Un intrus s’invite à la réunion des ministres de la Défense de l’UE. Rigolade et embarras garantis

(B2) Un journaliste néerlandais a réussi à s’introduire sans vraiment de difficulté à la réunion des ministres de la Défense ce vendredi (20.11). Une bonne partie de rigolade… mais pas pour tout le monde

Le journaliste de RTL, Daniel Verlaan, (en haut à droite) fait coucou aux ministres de la défense de l’UE réunis (crédit : RTLNieuws/Daniel Verlaan)

Une bourde de la ministre néerlandaise

Tout commence avec une bourde monumentale. Sur son compte twitter, la ministre néerlandaise de la Défense Anlk Bijleveld — ou un membre de son équipe selon le gouvernement néerlandais — publie une photo où l’on peut voir 5 des 6 chiffres du code PIN permettant d’entrer dans la réunion Zoom. Un « accident » assure le ministère de la Défense. La photo a d’ailleurs été retirée entre temps. Mais Daniël Verlan, journaliste spécialisé dans le ‘tech’ pour le média néerlandais RTL News, a eu le temps de voir l’info…

… suivie d’une défaillance de sécurité

Le journaliste fait une copie écran et devine rapidement le chiffre manquant. D’autant que le code d’utilisateur n’est pas bien sorcier. Un simple ‘admin’ fonctionne. Et, tout simplement, il débarque en pleine réunion, alors que la discussion entre les ministres bat son plein.

Un petit coucou magistral en réunion

Suit alors, entre le journaliste et le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, qui mène la réunion, un dialogue digne d’un film de Buñuel.

— « Quelqu’un est entré dans le système. Il faut stopper la réunion… nous travaillons sur la scène publique là », alerte Josep Borrell, qui tente de s’adresser directement à l’intrus.

« Comment allez-vous ? »l’interroge-t-il, d’un ton badin, réprimant mal un sourire. On entend quelques éclats de rire dans la réunion.

— « Bonjour. Merci ça va bien », répond, hilare, Daniël Verlan.

— « Qui êtes vous ? Vous savez que vous êtes entré dans une réunion secrète des ministres de la Défense ? Vous savez, c’est un délit hein ! » (Josep Borrell)

« Oui je sais. Je suis un journaliste des Pays-Bas. Je suis désolé d’avoir dérangé votre réunion. Merci de… Je vais m’en aller ! » (Daniël Verlan)

« Oui, ce serait mieux de partir rapidement, avant que la police arrive hein », conclu Josep Borrell, sur un ton paternel, réprimant mal un sourire envers ce ‘jeunot’ impétueux qui pourrait être son petit fils.

Une intrusion éclair…

Le journaliste assure n’être resté que quelques minutes dans la réunion, et avoir immédiatement allumé sa caméra et son micro pour que l’on puisse détecter sa présence… Mais le résultat est étonnant. « J’ai moi-même été un peu choqué que cela fonctionne. Je ne m’attendais pas à ce qu’il n’y ait aucune autre forme de sécurité ou de validation », affirme le journaliste sur twitter.

Avec une conséquence majeure

La suite ? Le journaliste ne la raconte pas. Mais B2 l’a appris de bonne source. La réunion a été stoppée. Et la conférence de presse du Haut représentant de l’UE a été avancée d’une petite demi-heure sur l’horaire prévue. « Cela s’est traduit par la coupure immédiate des travaux », a confirmé à B2 un participant à la réunion. Sans vraiment créer de dommage, selon lui. L’essentiel avait été dit. « La réunion se terminait. » Quoi qu’il en soit, notre collègue néerlandais a mis le doigt sur un point sensible.

Un vrai problème posé

Dans les milieux européens, l’heure n’est en effet pas à la franche rigolade. Et l’embarras face à une telle intrusion est net. « Cela montre à quel point il faut être prudent avec ce genre de réunion. Une réunion des ministres de la Défense n’est jamais innocente », a ainsi concédé à RTL Nieuws le premier ministre néerlandais Mark Rutte, avant d’essayer de se rassurer devant la (grosse) boulette de sa ministre. « Le seul effet secondaire, positif, que A. Bijleveld a fait remarquer aux autres ministres, est à quel point il faut être prudent. »

Renforcer la sécurité des communications

« Nous avons besoin d’un renforcement très net de la sécurité des communications », a indiqué à B2 un diplomate. Le travail « est lancé », précise-t-on d’ailleurs. Cette question de la sécurisation des communications internes avait d’ailleurs été abordée au plus haut niveau lors d’un Conseil européen, l’année dernière (en juin 2019). Les chefs d’État et de gouvernement (qui étaient encore 28 alors) avaient demandé aux institutions européennes de plancher sur le sujet pour renforcer la sécurité. Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell n’a pas dit mieux lors de la réunion, s’adressant au président du comité militaire, le général Claudio Graziano : « Général, vous avez raison. Il faut investir dans des systèmes de communication ».

En vidéoconférence, prière de ne pas évoquer de sujets top secrets

Par précaution d’ailleurs, lors de cette réunion (comme lors des autres réunions par vidéoconférence), plusieurs ministres ont jugé bon de ne pas aborder des sujets jugés trop confidentiels. « Les lignes n’étaient pas sécurisées », confirme notre interlocuteur. On évite de parler de sujets trop confidentiels. Ainsi « on n’a pas parlé précisément de l’analyse des menaces », un document ‘classifié’ des services de renseignement européens.

L’aubaine du Covid-19 pour les espions en tout genre

Chacun sait en effet que dans le cas des vidéoconférences qui se sont généralisées avec la crise du coronavirus, les possibilités de piratage ou d’écoutes sont multipliées. Les vidéoconférences sont « une aubaine », nous confiait ainsi il y a quelques mois, un spécialiste du domaine, pour tout ce que Bruxelles compte d’espions en tout genre (Chinois, Russes…).

(Leonor Hubaut, avec Nicolas Gros-Verheyde)

Leonor Hubaut

© B2 - Bruxelles2 est un média en ligne français qui porte son centre d'intérêt sur l'Europe politique (pouvoirs, défense, politique étrangère, sécurité intérieure). Il suit et analyse les évolutions de la politique européenne, sans fard et sans concessions. Agréé par la CPPAP. Membre du SPIIL. Merci de citer "B2" ou "Bruxelles2" en cas de reprise Leonor Hubaut est journaliste. Diplômée en relations internationales de l'Université Libre de Bruxelles (mention mondialisation). Elle couvre pour B2 le travail du Parlement européen, les missions de la PSDC et les questions africaines. Spécialiste du Sahel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.