Vers une nouvelle mission de l’UE en Centrafrique. Premier pas

(B2) Les 28 ont adopté, ce jeudi (21 novembre), le concept de gestion de crise (CMC) pour le lancement d’une mission civile de conseil aux forces de sécurité en République centrafricaine. Petit nom : EUAM RCA

La sécurisation des villes et des campagnes pourrait être assurée par les forces reconstituées de gendarmerie et police – une patrouille de Sangaris à Bangui en 2016 (crédit : SIRPA / EMA)

Le rôle de la mission sera de soutenir la réforme des forces de sécurité intérieure. Concrètement, cela passera par un conseil au ministère de l’Intérieur, à la police et gendarmerie pour « les aider à se déployer dans l’ensemble du pays ».

Une étape dans un processus bien lent

Avec l’adoption de ce concept de gestion de crise, l’Union européenne franchit une étape supplémentaire, mais la mise en place de la mission est lente. Les 28 avaient donné leur feu vert politique en juillet dernier (lire : Les 28 vont donner le feu vert à une nouvelle mission de la PSDC en Centrafrique). Il a fallu quatre mois aux experts des États membres pour le traduire dans un document officiel. Mais le lancement à proprement parler de la mission pourrait arriver rapidement… avant la fin 2019.

Une nécessité de doter la RCA d’une force civile de maintien de l’ordre

La France a beaucoup poussé dans ce sens dès le début de la crise centrafricaine. Après la période pacification-stabilisation (avec la force EUFOR RCA) puis la période restructuration-formation des forces armées (avec la mission EUMAM et EUTM RCA), est très vite apparue la nécessité de compléter cet effort militaire avec un effort en direction de la police et gendarmerie centrafricaine, qui pourraient se déployer en région notamment. Les besoins sont importants. Une bonne partie des troubles en Centrafrique ressort plutôt de bandes armées et de la criminalité que de forces structurées armées.

Des réticences d’États membres à une mission dédiée à la sécurité intérieure

Plusieurs États membres de l’UE étaient réticents à cette nouvelle mission. C’est ainsi qu’un ‘pilier interopérabilité’ a d’abord été mis en place au sein de la mission militaire EUTM RCA à la fin 2018. Un semi-échec, peu de pays acceptant d’envoyer des forces (mis à part la France). L’idée d’une mission propre dédiée aux forces de sécurité intérieure est donc de nouveau ressortie. Mais, là encore, non sans réticences. La mission créée n’est ainsi pas une mission de formation complète comme attendu, mais plutôt une mission de conseil stratégique (EUAM), prélude à celle-ci.

(Leonor Hubaut, avec NGV)

Pour plus de détails, lire : La future mission civile de conseil EUAM RCA. Le concept de gestion de crises décortiqué

Lire aussi :

Télécharger le communiqué

Leonor Hubaut

© B2 - Bruxelles2 est un média en ligne français qui porte son centre d'intérêt sur l'Europe politique (pouvoirs, défense, politique étrangère, sécurité intérieure). Il suit et analyse les évolutions de la politique européenne, sans fard et sans concessions. Agréé par la CPPAP. Membre du SPIIL. Merci de citer "B2" ou "Bruxelles2" en cas de reprise Leonor Hubaut est journaliste. Diplômée en relations internationales de l'Université Libre de Bruxelles (mention mondialisation). Elle couvre pour B2 le travail du Parlement européen, les missions de la PSDC et les questions africaines. Spécialiste du Sahel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.