Mozart contre Wagner, la méthode Borrell à l’œuvre

(B2) Voici un an que l’ancien chef de la diplomatie espagnole est aux manettes de la diplomatie européenne. L’intéressé lui-même l’avait confié à B2 avant d’entrer en fonction, il voulait agir là où il pouvait, insuffler plus de dynamisme et donner davantage de rôle aux États membres. Il tient parole apparemment

Josep Borrell arrivant à la salle du Conseil des ministres (crédit : Conseil de l’UE – novembre 2020)

Moins prétentieux que Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, moins lisse que Charles Michel, le président du Conseil européen, l’ancien socialiste espagnol a fait son trou. Et son âge (73 ans) n’apparait pas comme un handicap. Au contraire…

Entre action et réalisme

Pour cerner Josep Borrell, il faut d’abord interroger son entourage. « Il sait ce qu’il veut. Il est réaliste sur ce qu’on peut espérer avoir », raconte un de ses proches. « Il ne veut pas juste parler, dire on est ‘préoccupé’ ou ‘très préoccupé’ et ensuite passer à autre chose. Si on est préoccupé, il faut faire quelque chose. Il faut chercher les voies alors pour le faire. Si on ne peut pas faire ou rien faire, autant ne rien dire ou ne rien tenter » et être discret.

À l’écoute

Par rapport à sa prédécesseure, « Josep Borrell a une approche plus précise sur ce que nous pouvons apporter, concrètement » indique un ministre de la Défense. Federica Mogherini « partait du principe qu’elle savait tout. Elle faisait tous les déplacements, n’accordait pas vraiment d’attention aux conseils des militaires, et n’en demandait même pas » nous confie un diplomate. « Borrell écoute beaucoup plus. Il demande les conseils. » Ce qui plait davantage aux États membres qui ont toujours eu l’impression avec le ‘Haut représentant nouvelle formule’ en place depuis 2009 (1) de se voir dépossédés. Cela ne l’empêche pas de foncer le cas échéant.

Décider et foncer

Écouter ne veut pas dire ne pas décider. « C’est un vieux routier » qui perçoit quand il peut forcer la main, ou quand il ne peut pas. On l’a vu pour le lancement de l’opération Irini. Alors que le sujet trainait et menaçait de bloquer, « le Haut représentant a sorti un texte de sa manche », l’a posé sur la table des États membres. Cela a surpris. Mais cela a marché. Les États ont été d’accord pour reprendre l’opération. Au final, cette manière de faire a « beaucoup plu ». Car « il prend ses responsabilités ». « La mayonnaise prend. Pourvu que ca dure » ajoute notre interlocuteur. En tout cas, cela « nous change de Federica qui faisait un peu trop maitresse d’école ».

Un vrai changement

« Il y a un vrai changement » sur le fond comme sur la forme, confirme un autre vieux routier de la politique européenne. « Je me rappelle d’un moment [lors des évènements de Maidan en Ukraine] où on avait un Haut représentant (NB : Catherine Ashton) qui disait : ‘j’ai un problème avec les Weimar et une solution, les États-Unis’ ». Une erreur selon notre interlocuteur. Car « ce sont finalement les ‘Weimar’ qui sont allés ensemble à Kiev pour négocier un arrêt des violences »… et pas les US. Avec Josep Borrell, foin de tout ça. Si un groupe d’États veut prendre des initiatives, il le soutient et l’accompagne.

Tracer la perspective…

Pour résumer la méthode Borrell, comme nous le confie un diplomate, c’est « on trace la perspective. Le Conseil travaille. Il y a un mandat clair, une bonne répartition des rôles. On ne s’étend pas en long et large sur les sujets ». Et on essaie de garder tout le monde à bord. « Être efficace et uni. »

… et garder une certaine dose de pragmatisme

À cela il faut ajouter une certaine dose de pragmatisme. La discussion sur le plan 2020-2024 des droits de l’homme l’a montré. Alors que la proposition conjointe faite par le Haut représentant et la Commission européenne prévoyait un passage à la majorité qualifiée pour la mise en œuvre de ces recommandations, cela râlait du côté des États membres. Le Haut représentant a mis de côté sa proposition pour faire passer le reste du texte (lire : Droits de l’Homme et démocratie. La question de la majorité qualifiée reportée à plus tard ).

Le hard et le soft power

Dans le concert mondial où les gros bras (Poutine, Erdogan, Trump, Netanyahou, Rohani…) jouent du muscle, Josep Borrell incarne assez fidèlement la petite musique européenne qui entend jouer sa partition habituelle, le soft power, en essayant de jouer (un peu) des effets de puissance, en s’appuyant sur son atout le plus cher (l’économie) et une volonté (stabiliser son voisinage). Ce n’est pas gagné. Mais l’exemple de l’accord sur le nucléaire iranien où les Européens ont tenu bon, malgré tout à l’administration Trump (lire : L’accord sur le nucléaire iranien. Des Européens droits dans leurs bottes), est peut-être un point clé dans ce tournant (stratégique ?).

Un homme au parler clair

Enfin, pour la presse, ce Haut représentant a un avantage :  il connait ses dossiers et ses interlocuteurs. Et il parle ‘clair’ et ‘précis’, du moins autant que possible, sans tirer la couverture à soi (2). On ne peut pas parler d’une totale franchise (ce serait l’antithèse de la diplomatie). Mais il n’esquive pas quand existe un problème ou une difficulté. Et quand il l’esquive, la non-réponse est … clairement une réponse.

Bien continuez !

À l’aune de cette première année, à B2, nous lui décernons donc une mention ‘Bien. Continuez’… Nous verrons si les quatre années à suivre permettront de confirmer (ou d’infirmer) ce jugement favorable.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi : les méthodes de travail au cœur d’un débat entre ministres

  1. Depuis le Traité de Lisbonne entré en vigueur fin 2009, le haut représentant est non seulement chef de la diplomatie européenne et des missions de la PSDC, mais aussi vice-président de la Commission et président du Conseil des Affaires étrangères.
  2. Sur les récentes avancées en Libye, il reconnaissait ainsi récemment que si on avance, ce n’est pas grâce à nous, c’est grâce aux Nations unies. Un joli renvoi d’ascenseur et un pied de nez au passage à la présidence allemande qui a beaucoup mis en avant son ‘processus de Berlin’.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.