L’opération Redfold déclenchée au Royaume-Uni

(crédit : 123Rf)

(B2) Les militaires britanniques peaufinent leur préparation en cas de ‘no deal’, détaille la chaîne Skynews. L’hypothèse d’un Brexit dur n’est plus de la théorie aujourd’hui. Nom de code de cette opération d’un nouveau genre : Redfold

3500 militaires en alerte

Pas moins de 3500 militaires ont ainsi été placés en alerte, notamment pour pouvoir approvisionner certains points du pays. Une équipe militaire de 200 personnes est ainsi prête à conduire des citernes de carburant aux stations-service si nécessaire. Des bases militaires ont été réquisitionnées pour pouvoir parquer les camions en attente lors des contrôles douaniers.

Planificateurs et budget dégagés

Une centaine de planificateurs militaires participent depuis plusieurs mois à la planification de cet évènement avec d’autres départements ministériels, notamment le Cabinet du gouvernement et le ministère des Entreprises. La défense a déjà dépensé « au moins 23 millions de £ pour stocker des vivres, du carburant, des pièces détachées et des munitions » sur des bases, situées au Royaume-Uni ou à l’étranger (Chypre notamment), « au cas où les circuits d’approvisionnement seraient perturbés », précisent nos collègues Deborah Haynes et Beth Rigby.

Le bunker ‘Pindar’ activé sous le ministère de la Défense

Les forces armées ont même activé « une équipe dans un bunker à l’épreuve des armes nucléaires, dénommé Pindar, placé dans le sous-sol, du bâtiment principal du ministère de la Défense à Whitehall » détaille la chaîne britannique, qui fait dans le sensationnel. « C’est l’installation utilisée par les forces armées en temps de guerre ou d’urgence nationale. » En fait le centre de gestion de crises du ministère de la défense… au cas où !

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).