Le passage à la majorité qualifiée dans la politique étrangère remisé à plus tard

(B2) L’idée de faire passer certaines décisions de politique étrangère à la majorité qualifiée — notamment les décisions en matière de sanctions ou de missions PSDC — a fait flop

Le porte-parole en chef de la Commission l’a reconnu, lors du point quotidien de presse mardi (30 avril) interrogé par B2 et un autre collègue journaliste.

Un projet bloqué…

« Malheureusement, au moins pour le moment, cela n’a pas été complètement approuvé » a indiqué Margaritis Schinas. « Cela n’a pas avancé » du fait de « l’opposition » de plusieurs États membres. « Nous verrons ce qu’il en sera à Sibiu ». Mais l’espoir d’une évolution est mince. Pour cela, « il faudrait une prise de conscience collective » notable.

… laissé au prochain exécutif

En réalité, le sujet est remisé pour la prochaine Commission. « Espérons que dans le prochain agenda stratégique, la nouvelle équipe aura plus de succès que nous, avec les États membres sur ce sujet. »

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire notre analyse : Le projet de passer certaines décisions de politique étrangère à la majorité qualifiée : mort et enterré ?

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).