[Evros, porte de l’Europe 8] Sharifi G. voulait rejoindre sa soeur en Allemagne, il a été emprisonné en Grèce

(B2) Sharifi G. vient de passer six mois dans le camp de réfugiés d’Athènes. Il a préparé les 85 euros qui doivent lui permettre d’avoir des papiers pour rejoindre sa soeur, en Allemagne

Sharifi G, devant l’entrée du camp de réfugiés d’Elaionas, à Athènes (© B2/Emmanuelle Stroesser)

C’est en Allemagne que Sharif voulait aller lorsqu’il a été arrêté à Alexandroupolis. Il venait de passer la frontière terrestre avec la Turquie, le long du fleuve Evros. Il avait quitté l’Afghanistan plusieurs mois de cela déjà. Car après être parti d’Afghanistan, il a d’abord fait escale en Iran, trois mois. Mais l’avenir n’était pas là non plus pour lui. Il a continué vers la Turquie, puis la Grèce. Il ne livre pas tous les détails de la traversée, cela ne se fait pas à visage découvert. Il accepte d’être pris en photo et de raconter.

« Lot of walk »

Des chaussures abandonnées dans le camp (© B2/Emmanuelle Stroesser)

Passé la frontière entre la Turquie et la Grèce, il a marché jusqu’à Didymoteicho, en redescendant le long du fleuve Evros. « Beaucoup de marche (Lot of walk) » glisse-t-il. Puis il s’est arrêté à Alexandroupolis, avant de quitter la région de la Thrace pour la Macédoine orientale. Il a rejoint alors Thessalonique, deuxième plus grande ville de Grèce. Il vivait en squatt.

La Grèce comme escale

Les barbelés du camps d’Athènes (© B2/Emmanuelle Stroesser)

Il n’avait pas de visa en règle, donc il a été arrêté par les policiers. Il a fait quatre mois de détention. « Et puis j’ai passé un entretien et il était positif », explique-t-il. Sa situation administrative n’est pas très claire. Mais lui, assure qu’il devrait avoir un passeport dans quelques semaines. Alors, il reprendra la route pour Francfort, en Allemagne. Il veut y rejoindre sa grande soeur. Il pense pouvoir trouver du travail, avec son niveau d’ingénieur.

Cinq dans un container

L’entrée du camp (© B2/Emmanuelle Stroesser)

Il est 17 heures, comme lui, beaucoup de réfugiés rentrent. Ils regagnent leurs containers. Les hommes s’y serrent par cinq. Les familles par deux. Sharif ne se plaint pas. Pour manger et le reste, le pécule mensuel de la « UN Card » permet de survivre. C’est quand l’électricité saute, comme durant cinq jours mi-janvier, que la vie au camp devient difficile. Pour le reste, il a vu visiblement bien pire.

Au large du capitole

Des enfants dans le camp d’Athènes (© B2/Emmanuelle Stroesser)

Le camp d’Athènes est à cinq minutes à pied du métro d’Elaionas, un quartier périphérique d’Athènes. La route qui y mène est jonchée de détritus, bordée d’entrepôts de récupération en tous genres (vêtements, ferrailleurs). Le camp s’aperçoit à un jet de pierres d’une décharge à ciel ouvert. L’étranger curieux est vite repéré. Les gardiens à l’entrée veillent à ce qu’aucun n’entre. Pas même pour regarder. Le ton monte. Circulez.

(Emmanuelle Stroesser)


Tous les articles de notre reportage [Evros, porte de l’Europe]

  1. Le fleuve Evros, l’autre porte d’entrée des réfugiés vers l’Europe
  2. La Turquie tire les ficelles aux frontières extérieures de l’UE (G. Koumoutsakos)
  3. En Grèce, le nombre de demandes d’asile en instance explose
  4. L’accueil et le traitement des réfugiés sous la pression de l’accord UE Turquie
  5. EASO va doubler ses effectifs en Grèce
  6. Le HCR, gardien du droit d’asile, en position d’équilibre
  7. Pour MSF, la seule crise est celle d’un manque de volonté politique
  8. Sharifi G. voulait rejoindre sa soeur en Allemagne, il a été emprisonné en Grèce

Emmanuelle Stroesser

Journaliste pour des magazines et la presse, Emmanuelle s’est spécialisée dans les questions humanitaires, de développement, d’asile et de migrations et de droits de l’Homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.