Le commandement des forces spéciales des Pays-Bas opérationnel

(B2) Le commandement des opérations spéciales des Pays-Bas (NLD SOCOM) est pleinement opérationnel. Préparation en cours pour la NRF2021

L’exercice Trojan Phoenix du Special operations air task group belgo-danois-néerlandais (crédit : armée DK – Defensie NL)

Annoncé début octobre, cette FOC s’inscrit dans un cadre aussi multinational avec Belges et Danois afin d’être prêt pour la NRF2021, la force de réaction de l’OTAN, de permanence l’année prochaine.

Une demande importante

La disponibilité d’un quartier général de commandement — ‘Command & Control‘ (C2) — des opérations des forces d’opérations spéciales (SOF) est essentielle pour les Néerlandais (1) comme pour l’OTAN. C’est en effet une des lacunes identifiées au sein de l’Alliance. Lacune d’autant plus critique que « la demande de déploiement de forces spéciales a fortement augmenté ces dernières années et devrait continuer d’augmenter » précise un officier néerlandais.

La fin d’un processus de deux ans

De façon concrète, le NLD SOCOM, qui a désormais un effectif complet d’un peu plus de 70 hommes, est prêt à assurer cinq tâches principales :

  • le déploiement et préparation d’unités des forces spéciales (SOF), tant de la marine (Korps mariniers) que les troupes commandos de l’armée de terre (Korps Commandotroepen) ;
  • garantir la qualité des unités SOF ;
  • l’élaboration de politiques et de plans ;
  • l’achat d’équipements ;
  • un rôle de pilotage en matière de connaissances et d’innovation pour les unités des forces spéciales.

Un travail avec Danois et Belges

Ce commandement s’inscrit dans un cadre plus multinational. Les Pays-Bas avec la Belgique et le Danemark travaillent en effet ensemble actuellement dans le cadre d’un commandement des composantes d’opérations spéciales composites (C-SOCC). Un C-SOCC qui sera de garde l’année prochaine pour la NRF, la force de réaction de l’OTAN (NRF2021).

Entraînement à la clé

Les trois pays s’entraînent dans le cadre d’une série d’exercices de certification OTAN. Notamment l’exercice Trojan Phoenix qui vient de se dérouler début novembre, avec un SOATG (special operations air task group), un élément C2 à même de diriger les opérations aériennes des forces spéciales. Le programme d’exercices doit être terminé d’ici la fin de cette année.

(NGV)

  1. Le processus avait démarré en 2017, avec la mise en place d’une task Force chargé d’étudier la mise en place du SOCOM. Et le processus a été entamé en 2018. Pour obtenir le statut de FOC, NLD SOCOM a été évalué par un comité national.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.