Opération réussie des militaires de Barkhane dans la région de Mopti (V2)

(B2) Les militaires français de l’opération Barkhane ont mené, dans la nuit de jeudi 22 à vendredi 23 novembre 2018, dans la région de Mopti au centre du Mali, un raid contre le groupe terroriste de la katiba Massina

La tête de la katiba Massina décimée

« Une trentaine de terroristes a été mise hors de combat, parmi lesquels figurent probablement le chef de la katiba Massina, Hamadoun Kouffa [un des principaux adjoints de Iyad ag Ghali], et ses principaux cadres » indique un communiqué de l’état-major des armées. De nombreux moyens aériens ont été utilisés de manière combinée : avions Mirage 2000, hélicoptères Tigre et Gazelle, appuyés par des drones Reaper, un ravitailleur C135 et des hélicoptères.

Un effet de sidération

Les frappes aériennes ont permis de « réaliser un effet de sidération » sur l’objectif, puis « d’exploiter cette action par des assauts héliportés et par l’engagement au sol des militaires français ». Autrement dit, un passage aérien, avec largage des forces spéciales. C’est « la préparation minutieuse et la parfaite coordination de l’ensemble des forces françaises déployées au Sahel qui ont permis la réussite de cette opération » a souligné le chef d’état-major des armées François Lecointre.

(mis à jour) Hamadoun Kouffa donné pour mort est bien vivant. Une vidéo a été diffusée où il apparait. L’état-major français le reconnait le 11 mars 2019. « Il est vraisemblable que ce soit lui » indique le 11 mars 2019, selon l’AFP, le porte-parole de l’état-major, le colonel Patrick Steiger.

(NGV)