La mission EUAM Iraq se fait discrète et passe en mode ‘stand by’. Ordre de Bruxelles (v3)

(B2 – exclusif) La mission de l’UE de conseil à la sécurité intérieure (EUAM Iraq) présente à Bagdad a reçu pour consigne de se faire discrète, selon nos informations. Elle ne suspend pas ses activités, mais passe au ralenti

Officiellement pas de changement

Interrogé lundi (6 janvier) lors du briefing quotidien avec la presse, le porte-parole du Haut représentant, Peter Stano, a été peu disert sur ce ralenti : « Nous n’avons pris aucune décision concernant les activités en cours de l’UE, quel que soit le domaine dans lequel nous sommes engagés en Irak, pour les suspendre, les réduire ou les modifier ». Mais il a reconnu que des mesures étaient à l’étude et que la priorité irait à la sécurité du personnel. « Nous suivons et surveillons de près la situation et l’évaluons car, en fin de compte, il s’agit de la sécurité de nos personnels ».

Consigne donnée : ne revenez pas en Iraq tout de suite

Dans les faits, la situation est tout autre. La direction du Service européen d’action extérieur (SEAE) a donné consigne aux personnels sur place de ne faire que les déplacements strictement nécessaires. Tout départ ou arrivée vers l’aéroport est ainsi suspendu. Instruction a aussi été donnée aux personnels partis pour les congés de Noël-Nouvel an, et non encore rentrés, de différer leur retour. Consigne suivie apparemment, et même anticipée, par certains pays.

Les Britanniques partants

Les Britanniques ont ainsi reçu consigne de quitter la mission sur la pointe des pieds (ou de ne pas rentrer après les congés de Noël-Nouvel An). Trop risqué après le raid américain visant le général iranien Q. Soleimani et le chef de la milice. Idem, selon nos informations, pour le seul Néerlandais présent dans la mission, qui a reporté son retour prévu à Bagdad. Il en est de même du Canadien et de plusieurs autres nationalités. De fait, sur l’effectif normal d’une cinquantaine de personnes, une trentaine seulement est en poste, une vingtaine est ‘hors sol’.

Rude démarrage pour Christopher Buik

Pour le nouveau chef de mission, le policier allemand Christopher Buik, qui a pris ses fonctions officiellement début janvier (lire : Relais allemand à la tête de la mission EUAM Iraq. Berlin entend garder des postes d’influence), mais n’est pas encore sur place,  le démarrage est rude. Il pourrait devoir rapidement gérer une mission, condamnée à rester confinée dans des endroits sécurisés et à subir des retraits effilochés.

L’avenir de la mission réunion du COPS sur l’Iraq

Les ambassadeurs de l’UE réunis au sein du Comité politique et de sécurité (COPS) ont discuté de la situation en Iraq (1) ce mardi (7 janvier) en format restreint (ambassadeur + 1 conseiller). La question de la continuation de la mission, mais surtout de son format exact a été au nombre des sujets évoqués. Discussion (courte sur EUAM selon nos premiers éléments), qui devra être poursuivie ultérieurement. Une revue stratégique de la mission est, en effet, en cours et devrait éclore au printemps, le mandat actuel se terminant le 17 avril. (lire : article à suivre)

Commentaire : Pour l’Union européenne, suspendre ou retirer cette mission aujourd’hui serait une erreur. À travers cette mission, ils peuvent peser et être au plus près d’un des principaux cadres de l’État irakien : ses forces de sécurité intérieure. Il faudra tout le savoir-faire diplomatique des représentants présents sur place pour expliquer que la position politique de l’Union européenne n’est pas tout à fait celle des Américains. Tâche très délicate, surtout quand des déclarations de hauts responsables européens, telle la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, laissent penser le contraire (lire : La Commission européenne réunie mercredi sur l’Irak. L’Europe doit parler à tout le monde (Von der Leyen)).

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. C’est le seul sujet qui a été inscrit à l’ordre du jour. La question libyenne qui devait être évoquée également (lire Carnet 06.01.2020) a été reportée à plus tard.

Mis à jour le 7.1 – § consigne sur l’instruction donnée au personnel Pays-Bas, Canada, – le 9.1 précisions sur les consignes données et restructuration des § de l’article pour plus de compréhension

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.