Sur un air de Scorpions, Von der Leyen dans le vent du changement

(B2) C’est sur cet air de Scorpion que la fanfare de la Bundeswehr a dit adieu à Berlin à celle qui a été sa chef durant près de six années, Ursula von der Leyen

(crédit : Bundeswehr)

Une musique interprétée lors de la ‘Großer Zapfenstreich‘, la plus haute cérémonie militaire des forces armées allemandes, qui n’a lieu que lors d’occasions spéciales, jeudi (15 août) .

Le choix de cette composition du célèbre groupe de pop rock de Hanovre ne tient pas sans doute du hasard et a une haute vertu symbolique. Composée en 1990 au lendemain de la chute du mur de Berlin, les paroles semblent illustrer la volonté de la future présidente de la Commission européenne de consolider l’unité du continent européen, en retrouvant la ferveur des années 1989-1990 qui avait vu la réunification européenne.

« The world is closing in. Did you ever think. That we could be so close, like brothers. The future’s in the air. I can feel it everywhere. Blowing with the wind of change. »

Le clip officiel du groupe montre les images de la chute du mur, la répression chinoise de Tian’anmen, l’intifada palestinienne ou la catastrophe de l’Exxon Valdez, qui pour être datées, n’en sont pas moins actuelles que les défis qui se présentent à la future présidente de la Commission européenne.

Outre « Wind of Change » des Scorpions, la fanfare de la Bundeswehr a interprété deux autres pièces choisies par la principale intéressée : le ‘Ave Verum Corpus‘ une des toutes dernières œuvres de Mozart et le traditionnel ode à la joie de la 9e Symphonie de Beethoven, l’hymne européen.

(NGV)


Le merci de von der Leyen aux forces armées

« Les militaires et les agents civils (de l’armée) ont une tâche très spéciale dans les missions et aussi ici, chez nous. Car ils défendent notre liberté, l’État de droit et l’inviolabilité de la dignité humaine. Sans le dévouement, sans la performance de nos hommes et de nos femmes en uniforme et en civil, il ne m’aurait pas été possible d’assumer la responsabilité pendant ces cinq ans et demi. Pour cela je dis ‘merci’ du fond du cœur » a déclaré l’ancienne ministre de la Défense.