Violents combats près de Zolote dans l’Est de l’Ukraine. Le cessez-le-feu bafoué (v2)

(B2) D’intenses combats ont eu lieu lundi 17 février aux abords de Zolote en Ukraine. Après plusieurs heures de tirs (près de cinq heures selon les observateurs), on a relevé au moins cinq morts et dix blessés.

Une attaque rebelle ou une avancée ukrainienne

Selon Kiev, les forces des rebelles ont lancé une attaque sur trois fronts contre les positions ukrainiennes après un intense barrage d’artillerie qui a commencé vers 5 heures du matin (heure locale). Du côté séparatiste, on dit que « les combats ont commencé après qu’une unité militaire ukrainienne avancée ait tenté de pénétrer sur un territoire non contrôlé par le gouvernement et se soit retrouvée dans un champ de mines », rapporte Radio Free Europe. Les combats ont cessé vers 10 heures du matin « après que les séparatistes soutenus par Moscou aient demandé un cessez-le-feu pour récupérer leurs blessés et leurs morts », a indiqué le général Ruslan Khomchak, chef de l’état-major général des forces ukrainiennes.

Une violation des accords de Minsk

Quoi qu’il en soit, « ces violations du cessez-le-feu et l’usage d’armes lourdes contreviennent aux accords de Minsk et aux conclusions du sommet des chefs d’État et de Gouvernement du 9 décembre dernier » a souligné le quai d’Orsay aujourd’hui (19 février). Et la France d’appeler les parties « à la retenue, afin d’éviter toute nouvelle escalade sur le terrain ». Paris appelle notamment la Russie « à user de son influence considérable sur les formations armées qu’elle soutient pour garantir la pleine application du cessez-le-feu ».

Un incident non isolé

« Ce dernier incident n’est pas isolé », selon le Premier ministre albanais Edi Rama, qui préside actuellement l’OSCE. « Chaque jour, le cessez-le-feu est violé, malgré les engagements pris dans les accords de Minsk. […] Il est essentiel que toutes les parties concernées fassent en sorte que l’engagement en faveur d’un cessez-le-feu complet et durable devienne une réalité ».

… Mais une augmentation très nette

Le dernier schéma publié par la mission de surveillance de l’OSCE le prouve. Les violations de cessez-le-feu, relatées dans le rapport quotidien de l’OSCE du 19 février (sur la journée du 17 essentiellement) ont fait un bond particulier, représentant près de 6 fois la moyenne des évènements des trente derniers jours et d’environ 4 fois la moyenne journalière de toute l’année 2019 !

(NGV)

Mis à jour avec les éléments chiffrés de l’OSCE (dernier paragraphe)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.