Plusieurs soldats français et estoniens blessés à Gao lors d’une attaque suicide (V4)

(B2) Un véhicule piégé (VBIED) a explosé ce lundi (22 juillet) dans l’après midi à l’entrée de la base militaire française de Gao, faisant trois blessés parmi les militaires français et estoniens, a annoncé le porte-parole de l’état-major français des armées, le colonel Frédéric Barbry, à l’AFP

Soldats estoniens au Mali (crédit : Etat major des armées FR)

Une attaque kamikaze

Le VBIED (Vehicle Borne Improvised Explosive Devices) s’est « présenté à 15h45 locales à l’entrée de la partie française du camp de Gao » à l’entrée du camp de la force Barkhane qui abrite également de l’autre côté la force de maintien de la paix des Nations unies (Minusma) et les forces armées maliennes (Fama). L’attaque visait « initialement l’entrée de la partie du camp des Forces Armées maliennes, mais les assaillants se seraient rabattus sur l’entrée française, en raison des conditions de circulation » indique l’état-major français des armées.

Un véhicule peint aux couleurs de la Minusma

Deux personnes se trouvaient à bord du véhicule, qui était peint aux couleurs de la force des Nations unies, la MINUSMA. Le passager avait, lui, revêtu un uniforme s’apparentant à celui des forces armées maliennes. Il a été neutralisé par les militaires du camp, alors qu’il était sorti du véhicule pour utiliser une arme. Le conducteur est décédé lors de l’explosion.

Une douzaine de militaires blessés…

(Maj) En fait le bilan en nombre de blessés est supérieur à celui annoncé au départ par l’état-major français (trois blessés). Du côté estonien, on relève ainsi « six blessés estoniens, dont trois restent sous soins médicaux » comme l’a précisé le commandant des forces estoniennes Martin Herem lors d’une conférence de presse à Tallinn. « Environ le même nombre de Français ont été blessés. » Les blessés « ont immédiatement reçu les premiers soins, et leurs blessures ne sont pas graves » assure le ministère estonien de la Défense. Certains ont reçu des éclats ou souffrent de contusions, d’autres pourraient subir des troubles auditifs.

… et deux civils maliens

Deux civils maliens présents sur place ont également été blessés. pris en charge par l’antenne chirurgicale de Gao. L’un d’eux était encore en soin, mardi (23 juillet) dans l’après-midi, mais « son pronostic vital n’est pas engagé », précise l’état-major français. Deux soldats estoniens et un soldat français étaient encore soignés.

Conversation téléphonique

Les deux ministres de la Défense l’Estonien Jüri Luik et la Française Florence Parly se sont parlé lors d’un appel téléphonique mardi matin (23 juillet). Florence Parly a souligné « le comportement professionnel des forces de défense estoniennes lors de l’attaque », souhaitant un « prompt rétablissement » aux blessés. Un message similaire de Jüri Luik qui a ajouté : « Nous sommes fiers des membres des forces de défense estoniennes qui défendent la sécurité européenne au Mali. […] Il est dans notre intérêt de faire face aux menaces avec nos alliés, de comprendre les besoins les uns des autres et de renforcer nos alliés ».

Un détachement de 50 soldats

Une cinquantaine de soldats estoniens, issus essentiellement du Scout Battalion Estonia (l’unité de réaction rapide de la 1ère brigade d’infanterie estonienne), assurent depuis près d’un an (août 2018) la force de protection du camp de Gao. Ils sont relevés tous les quatre mois.

(NGV)

A Vehicle Borne Improvised Explosive Devices (VBIED) exploded on Monday (22 July) afternoon at the entrance to the French military base Gao, of the force Barkhane (Mali), causing three French and Estonians casualties, Colonel Frederic Barbry, spokesman of the French General Staff of Armed Forces, said.

Mis à jour mardi 23.7 11h30 (bilan coté estonien), 13h (précisions supplémentaires coté estonien), 18h (circonstances de l’attaque – précisions dans le titre – bilan revu)