Les personnels de retour de Wuhan n’ont pas été testés, avoue Florence Parly

(B2) Passée au grill de la commission d’enquête sur les conséquences du Covid-19, la ministre française des Armées a reconnu une petite inexactitude de taille

Florence Parly reconnait une inexactitude (flux : Sénat, sélection B2)

La ministre était interrogée mardi (22 septembre) dans le cadre des auditions de la commission d’enquête du sénat sur le Covid-19. Elle ne semblait pas très à l’aise, encore moins quand est venu le tour du sénateur de l’Oise

La base aérienne de Creil sur la sellette

La ministre a été mise à rude épreuve quand est venu le tour d’Olivier Paccaud, sénateur (apparenté LR) de l’Oise. « Maintenez-vous que ces personnels ont été testés et confinés. N’y-a-t-il pas eu négligence dans la façon dont ces militaires ont été traités à leur retour de Wuhan » s’est interrogé ce professeur d’histoire-géographie de formation, gaulliste de cœur, qui a été durant plusieurs années le directeur de cabinet (et le suppléant) d’Olivier Dassault. Selon lui, le confinement était relativement lâche. « Des militaires sont restés chez eux, en permission. On ne contrôlait pas les allées et venus, ni de leurs familles. Certains personnels logeaient sur la base, s’y déplaçaient et allaient au mess » assure-t-il citant l’ancien commandant de la base aérienne 110 de Creil auditionné peu avant (1). De plus, des matelots du BCR Somme, passés par la base de Creil, sont intervenus au lycée de Crépy-en-Valois, où ont été détectés un des premiers cas mortels en France (2).

Des équipages pas testés

« Ayant juré de dire toute la vérité, je me dois de vous dire que j’ai dit quelque chose d’inexact le 4 mars à France 2 » a reconnu Florence Parly. Elle avait dit alors que les 18 personnels de l’Esterel qui ont assuré le rapatriement « ont été testés. Ils n’étaient pas porteurs du virus. ».

Un raccourci…

Aujourd’hui, elle le reconnait : « C’était un raccourci. Ce qui s’est passé, c’est que les équipages qui rentraient de Wuhan (Chine) ont été soumis à un protocole sanitaire extrêmement strict, mais qui, en effet, ne comprenait pas à l’époque, de tests. […] N’étant pas médecin, je vous prie d’excuser le caractère un peu raccourci de ma formule ».

Le dogme : ne tester que les symptomatiques

Ce protocole sanitaire était « sévère », « avec surveillance biquotidienne, par les médecins du SSA (et prise de température), durant 14 jours ». «  Et au terme de ces 14 jours, aucun n’a présenté de symptôme ». « Le dogme à ce moment-là n’était pas de tester tout le monde, mais de tester les patients symptomatiques » précise la générale Maryline Gygax, directrice générale du service de santé des armées.

Toutes les précautions prises lors du rapatriement

Au passage, la ministre dément toute défaillance envers les 18 personnels de l’Esterel, venant de la BA de Creil, qui ont assuré le 31 janvier 2020, le rapatriement des ressortissants français (lire : Coronavirus : le rapatriement des Européens s’organise). Cette hypothèse est « très peu probable » pour quatre raisons.

« (Premièrement) Les personnels partis de France ne sont pas descendus de l’appareil à Wuhan, et n’y sont restés que le temps d’embarquer les ressortissants. (Deuxièmement) ils portaient des équipements individuels (gants, masques, surblouses). (Troisièmement), ils respectaient les distances de sécurité avec les passagers. Aucun incident n’a nécessité de contact direct ou d’intervention auprès d’un des passagers. »

Enfin, « Avant le vol, la présence de fièvre ou de symptôme a été vérifiée auprès des rapatriés. Après le vol, les rapatriés ont été testés vis-à-vis du SARS Cov-2, et tous étaient négatifs. Aucun n’a présenté de symptôme. »

Pas de patient zéro à la base de Creil

La ministre a voulu aussi tordre le coup à une « rumeur » qui court dans l’Oise. Le patient zéro ne se trouvait « probablement pas » à la base de Creil (3). Tout simplement « car des cas sont survenus au lycée de Crépy-en-Valois avant de survenir à la base ». Pour la ministre, qui cite le rapport épidémiologique conjoint de Santé publique France et du Service de santé des armées, le premier cas détecté en France remonte bien avant : « Le 14 janvier 2020, soit bien avant le vol de rapatriement de Wuhan, ou bien le 1er février 2020, soit le lendemain du vol ». Un premier cas intervenu « chez une personne sans contact avec la base aérienne. Ce qui n’est pas en faveur d’une transmission par les personnels revenus de Wuhan ».

