La capitaine du Sea Watch 3 arrêtée. Heiko Maas accuse Rome de criminaliser le secours en mer

(B2) Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas est entré dans la danse lundi (1er juillet) dans l’affaire du Sea Watch 3 arrêté au large de l’île de Lampedusa par les autorités italiennes. Il a dénoncé l’attitude de l’Italie qui refuse d’accueillir le navire et a arrêté la capitaine Carola Rackete. « Le sauvetage en mer ne doit pas être criminalisé. Sauver des vies humaines est une obligation humanitaire. Il appartient à la justice italienne de clarifier rapidement les allégations » prononcées à l’encontre de la capitaine du navire Sea Watch. « De notre point de vue, seule la libération de Carola Rackete peut être le résultat à l’issue d’une procédure judiciaire ». Au plan européen, « le marchandage sur la distribution des réfugiés est indigne et doit cesser ».

(NGV)

Lire aussi sur le blog : Sea Watch force les eaux territoriales italiennes. Etat de nécessité oblige. L’Europe silencieuse

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).