Force Takuba : qui participe, observe ou simplement soutient ? (v3)

(B2 – exclusif) La liste des pays européens venant renforcer l’opération Barkhane par des forces spéciales n’augmente pas de façon notable. Mais elle tend à se concrétiser

L’élément clé de la force Takuba est l’accompagnement et la formation des ULRI maliennes. C’est à cette tâche, effectuée (ici) par les Français du SGTD Bercheny de l’opération Barkhane, que vont s’atteler essentiellement les Européens (crédit : Etat-Major des Armées / DICOD)

Cinq pays engagés au total

Deux pays sont déjà sur place (Estonie et Rép. Tchèque), un troisième devrait arriver, la Suède, avec un contingent notable (150 personnes). De quoi former trois task-groups, en partenariat avec les Français.

Seulement trois task-groups

Chaque contingent de forces spéciales est accolé à une ULRI (Unité légère de reconnaissance et d’intervention) de l’armée malienne. Avec en objectif le triple A : Assist (er), Advise (conseiller), Accompagn (er), la montée en gamme des forces maliennes jusqu’à ce qu’elles soient pleinement autonomes.

Le 1er task-group franco-estonien, le plus ancien, compte 60 Français et 30 Estoniens, basé à Gao et accolé à la 4e ULRI avec 90 personnels, venus de la 132e compagnie mécanisée de Gao, et quelques éléments nigériens.

Le 2e task-group franco-tchèque devrait avoir la même dimension (51 Français et environ 35 Tchèques), avec une capacité opérationnelle atteinte à la mi-janvier. Il sera basé à Menaka et accolé à la 2e ULRI. L’ensemble des militaires tchèques sont arrivés a précisé le porte-parole des armées, le colonel Burkhard lors du point de presse 15.01. Reste à faire l’incorporation opérationnelle. Ce qui devrait fait fin du mois ou plutôt février.

Le 3e task-group franco-suédois sera lui aussi basé à Menaka, plus important. Ils seront opérationnels d’ici mars. Les Suédois fourniront également une QRF, force de réaction rapide, des éléments chirurgicaux, ainsi que des hélicoptères Black Hawk. Bien utiles pour l’opération Barkhane qui manque de moyens héliportés.

Deux pays de plus d’ici la fin de l’année

Les Italiens n’arriveront pas tout de suite. Rome n’enverra finalement pas de forces de combat en tant que tel, capables de constituer un task-group (basé à Ansongo), comme prévu au départ, dans le projet de loi présenté par le gouvernement en mai 2020 et approuvé au Parlement en juillet. Les Italiens apporteront une composante Medevac (avec hélicoptères normalement), qui ne sera pas intégrée dans les forces de combat. Arrivée prévue : plutôt au second semestre.

Quant à la Grèce, « les discussions sont en cours » selon un responsable du ministère des armées, interrogé par B2 afin de déterminer le profil exact de leur participation. Celle-ci resterait « modeste », selon notre première appréciation, de l’ordre de quelques dizaines (maximum) de personnes, qui n’intégrerait pas un task group, mais ferait plutôt du soutien.

Une présence au QG

Quatre pays (Danemark, Belgique, Pays-Bas, Portugal) participent en envoyant de un à quatre officiers au quartier général de la force à N’Djamena ou à Gao (*). Cette participation est symbolique en soi, mais elle peut être utile pour préparer une participation future plus robuste, sur le terrain. Comme le dit un officier étranger, cela permet surtout d’en « connaitre davantage » sur les modalités de l’opération et de « rapporter » ces éléments au plan interne. A noter que tous ces officiers ne sont pas encore présents. Les Belges ne sont pas encore arrivés.

Un soutien politique

Trois pays ne sont pas présents physiquement mais soutiennent politiquement la force (Allemagne, Norvège, Royaume-Uni). Le cas de la Norvège est symptomatique de la faiblesse d’engagement. Partants au départ pour aligner des forces sur le terrain, Oslo a reculé faute de soutien au Storting, le parlement norvégien.

(maj) D’autres participants l’année prochaine

La ministre française des Armées, Florence Parly, ne désespère d’obtenir d’autres participations. Elle l’a indiqué devant l’Assemblée nationale mardi (12 janvier). « Nous sommes en discussion avec les Allemands et les Portugais pour finaliser les conditions de leur déploiement avant la fin de l’année ». Ce n’est pas un « débat sur le principe, mais sur les conditions » a-t-elle précisé. Et pour le « déploiement suivant », d’autres pays en observation pourraient se décider : « nous sommes en discussion avec les Pays-Bas notamment ».

(Nicolas Gros-Verheyde)

(*) C’est l’addition de ces quatre pays, aux cinq précédents qui donne le chiffre de neuf, cité par la ministre des Armées, Florence Parly, dans les pays ‘engagés’ dans Takuba.

(mis à jour 13.01 et 16.01) sur les possibles participants futurs (ministre) – sur la présence tchèque complète et l’absence belge au QG

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.