69 garde-côtes et marins libyens en Italie pour une formation

69 garde-côtes et marins libyens en Italie pour une formation

Share

(B2) Un module de formation « niveau2 » vient de débuter en Italie le 8 octobre pour des garde-côtes et des marins libyens 

(crédit : EUNAVFOR Med / Sophia)

Organisé par la marine italienne, dans le centre de formation de la marine italienne à La Maddalena, ce nouveau module durera huit semaines jusqu’au 30 novembre 2018 et concerne 69 stagiaires. Il se compose d’un « cours d’officier de pont » et de « cours de préposé à la maintenance ». L’objectif — selon les informations communiquées par le QG de l’opération à Rome —, est de fournir aux garde-côtes libyens les connaissances et la formation sur l’activité générale à bord d’un navire de surveillance en mer ainsi que des leçons axées sur les droits de l’Homme, les premiers secours, la politique d’égalité des sexes et des rudiments linguistiques en anglais (1).

305 garde-côtes formés au total

Avec cette nouvelle formation, et celle assurée cet été par la marine espagnole (lire : Formation terminée pour 26 marins et garde-côtes libyens), 305 membres des gardes-côtes libyens et de la marine auront été formés par l’opération Sophia / EUNAVFOR Med. On se rapproche ainsi de l’objectif des 500 personnes formées (normalement prévu pour fin 2017), mais très lentement. A noter que d’autres modules de formation supplémentaires vont être organisés ultérieurement, en Croatie notamment, en Espagne ensuite, et en Grèce peut-être.

Une lenteur expliquée par plusieurs facteurs

A cette lenteur, plusieurs raisons cumulées : 1° la difficulté de trouver des noms de garde-côtes (ce sont les Libyens qui les fournissent), 2° la procédure de vérification (veting) qui a été renforcée (elle dure 7 semaines) ; 3° les difficultés internes aux Européens notamment pour savoir qui financerait cette formation. La question de savoir s’il était possible de donner un per diem (indemnité journalière) aux Libyens en formation (une revendication des Libyens) a notamment été délicate à résoudre. Finalement un accord s’est fait entre les États membres sur ce point, mais sur la base de contributions volontaires de plusieurs États membres, et non sur la base du budget commun de la mission…

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi :

(1) La plupart des garde-côtes et marins libyens ne maitrisent pas l’anglais, qui est la langue couramment usitée sur mer, dans la marine marchande. Ce qui est à l’origine de plusieurs problèmes ou quiproquo. Lire : Quand les garde-côtes libyens et les ONG interviennent en même temps, c’est le bazar

Mis à jour sur les lieux de formation en ajoutant l’Espagne