Les amis de ‘Chypre’ en exercice au large d’Alexandrie. Une frégate turque s’invite à la manœuvre

(B2) Les marines de cinq pays sont en exercice au large de Alexandrie. Objectif : améliorer leur capacité à intervenir. Un message à peine déguisé à Ankara

(crédit : Porte-parole du ministère égypte de la Défense)

Objectif : assurer la sécurité de la zone

Cet exercice à dominante maritime — qui fête sa dixième édition et vient de se terminer à ce dimanche (6 décembre) — a regroupé cette fois, outre les trois habituels participants (Égypte, Chypre et Grèce), la France et les Émirats arabes unis (1). Un groupe qu’on peut appeler les ‘amis de Chypre’. Avec trois objectifs : contribuer à la sécurité régionale, renforcer la coopération militaire et l’interopérabilité, établir des synergies opérationnelles. L’adversaire n’est pas désigné, mais il s’agit bien de la Turquie qui inquiète les cinq pays.

Une tentative de forcer le passage

Une frégate turque, Kemal Reis, venue d’observer d’un peu trop l’exercice, s’est d’ailleurs vu intimer l’ordre de quitter les lieux. Selon les médias grecs et chypriotes, le navire turc a tenté de pénétrer dans les eaux où se déroulait la manœuvre Medusa 10. Il a été dûment averti de quitter la zone, mais a tout d’abord refusé d’obtempérer. Ce n’est qu’après l’intervention d’une frégate égyptienne qu’il a quitté la zone.

NB : Le nom du Kemal Reis n’est pas tout à fait inconnu. La frégate turque avait déjà eu, au mois d’août, un léger incident avec ‘frôlement de coque’ avec une frégate grecque le Limnos, alors qu’elle accompagnait le navire de recherche sismique turc Oruç Reis dans ses activités de forage.

Une dizaine de navires et sous-marins

Ont participé à l’exercice, côté grec, le sous-marin Katsonis, les frégates Limnos et Themistokles et le bâtiment amphibie Chios et, côté égyptien, le bâtiment porte-hélicoptères amphibie Anouar El-Sadate (1) , la frégate Alexandria et les corvettes Ali Gad, El Fateh, Mahmoud Fahmy, et le sous-marin S-41, avec la corvette chypriote Ioannides pour Chypre et la corvette Baynunah pour les Émirates arabes unis. Du côté de la ‘Royale’, c’est la frégate Aconit, de garde en Méditerranée orientale, qui représentait le drapeau français.

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Connu au départ sous nom de Sebastopol, ce BPC, bâtiment de projection et commandement, de classe Mistral était destiné à la marine russe, avant d’être l’objet d’un changement d’orientation de la France, sous le joug des évènements (l’intervention russe en Ukraine) et d’être revendu à l’Égypte avec son ‘sister-ship’, le Vladivostok devenu le Gamal Abdel Nasser dans la marine égyptienne. Lire : N°74. Le contrat rompu des BPC Mistral russes. Un pari géopolitique osé, mais raté

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).