Brexit. Des diplomates britanniques privés de badge, de cafétéria et d’influence

(B2) À Bruxelles, dans le district européen, il n’y aura pas de période transitoire, le Brexit sera effectif tout de suite, pour tous les diplomates britanniques

La représentation britannique à Bruxelles arbore, vendredi, pour quelques heures encore, le drapeau européen (© NGV / B2)

Le drapeau abaissé sur la représentation permanente

Dès minuit vendredi, le drapeau européen va être abaissé devant la représentation permanente du Royaume-Uni auprès de l’Union européenne. Une masure discrète, nichée au-dessus du café le Byblos 1898, à deux pas du rond-point Schuman, point stratégique de l’Europe à Bruxelles. Celle-ci va d’ailleurs changer de nom, devenant une simple ‘mission’ auprès de l’Union européenne (comme pour tout pays tiers).

Le badge désactivé, un monde se meurt

Pour plusieurs dizaines de citoyens de sa Royale Majesté qui y travaillent, c’est davantage qu’un symbole. Ce retrait a une réalité très précise. Dès lundi, le petit badge de plastique blanc avec le drapeau européen, qui leur servait jusqu’à présent de sésame, pour rentrer de jour comme de nuit dans les bâtiments européens, sera désactivé. Ils ne pourront plus aller et venir, comme bon leur semble, notamment au Justus Lipsius, la maison-mère des États membres de l’Union, siège du Conseil de l’UE.

Privés de réunion, et d’accès informatique…

Dès lundi, ils seront persona non grata à toutes les réunions, des ministres comme des ambassadeurs ou des quelque 150 groupes d’experts qui, laborieusement, chaque semaine, élaborent la doxa européenne. Ils ne pourront plus être là que sur invitation. Et encore « à titre exceptionnel » m’a-t-on confirmé. Pas question de les voir revenir par la fenêtre alors qu’ils ont claqué la porte à grand fracas. « C’est la logique même du Brexit. Demain, le Royaume-Uni ne fait plus partie de l’Union européenne. Il devient un pays tiers », lâche un expert des lieux. Ils ne pourront plus accéder au système interne où circulent les agendas, les documents préparatoires de réunions, les textes soumis au vote, etc. Ils vont être privés ainsi de l’information, la denrée vitale des plantes bruxelloises.

… de cafétéria

Ils n’auront même plus le droit de monter à la cafeteria du cinquième (le ’50’ dans le jargon bruxellois), réservée aux ‘diplomates’ et autres happy fews. Un des lieux essentiels de la diplomatie bruxelloise. Ils ne pourront plus tenir des conciliabules, discrets, dans les couloirs, voire même de rencontrer, de façon inopinée, les journalistes au bar de la presse pour faire œuvre de conviction. En un mot, ils ne font plus partie du club et vont perdre une bonne part de leur influence.

(Nicolas Gros-Verheyde)


Proximité géographique

Les Britanniques gardent cependant un avantage de taille. De tous les membres de l’UE, c’étaient ceux qui, physiquement, étaient les plus proches des institutions. Ironie de l’histoire. Il ne leur fallait que quelques enjambées et une minute pour se rendre sur le lieu au Conseil de l’UE ou au Service diplomatique européen (SEAE), trois minutes pour aller à la Commission européenne ou bâtiment Europa, siège du Conseil européen. Une proximité qui leur sera encore plus utile qu’auparavant pour aller rencontrer les diplomates des autres 27 pays membres qui restent dans l’Union.


Version rallongée et complétée du papier paru ce matin dans Sud Ouest

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.