Quant aux matelots, intervenus au lycée de Crépy-en-Valois sur trois journées les 3-4-5 février, « aucun n’a eu de symptôme ». Conclusion de la ministre : « Non, définitivement non, la base de Creil n’est pas à l’origine du déclenchement d’un cluster dans l’Oise. »

Commentaires : de grosses imprécisions et le doute demeure

La franchise de Florence Parly est à remarquer. Et cela doit lui être porté à son crédit. Pourtant il reste encore trop d’imprécisions et d’incertitudes pour que ses propos soient tout à fait crédibles. Les antécédents ne plaident pas en faveur de la ministre dont la communication tout au long de la crise du coronavirus ont largement balbutié, notamment sur le porte-avions Charles-de-Gaulle (4).

Premièrement, la reconnaissance des faits n’est pas vraiment spontanée. Ce sont les propos de l’ancien commandant de la base de l’Oise (cf. note 1) qui ont révélé l’information. Et  les excuses de la ministre — « je ne suis pas médecin » — pour ce qui est tout de même une ‘fausse information donnée en public’ sont assez légères. Chacun sait ce que veut dire le mot ‘test’. Et ce dès le début de la crise du coronavirus.

Ensuite, on note une grosse contradiction : le fameux « dogme » avancé par la directrice générale du service de santé des armées, n’était déjà pas respecté à l’époque, puisque les civils ont été testés (en absence de symptômes) et pas les militaires. Il y a donc bel et bien eu une négligence quelque part.

Enfin, on reste sur sa faim, en avançant certains éléments visant à dédouaner totalement la base de Creil du départ de l’infection, la ministre reste très évasive sur les différents faits qui semblent contradictoires avec les éléments publics à disposition (cf. note 2). Au final, cette intervention ne permet pas de dire avec « certitude » que l’hypothèse que la base aérienne de Creil ait été à l’origine d’une des premières contaminations au coronavirus en France puisse être écartée définitivement.

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Le 9 septembre, devant la même commission d’enquête, l’ancien commandant de la BA110 de Creil, le colonel Bruno Cunat avait reconnu que les personnels navigants  effectivement, « sont repartis chez eux. Ils n’ont pas été testés ». Les militaires à bord de l’Esterel qui logent sur la base « ont été mis en chambre individuelle et s’ils devaient prendre leurs repas, ils les prenaient (…) dans une salle dédiée mais ils ne les prenaient pas au mess. Je ne peux pas vous le garantir mais c’était la consigne qui a été donnée » a-t-il reconnu selon Public Sénat.
  2. Selon les éléments publics et le témoignage de son médecin (cf. LCI), le premier décès français touche un professeur de 60 ans du collège Jean-de-la-Fontaine de Crépy-en-Valois. Le 12 février, il a consulté son médecin pour syndrome grippal et a été mis en arrêt de travail. Son état s’est aggravé ensuite. Il a de nouveau consulté le 19 pour une altération, a été hospitalisé en urgence le 20 à l’hôpital Laennec de Creil et transféré le 25 vers l’hôpital de La Salpétrière à Paris et décédé dans la nuit. Le 27 février, l’ARS Hauts-de-France fixe dans un communiqué, la période contagieuse aux 10 et 11 février.
  3. Une évolution par rapport à début mars. Sur France 2, la ministre semblait plus catégorique, employant même le mot « absolument pas ».
  4. lire : Retour au port pour le porte-avions Charles-de-Gaulle, contaminé par la pandémie et Le groupe aéronaval français atteint au cœur. La situation minorée par les armées). Sur le Charles-de-Gaulle, la ministre a reconnu que ce type de navire de « conception ancienne […] ne sont pas conçus pour aisément confiner le risque épidémique, puisqu’il y a « jusqu’à 40 personnes dans le même dortoir ».

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.