Un avion des forces russes se pose à New-York. De l’aide humanitaire pour les USA

(B2) C’est une première… depuis bien longtemps. On pourrait presque croire à un poisson d’avril. Et non… Un gros porteur des forces armées russes s’est bien posé le 1er avril sur l’aéroport de New-York

L’Antonov 124 sur le tarmarc de l’aéroport de New-York (crédit : Mission Russie aux USA)

Un envoi qui fait suite à un entretien Poutine – Trump

A son bord, divers équipements et matériels médicaux, notamment des respirateurs et équipements de protection individuelle, fournis par le gouvernement russe à la FEMA, l’administration fédérale américaine de gestion des urgences. L’information a d’abord été officialisée par Moscou suivie par les Américains. Elle fait suite à la conversation téléphonique qu’ont eu la veille (30 mars) le président américain Donald Trump et son homologue russe Vladimir Poutine, mais aussi à la dernière réunion du G20, la semaine dernière. Les pays du G20 ont convenu « de travailler ensemble pour vaincre le coronavirus »

Peace and love

Les deux pays « se sont mutuellement fourni une aide humanitaire en temps de crise dans le passé et le feront sans aucun doute à nouveau à l’avenir. C’est une période où nous devons travailler ensemble pour surmonter un ennemi commun qui menace la vie de chacun d’entre nous… » chantonne le communiqué américain. Précisons que cette aide n’est pas tout à fait gratuite : les Américains ont « convenu d’acheter les fournitures médicales nécessaires ».

Commentaire : amorce d’une autre politique ou le coup d’un soir

Est-ce au-delà de l’urgence, un geste de détente, l’amorce d’une autre politique, ou juste le ‘coup d’un soir’ ? Difficile à prévoir. Ce qui est sûr, c’est que cela démontre le ‘pragmatisme’ de Donald Trump, prêt à tourner casaque du jour au lendemain, si la nécessité se fait sentir.

Cependant, voir la première puissance du monde aller ‘quémander’ de l’aide à la Russie est plutôt surréaliste. C’est un signe notable que la situation est très grave outre-Atlantique avec l’épidémie du coronavirus qui galope : les USA devant rapidement dépasser l’Europe en terme de mortalité au rythme actuel. La Maison Blanche vient de publier des prévisions alarmistes (évoquant au moins 100.000 morts).

L’autre élément à analyser, c’est que du point de vue de Washington, l’ennemi étant la Chine, la Russie peut être un partenaire selon les opportunités, notamment en cas de coup dur. Une stratégie à 360° en quelque sorte. Cela va peut-être obliger certains alliés, qui ont fait du sentiment anti-russe, l’alpha et l’oméga de leur politique, à réexaminer certains pans de leur politique

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.