Emasoh déclarée opérationnelle. Le Courbet sur zone. Le Zs Ms De Ruyter arrive

(B2) L’initiative européenne de sécurité maritime dans le golfe arabo-persique est désormais opérationnelle, a annoncé la défense française. Les règles d’engagement seront assez précises et ne permettront pas toutes les interventions

La frégate néerlandaise Zs Ms De Ruyter (crédit : MOD Pays-Bas)

Cette annonce faite jeudi soir, juste la veille, du Brexit est très politique. Elle montre d’une part que la France a désormais un rôle majeur dans la défense européenne. Elle démontre d’autre part que les Européens peuvent, d’une certaine façon, se passer des Britanniques. Ce n’est pas négligeable au moment où Londres affirme urbi et orbi qu’on ne pourra jamais se passer d’eux dans ce domaine. Au passage, elle prouve que l’initiative européenne d’intervention (IEI) voulue par Emmanuel Macron fonctionne puisque la France a réussi à entraîner dans son sillage les Pays-Bas et le Danemark, deux pays plutôt otaniens qu’eurobéats en matière de défense.

Une frégate opérationnelle, l’autre arrive

La frégate française Courbet est la première frégate à participer à l’opération. Elle a l’avantage d’être déjà sur zone, participant aux opérations de la coalition CTF 150 notamment dans la lutte anti-terroriste ou anti-drogues. Ce qui permet de déclencher l’IOC (la capacité opérationnelle initiale). Elle sera rapidement rejointe par la frégate néerlandaise HNLMS De Ruyter (F-804) devrait être sur place à la mi-février, malgré ses problèmes de moteur (cf encadré). La frégate danoise viendra prendre le relais à partir du mois de septembre 2020.

État-major tactique et centre médical

L’état-major tactique (FHQ), « composé d’officiers belges, danois, néerlandais et français sera installé sur la base navale française d’Abu Dhabi ». Du côté médical, selon nos informations, c’est le ‘Zayed Military Hospital’ à Abu Dhabi, qui assurera la fonction de Rôle 1 (centre médical d’évacuation), avec un médecin-chef français qui assurera la liaison.

Accord officiel belge et frégate néerlandaise en route

Le gouvernement belge a a donné officiellement son accord ce vendredi (31 janvier). Deux militaires seront présents à bord de la frégate néerlandaise Zr. Ms. De Ruyter, dès cette fin janvier. Durée maximum : 5 mois, avec une rotation à mi-mandat. La frégate néerlandaise De Ruyter a, elle, appareillé des Pays-Bas le 28 janvier.

Une mission qui a toute sa pertinence

Dans le contexte actuel de grande tension, « cette mission trouve toute sa pertinence » souligne-t-on à Paris, comme à la Haye. Les navires européens auront trois objectifs : « préserver les intérêts des pays européens dans la zone, renforcer la sécurité maritime, et contribuer ainsi à la désescalade régionale ». L’enjeu est de taille : c’est par ce détroit, qui sépare de 40 km Oman et l’Iran, que « transite le tiers du pétrole acheminé vers l’Europe par voie maritime » rappelle le ministère français de la défense. Un détroit si étroit que les eaux territoriales s’y entrechoquent.

Un engagement possible en cas d’attaque… par un acteur non étatique

Du côté des règles d’engagement (ROE) c’est donc assez subtil. Si j’ai bien compris ce qu’a expliqué un marin averti à B2, on doit « distinguer l’action dans les eaux territoriales et les eaux internationales ». Dans les eaux territoriales — ce qui est le cas dans le détroit d’Ormuz partagé entre les eaux de l’Iran et d’Oman —, les navires ont un « droit de passage inoffensif [qui] s’applique et, si nécessaire, un droit de légitime défense », mais pas d’intervention en soi. Dans les eaux internationales, les frégates pourront venir à la rescousse de navires marchands s’ils sont « arraisonnés par des acteurs non étatiques ou si la violence est utilisée contre eux ».

Pas d’intervention quand un acteur étatique entre en jeu

En revanche, si un navire marchand est attaqué par un acteur étatique, cela se complique quelque peu… Il faut tout d’abord être proche. Et ensuite, si un navire marchand est arraisonné par une autorité étatique (ex. la marine iranienne ou la force navale des gardiens de la révolution), « cela n’est pas considéré comme une attaque ». Et une frégate ne peut intervenir, normalement. On passe de l’intervention ‘normale’ à un acte de guerre en soi. Et ce pas l’objectif d’EMASOH. On change de registre…

(Nicolas Gros-Verheyde)


Problème de moteur en passe d’être réglé

La frégate Zs MsDe Ruyter avait quelque problème de moteur. Ce point nous a été confirmé officiellement par un officier néerlandais. Une « usure a été trouvée dans l’une des boîtes de vitesses » à l’occasion d’une inspection régulière. Une mesure d’urgence a été prise avec « une réparation temporaire ». En attendant, ordre a été donné de réduire quelque peu (quelques nœuds) la vitesse de navigation de la frégate. Cela « n’entraîne aucune restriction opérationnelle et n’a aucune conséquence sur la durée des trajets aller et retour » assure-t-on à La Haye. « Le navire peut avoir la vitesse de navigation maximale pour les conditions opérationnelles. » Le remplacement de la boîte de vitesses devrait prendre entre 20 à 24 semaines et avoir lieu, après la mission.


Lire aussi :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.