EUBAM, Frontex, Italie font front commun pour lutter contre la mafia en Libye

(B2) La lutte « contre les réseaux criminels organisés » en Libye s’organise. Un projet pilote a été lancé par la mission européenne d’assistance et de surveillance des frontières (EUBAM Libya), l’agence européenne pour la gestion des frontières extérieures de l’UE (Frontex) et l’Italie.

L’administration libyenne responsable de la sécurité côtière (Libyan general arministration for coastal security GACS) est la principale bénéficiaire de ce projet. L’objectif du trio est de soutenir les efforts des autorités libyennes dans la lutte contre les réseaux de crime organisé. Sont visés : le trafic de migrants, le trafic d’êtres humains et le terrorisme.

21 officiers de la sécurité côtière libyenne formés en février

21 officiers de la police de l’Administration générale libyenne pour la sécurité côtière ont ainsi été formés à Ostia, en Italie. La formation s’est étalée sur trois semaines entre le 7 et le 21 février. Elle a regroupé des cours théoriques, pratiques, et des exercices grandeur nature. Par exemple, les stagiaires ont dû approcher une embarcation sur laquelle se trouvaient des migrants gravement blessés et des enfants, ou bien encore, gérer une scène de crime dans les règles de l’art.

Le cours a également « abordé la protection des droits fondamentaux et la question du genre » précise-t-on du côté européen. Le manque de femmes au sein des forces de police libyennes s’est fait ressentir à l’occasion des exercices pratiques.

NB : La mise en place de ce projet pilote fait suite à la décision du Conseil de l’Union européenne, du 17 décembre 2018, qui a prolongé et modifier le mandat d’EUBAM Libya (lire : La mission EUBAM Libya va être prolongée de 18 mois).

 

(MHA)