15 morts en mer au large de la Libye. Et personne ne bouge ? L’OIM lance l’alerte

15 morts en mer au large de la Libye. Et personne ne bouge ? L’OIM lance l’alerte

Share

(B2) Quinze migrants sont morts dans un bateau au large des côtes libyennes rapporte l’OIM. Les dix survivants ont été recueillis, fortement déshydratés, après avoir passé environ 12 jours en mer sans nourriture ni eau. L’organisation internationale dénonce le manque de moyens en mer pour le sauvetage

Un des rescapés conduit à l’hôpital (crédit : OIM)

Un chavirage au large de Misrata

Au moins une douzaine de personnes sont mortes après qu’un bateau en caoutchouc qui a passé plus de 10 jours en mer ait chaviré lundi au large de Misrata, en Libye, rapporte l’Organisation internationale des migrations. Trois autres passagers sont portés disparus (et présumés morts). Dix survivants ont été secourus et sont retournés en Libye où ils ont été soignés par le personnel médical de l’OIM.

Des survivants en état de déshydratation et d’épuisement complets

« Les survivants souffraient tous d’une déshydratation et d’un épuisement complets après avoir été bloqués en mer pendant des jours », a déclaré le médecin de l’OIM, le Dr Mohamed Abugalia. Ils « souffraient de traumatismes, de malnutrition sévère et de brûlures causées par le carburant du bateau. » Quatre cas nécessitant des soins médicaux d’urgence ont été transférés dans un hôpital privé à Tripoli. Six autres ont été transférés dans des centres de détention par les autorités libyennes.

Un bateau qui a dévié de son cap

Les récits médiatiques des épreuves subies par les migrants diffèrent, mais il semble que le bateau, qui tentait de se rendre en Italie, ait été dévié de son cap de plusieurs centaines de kilomètres. Le porte-parole du Croissant-Rouge, Baha al-Kawash, a déclaré à l’AFP que les migrants avaient quitté la ville de Sabratha, à l’ouest de Tripoli, pour l’Italie, mais que leur navire a chaviré à 270 km à l’Est puis s’est renversé.

Une situation inacceptable

Le porte-parole de l’OIM pour la Méditerranée Flavio Di Giacomo a lancé un appel à l’aide. « Il est nécessaire de renforcer la présence des canots de secours en Méditerranée. Sauver des vies en mer est une priorité. » Il relaie ainsi les inquiétudes des responsables sur place. « Ce qui est alarmant, c’est que nous ne voyons toujours pas de mesures concrètes pour faire face aux mouvements […] à travers la mer Méditerranée » indique le chef de l’OIM en Libye, Othman Belbeisi. Avec l’hiver, le temps allant s’aggravant, les conditions de traversée vont être plus dures, et les naufrages s’accentuer.

Sauver des vies devrait être la priorité numéro 1

« L’absence de mécanismes permettant de mieux gérer les retours et la réduction des capacités de recherche et de sauvetage en mer rendent la traversée de la frontière de plus en plus dangereuse pour les migrants. Il y a plus de possibilités de mourir en mer maintenant qu’il y a un an. Ce n’est pas acceptable. Sauver des vies en mer devrait être la priorité numéro un, et les opérations de recherche et de sauvetage doivent clairement être renforcées » a ajouté Othman Belbeisi. « Nous continuons à plaider pour des alternatives à la détention pour les migrants renvoyés sur les côtes libyennes, en particulier pour les plus vulnérables ».

(Nicolas Gros-Verheyde)


La saisine de la Cour pénale internationale ?

C’est la volonté annoncée par l’ONG allemande Lifeline : « 12 jours et personne n’a rien remarqué ? Dans une zone couverte par Frontex et EUNAVFOR MED. Nous devons supposer que ces personnes n’ont pas été consciemment et délibérément sauvées. » dénonce son capitaine Claus-Peter Reisch qui s’interroge : « Faut-il saisir la cour pénale internationale ? »