Coronavirus : le rapatriement des Européens s’organise (v2)

(B2) Face au blocage des Européens à l’étranger, pour cause de frontières fermées, les opérations de rapatriement se multiplient. De façon nationale ou via le mécanisme européen de protection civile

La ministre (française) de la santé, Agnès Buzyn, accueille des citoyens européens rapatriés via un avion français depuis Wuhan, le 31 janvier (crédit : Armée de l’air française)

Des opérations entamées avec le confinement décidé par la Chine

Les opérations de rapatriement ont, en fait, commencé depuis plus d’un mois et demi, avec les premiers rapatriés de Chine. Mais leur rythme s’accélère, surtout depuis que l’Union européenne a décidé de mettre en œuvre des restrictions aux frontières extérieures de l’espace Schengen. « Environ 80.000 personnes » résidant dans l’Union européenne se trouvent actuellement hors du territoire européen, estime Peter Stano, porte-parole du service diplomatique de l’UE, mercredi (18 mars).

Une première activation par la France

Fin janvier, la France est la première à activer le mécanisme de protection civile en relation au Covid-19. Trois avions (deux français et un allemand), cofinancés par l’Union européenne, rapatrient ainsi 558 personnes depuis Wuhan, en Chine. Du côté français, le 31 janvier, c’est un A340 de l’escadron de transport 3/60 ‘Esterel‘ de l’armée de l’air, habituellement stationné à Creil (base aérienne BA 110), qui effectue la rotation. Il est suivi, 48 heures après, par un A380 affrété spécialement. Du côté allemand, c’est un Airbus A310 immatriculé 10+23 (alias Kurt Schumacher) qui a pris la direction de la Chine, le 31 janvier, acheminant à l’aller 10.000 combinaisons de protection. Il rapatrie ensuite environ 200 personnes sur Cologne, via Helsinki.

Une multiplication d’opérations

Le 9 février, c’est au tour du Royaume-Uni de rapatrier 95 citoyens européens depuis Wuhan. La Commission européenne cofinance les frais de retour pour les citoyens depuis le Royaume-Uni jusqu’à leur pays d’origine. Le 19 février, deux avions italiens, cofinancés par l’UE, partent en direction du Japon pour rapatrier les citoyens européens bloqués sur le navire de croisière Diamond Princess. Le 9 mars, Londres active le mécanisme de protection civile, pour rapatrier des citoyens britanniques et européens bloqués sur un autre navire de croisière, Grand Princess (1). Deux jours plus tard, un avion britannique quitte Oakland aux États-Unis avec 168 personnes à bord, direction Birmingham.

L’Autriche, dernière en date 

Suite à l’activation par l’Autriche du mécanisme de protection civile, un avion se pose, le 17 mars, à Vienne en provenance du Maroc avec « environ 290 citoyens européens à son bord », explique le jour-même le porte-parole en chef de la Commission européenne, Éric Mamer, en salle de presse. « Un second vol autrichien a permis à 315 autres citoyens de l’Union européenne de quitter le Maroc » informe la Commission européenne le lendemain.

Prochaines opérations en discussion

De prochaines opérations sont déjà en discussion. L’Allemagne, notamment, active le mécanisme jeudi (19 mars). Elle demande de l’aide pour coordonner treize vols de rapatriements de citoyens européens bloqués, entre autres, en Égypte, au Maroc, aux Philippines, en Tunisie et en Argentine. Le jour précédent, la République tchèque convient d’envoyer un avion pour rapatrier des citoyens européens coincés au Vietnam. Vendredi (20 mars), la Commission annonce l’activation du mécanisme par la Belgique afin de rapatrier des citoyens européens depuis la Tunisie.

Plus de 1400 citoyens rapatriés

Au 19 mars au soir, le mécanisme de protection civile a permis le rapatriement de plus de 1400 citoyens de l’Union européenne vers l’Europe depuis le début de l’épidémie du Coronavirus. Rien que cette semaine, 619 citoyens européens ont bénéficié de ce soutien.

(Clara Gantelet, st.)

  1. Hors de l’Union européenne (Brexit oblige), le Royaume-Uni reste néanmoins, durant la période de transition (jusqu’au 31 décembre 2020), bénéficiaire des dispositifs européens, comme tenu d’en respecter les règles.

Un mécanisme de soutien aux États

Si l’assistance consulaire est principalement la responsabilité des États membres, dans une crise, l’Union européenne aide à coordonner celle-ci. Le service diplomatique européen (SEAE) a ainsi une unité de coordination consulaire. Du côté des opérations conjointes, elles sont cofinancées (jusqu’à 75% par le budget de l’Union européenne) et coordonnées via le mécanisme européen de protection civile établi au sein de la Commission européenne. Les États membres mettent les moyens à disposition. Dans ce cas-ci, des avions. La DG ECHO (Protection civile et opération d’aide humanitaire) de la Commission se charge de compiler les informations, de les redistribuer et de coordonner les opérations, notamment via son centre de coordination de la réaction d’urgence (lire : Dans la salle de crise de la Commission européenne, à l’heure du Coronavirus).


Lire aussi : Les frontières extérieures de l’UE ferment pour bloquer le Coronavirus. Des opérations conjointes de rapatriement (Conseil européen)

Mis à jour le 22 mars avec les précisions apportées sur l’avion allemand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.