Des observateurs européens en Géorgie arrêtés par des Sud-Ossètes

(B2) Incident troublant à la limite frontalière avec l’Ossétie du Sud en Géorgie jeudi (24 octobre). Des observateurs européens ont été arrêtés par des ‘militaires’ sud-ossètes

Une patrouille d’observateurs de l’UE près du village de Chorchana en août (crédit : EUMM Georgia)

Interception par des agents armés sud-ossètes

« Dans l’après-midi du 24 octobre, une patrouille de la mission d’observation de l’Union européenne (EUMM) a été brièvement tenue par des agents de sécurité armés d’Ossétie du Sud, alors qu’elle effectuait une patrouille dans la zone Chorchana-Tsnelisi » indique ainsi un communiqué de la mission partagé avec B2.

Une nervosité accrue

Cet incident est le signe d’une certaine nervosité. On avait déjà pu remarquer durant l’été ces tensions avec la mise en place d’une frontière physique plus dure sur certains points de la limite ‘frontalière’ (lire : Regain de tensions entre Ossétie du Sud et Géorgie. La ‘borderisation’ en cause), justement dans la même zone de Chorchana.

Préoccupation européenne

Le chef de la mission de l’UE Erik Hoeg a exprimé sa « profonde préoccupation » face à cette situation « où des agents de sécurité armés empêchent les observateurs de EUMM de mener leurs activités quotidiennes conformément à leur mandat […] dans une zone considérée comme se trouvant sur le territoire administré par Tbilissi, conformément à l’interprétation traditionnelle de la frontière administrative dans cette zone ».

Ligne d’urgence activée

Après ces incidents, EUMM a considérablement accru ses patrouilles pour soutenir la stabilité dans la région de Chorchana-Tsnelisi. La ligne directe d’urgence avec Tskhinvali (siège du gouvernement local d’Ossétie du Sud) a été activée. L’incident fera l’objet de discussions lors de la réunion technique du Mécanisme de prévention et d’intervention en cas d’incident (IPRM), ce vendredi à Ergneti.

(Nicolas Gros-Verheyde)

NB : EUMM Georgia a été mise en place en 2008 en un temps record, selon un accord Medvedev-Sarkozy, afin d’être un intermédiaire neutre d’observation entre les forces des provinces sécessionnistes pro-russes de Sud-Ossétie et d’Abkhazie, et la Géorgie.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.