Relais espagnol à Atalanta

(B2) La frégate espagnole Victoria (F-82) a pris la relève, mardi (5 novembre), de son sister ship Canarias (F-86), engagé depuis juillet dans l’opération de lutte contre la piraterie de l’UE (EUNavfor Atalanta)

(crédit : Armada espagnole)

Pour la frégate espagnole de la classe Santa Maria, la venue dans l’Océan indien n’est pas une nouveauté. Elle a participé, en effet, à l’opération anti-piraterie à trois reprises, participant notamment à nombre d’actions décisives de Atalanta (lire : 18 mois après le début de l’opération, Atalanta en mode offensif). Avec le navire amiral, ITS Marceglia, c’est le seul moyen naval de l’opération pour couvrir une zone quasiment aussi vaste que l’Europe. 

L’ESPS Victoria appartient au 41ème escadron d’escorte de la marine espagnole et au groupe de combat 1 (COMGRUP-1) de la force d’action navale (Fuerza de Acción Naval ou FAN). Basé à Rota, il a une certaine polyvalence lui permettant de mener des missions assez variées, notamment des opérations d’interdiction maritime ou de contrôle maritime.

L’ESPS Victoria a également pris part à l’embargo de la Yougoslavie (opération Sharp Guard), à des déploiements dans la mer Rouge et le golfe Persique lors de l’invasion du Koweït par l’Iraq, aux opérations Active Endeavour et Enduring Freedom, comme à l’opération Sophia en Méditerranée.

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.