine sa rotation).

Une formation complète

« Les soldats ont suivi une formation complète, maîtrisant les procédures de protection contre les engins explosifs improvisés (EID), apprenant à fournir les premiers soins, à manipuler correctement les armes lourdes », rapporte l’instructeur de formation, le capitaine finlandais TV. Les soldats doivent aussi apprendre à maîtriser la conduite sur différents terrains, le parcours du combattant, la réaction à l’attaque, et surtout comment vérifier et entretenir le véhicule avant le trajet. Une formation appelée à se développer et se renouveler au fil de l’arrivée de ces nouveaux véhicules dans les FAMA (cf. encadré).

Le système d’information

En plus de la formation ‘blindés’, des experts d’EUTM Mali ont également initié les soldats maliens du poste de commandement régional à l’utilisation d’un réseau informatique pour soutenir le système de commandement et de contrôle militaire.

Le concept de formations décentralisées

Ce type d’entrainements, hors du centre de Koulikoro, base habituelle de formation d’EUTM Mali, est appelée à se développer. Le nouveau mandat d’EUTM Mali prévoit en effet davantage de formations « décentralisées ». L’occasion aussi pour les EUTM et Barkhane de renforcer leurs liens. « En entraînant des troupes dans le centre du Mali, la coopération entre EUTM et Barkhane s’approfondit » indique le colonel Delacotte, commandant de la base de Gao, qui recevait le chef d’EUTM Mali, le général Ridzak. « Et nous en sommes très heureux. »

(Nicolas Gros-Verheyde)

Typhoons en cours d’acquisition

L’armée malienne a acquis 130 véhicules blindés, lui permettant d’opérer dans tout le Mali, dans le cadre d’un contrat conclu avec les Émirats arabes unis. Une partie limitée (environ une trentaine) est l’objet d’une donation, l’autre partie est achetée. Conçus et fabriqués par l’industriel émirati, Streit Group, le Typhoon est un véhicule blindé, 4X4, de type MRAP. C’est-à-dire résistant aux mines et protégé contre les embuscades (Mine Resistant Ambush Protected). Il est utilisé principalement comme véhicule de transport de troupes d’infanterie et de soutien au sol (8 personnes + tireur + commandant + chauffeur), mais peut aussi être configuré en véhicule de commandement et de contrôle ou d’évacuation médicale. Doté d’une coque monocoque blindée en forme de V, il offre à ses occupants, selon son fabricant, une protection contre le souffle au niveau 3 du STANAG 4569 (la norme OTAN pour la protection des blindés).

Lire aussi : EUTM Mali redémarre. Redéploiement des effectifs et reprise des activités à la clé

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.