L’Asie n’est jamais loin de l’Europe (Hyoung-zhin Kim)

(B2) Avec plus de 50 chefs d’États présents, le sommet UE – Asie (ASEM) qui a lieu à Bruxelles le 19 octobre 2018 est un de plus grands évènements diplomatiques jamais organisé à Bruxelles… sommet de l’OTAN inclut. Une « formidable opportunité » pour Européens et Coréens « de renforcer notre partenariat stratégique », assure Hyoung-zhin Kim, l’ambassadeur sud-coréen à Bruxelles (*). Carte blanche

Le président du Conseil européen Donald Tusk avec le président Jae-in Moon, de la Corée du Sud (Crédit : Corée du Sud)

UE et Asie : défenseurs du multilatéralisme

Dans un contexte de résurgence de l’unilatéralisme et du protectionnisme, les deux parties porteront un message important : la promotion d’un commerce international fondé sur des règles de droit et d’un multilatéralisme porteur de valeurs communes que sont la démocratie, l’économie de marché, les droits de l’homme et la primauté du droit. Ils conviendront ensemble des cadres juridiques pour notre coopération future et des mécanismes pour encourager la croissance.

Vers davantage de coopération 

Par exemple, une déclaration commune sur la pêche illégale doit être signée et un accord horizontal sur l’aviation a été initié. La coopération en matière de protection des données sera également renforcée. Des dialogues de haut niveau sur les technologies de l’information, les transports et les petites et moyennes entreprises seront lancés.

La Corée du Sud se veut le « meilleur  » partenaire asiatique

La Corée est souvent citée comme le meilleur partenaire de l’UE. Certains experts estiment aussi que la Corée est le pays asiatique le plus proche de l’UE sur le plan des idées. Cela explique peut-être pourquoi nous sommes le premier pays à avoir conclu trois accords clés avec l’UE dans les domaines politique, économique et sécuritaire : accord-cadre, accord de libre-échange et accord de participation à la gestion de crise. L’accord de libre-échange Corée-UE est un accord de nouvelle génération, établissant un modèle pour les autres pays tiers. Celui-ci est entré en vigueur en juillet 2011. Résultat, le commerce bilatéral a augmenté de 47% entre 2010 et 2017. Par ailleurs, les forces navales des deux parties participent à des opérations militaires communes tous les deux à trois mois dans la Corne de l’Afrique pour mener des activités de lutte contre la piraterie.

En outre, le président avait déjà montré l’importance qu’il accordait à l’UE en dépêchant un envoyé spécial UE suite à son élection en juin 2017.

… et rêve d’une « union » de l’Asie sur le modèle européen

Lors de son discours du 15 août, jour de la libération de la Corée, le président Moon a lancé le projet de l’East Asia Railroad Community visant à reconnecter les pays voisins par le rail. Prenant en exemple l’évolution de la Communauté européenne du charbon et de l’acier vers l’Union européenne, il a indiqué que la communauté des chemins de fer pourrait devenir une communauté économique et énergétique de l’Asie de l’Est, ainsi qu’un mécanisme multilatéral de paix et de sécurité pour la région.

Corée du Nord : l’UE perçue comme une soutien de première importance

Un événement semblable à un miracle s’est produit dans la péninsule coréenne. Au regard des tensions de l’année précédente, une relation plus pacifique s’est progressivement développée. Comme le secrétaire d’État américain Mike Pompeo l’a mentionné, le monde se trouve à l’aube d’un nouveau jour dans ses relations avec la Corée du Nord. Des progrès sont en cours pour la dénucléarisation et l’UE est un soutien de première importance dans les négociations. En effet, la politique d’engagement critique de l’UE à l’égard de la Corée du Nord est parfaitement en phase avec la politique de la Corée du Sud.

Les relations commerciales avec la Belgique au beau fixe

L’année dernière, la princesse Astrid de Belgique a dirigé une mission économique composée de 258 personnes et de 110 sociétés en Corée. La Belgique et la Corée ont eu la possibilité de nouer des partenariats étroits dans divers domaines. Signe d’une relation fructueuse, les échanges bilatéraux ont augmenté de 17% par rapport à l’année précédente.

Comme nous le verrons au sommet de l’ASEM, l’Asie n’est jamais loin de l’Europe. 

Hyoung-zhin Kim, ambassadeur de la République de Corée auprès de l’Union européenne, la Belgique, le Luxembourg et l’OTAN

Ces propos n’engagent que l’intéressé. Titres, intertitres et complément biographique sont de la rédaction

(*) Hyoung-zhin Kim est, depuis novembre 2016, l’ambassadeur de la Corée du Sud auprès de l’Union européenne. Il a été en poste à Washington (1990-1993, 2005-2009), à Pékin (1999 – 2002) et a occupé plusieurs postes plus politiques : conseiller du ministre des Affaires étrangères (2009-2010), du président (2013-2014) et ministre adjoint pour la planification et la coordination (2015), puis pour les Affaires politiques au ministère des Affaires étrangères (2016).

Rédaction de B2

© B2 - Bruxelles2 est un média en ligne français qui porte son centre d'intérêt sur l'Europe politique (pouvoirs, défense, politique étrangère, sécurité intérieure). Il suit et analyse les évolutions de la politique européenne, sans fard et sans concessions. Agréé par la CPPAP. Membre du SPIIL. Merci de citer "B2" ou "Bruxelles2" en cas de reprise