Union sacrée en Irlande du Nord après le meurtre de Lyra McKee

(B2) Après la mort d’une journaliste Lyra McKee dans les rues de Londonderry jeudi soir, les représentants des principaux partis d’Irlande du Nord, des nationalistes de gauche du Sinn Fein aux unionistes du DUP en passant par les conservateurs et les verts, ont lancé un appel au calme à l’approche des fêtes de Pâques, condamnant le meurtre dans les « termes les plus forts possibles ».

(crédit : famille Lyra McKee)

Le « meurtre de Lyra est aussi une attaque contre toute la population , une attaque contre le processus de paix et démocratique » écrivent-ils. « Nous sommes unis dans le rejet de ceux qui sont responsables de ce crime haineux. […] Nous réitérons notre soutien à la PSNI [police d’Irlande du Nord], qui en assurant ses fonctions était aussi visée dans l’attaque de la nuit dernière. »

Selon le chef de la police, Mark Hamilton « un seul homme armé a tiré des coups de feu dans une zone résidentielle. Mme McKee a été blessée. Elle est morte de ses blessures. » Une enquête pour meurtre a été ouverte, le chef de la PSNI « appelant toute personne disposant d’informations à appeler la police ».

NB : Cet évènement vient remettre en lumière combien les accords du Vendredi Saint sont importants (1). Et qu’il importe de ne pas les fragiliser. Les négociateurs du Brexit, du côté de Londres, devraient en avoir davantage conscience.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) L’accord du Vendredi Saint, ou accord de Belfast, a été signé le 10 avril 1998 par le Premier ministre anglais de l’époque, Tony Blair, le Premier ministre de la République d’Irlande, les nationalistes et les unionistes pour mettre fin à 30 ans de conflit en Irlande du Nord.