Méditerranée. Les garde-côtes libyens effectuent toujours la moitié des sauvetages

(B2) En Méditerranée centrale, la crise aigüe est passée. Mais les départs de réfugiés et migrants de Libye — et surtout de Tunisie (phénomène nouveau) — continuent. Avec des passeurs toujours très actifs, et dont les consignes s’adaptent à la difficulté. Si les navires européens sont plus discrets, et les ONG limitées dans l’action, la marine et les garde-côtes libyens sont sur le pont

Très médiatisé, le secours par les ONG est devenu ultra-minoritaire en Méditerranée. Le Mare Jonia, un des derniers navires d’ONG sur zone (Mediterranea)

Environ 9050 personnes ont été secourues ou interceptées au cours de 128 opérations menées par divers navires, entre le 1er mars et le 31 juillet, dans les zones du Sud de la Méditerranée centrale couvertes par la force navale de l’UE, selon le premier rapport produit par l’opération EUNAVFOR Med Irini.

La moitié des opérations de secours assurée par les Libyens

Sur ce nombre, un peu moins de la moitié (52 opérations) ont été assurées par la marine et les garde-côtes libyens. Ce qui correspond plus ou moins au ratio observé en 2019 (Lire : Méditerranée centrale : les garde-côtes libyens assurent la moitié des sauvetages). Avec une différence nette : il y a davantage de personnes qui empruntent cette route que l’année passée (cf. encadré).

Des zones de surveillance identiques

Précisons que les zones couvertes par les deux opérations EUNAVFOR MED qui se sont succédée (Sophia puis Irini) sont « en grande partie » les mêmes. Ce qui facilite les comparaisons. Simplement, la zone d’opération d’IRINI a été étendue vers le Nord jusqu’au 37e parallèle nord.

Outre les Libyens, l’action notable des Italiens

Si on regarde le nombre de personnes secourues, près de la moitié (45 %) des personnes parties de Libye ont été secourues ou interceptées par les garde-côtes libyens dans les zones de recherche et de sauvetage de la Libye et de Malte, selon les données du HCR (Haut Commissariat pour les réfugiés). Un quart (24 %) ont été secourues par les autorités italiennes.

Rôle relativement faible des ONG et des navires marchands

Sur le reste, 7 % ont été secourues par les forces armées maltaises, 7% par les ONG, 4% par des navires marchands (qui ont débarqué en Libye environ un quart des personnes secourues ou interceptées, et les autres en Italie ou à Malte), 3 % par des bateaux de pêche (certains affrétés par les autorités maltaises). 8 % ont réussi à atteindre l’Italie par leurs propres moyens.

NB : le poids des ONG dans le sauvetage, même s’il reste extrêmement médiatisé s’est largement amenuisé par rapport aux années 2016-2017 : les ONG assuraient alors 26% en 2016 et près de 35% pour les premiers mois de 2017 (selon la base de données B2, constituée sur des sources italiennes).

Destination : les centres de détention

La plupart des personnes qui sont débarquées en Libye sont ensuite envoyées dans des centres de détention. Ainsi, environ 4450 réfugiés et migrants ont été interceptés et débarqués en Libye entre le 1er mars et le 31 juillet 2020 (contre environ 3700 personnes au cours de la même période en 2019), selon le HCR. 60 % des réfugiés et des migrants débarqués par les garde-côtes libyens au cours de la période considérée l’ont été au point de débarquement d’Abou Sitta, à Tripoli, et 23 % au port principal de Tripoli, selon l’OIM (l’organisation internationale des migrations). Ces débarquements ne sont pas sans heurts. Trois migrants ont été tués et deux autres blessés lors d’une fusillade au point de débarquement de Khoms, le 27 juillet, peu après leur débarquement.

Soudanais et Maliens

Ces personnes interceptées en mer par les Libyens proviennent principalement du Soudan (50 %) et du Bangladesh (19 %), ainsi que du Mali (8 %), selon le HCR. La grosse majorité (85%) sont des hommes adultes, 8% des femmes et 7% des enfants.

Des tactiques éprouvées

Les tactiques employées par les passeurs restent les mêmes que durant les derniers mois, selon les sources européennes.

Un minimum de carburant pour atteindre un secours

Les bateaux utilisés n’ont pas assez de carburant pour atteindre les côtes européennes, mais suffisamment pour sortir de la limite de 12 milles marins des eaux territoriales libyennes. Ils s’éloignent des côtes libyennes pour tenter de sortir de la zone de recherche et de sauvetage (SAR) libyenne afin d’éviter d’être interceptés par la marine et les garde-côtes libyens, mais être ensuite recueillis par des navires européens. Les navires de migrants voyagent seuls, les passeurs évitant de les accompagner pour être pris par les gardes-côtes. Le temps des escortes semble ainsi terminé (1).

Des directives données aux migrants

Les passeurs donnent simplement aux ‘voyageurs’ des instructions de base : sur la manière de naviguer en mer avec un système GPS, ou sur la destination à atteindre. Parfois, ils reçoivent consigne lorsqu’ils atteignent un point désigné par le GPS, hors des eaux territoriales libyennes, d’activer le téléphone par satellite et de contacter soit le centre de coordination des sauvetages maritimes de Rome, soit des ONG, afin de se signaler et d’attendre l’arrivée des secours. Parfois, ils sont orientés vers les plateformes pétrolières, situées au large des côtes libyennes. Ou alors, consigne leur est donnée de garder seulement le cap jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de carburant. C’est là que se trouve le principal risque de naufrage.

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Lire : En Libye, les trafiquants s’adaptent. Les tactiques évoluent

Des chiffres globalement en baisse. La route de Méditerranée centrale en hausse

Environ 20.000 réfugiés et migrants sont arrivés en Europe durant les beaux mois (entre le 1er mars et le 31 juillet), via les trois principales routes maritimes de la Méditerranée, selon les sources du HCR et de l’OIM. Soit une diminution d’environ 30 % (plus de 28.000 personnes sur la même période de 2019).

Il faut cependant nuancer ces chiffres. Cette diminution concerne surtout les routes de Méditerranée orientale, vers la Grèce et occidentale, vers l’Espagne : respectivement 3100 et 4200 réfugiés et migrants (contre plus de 14500 et environ 7950 sur la même période de 2019).

En revanche, la route de la Méditerranée centrale (vers l’Italie et Malte) a été utilisée. Plus de 12.410 réfugiés et migrants l’ont emprunté. Soit une augmentation de 142 % par rapport à 2019 (5140 arrivées sur la même période de 2019). 11.460 sont arrivés en Italie et plus de 950 à Malte. Cela représente un certain allègement pour la petite île de Méditerranée (3605 en Italie et 1535 à Malte, sur la même période de 2019).

Une arrivée de Tunisie davantage que de Libye

Cette route est dorénavant alimentée davantage depuis la Tunisie et non plus de Libye, comme lors des précédentes périodes. 5216 personnes sont ainsi arrivées depuis la Tunisie (contre 1226 sur la même période de 2019) et 4796 personnes depuis la Libye (contre 2465 sur la même période de 2019). On note aussi des arrivées venant d’Algérie.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.