Prix Sakharov, les trois nominés sont…

Prix Sakharov, les trois nominés sont…

Share

(B2) Trois noms restent en lice pour le prix Sakharov 2018. Leurs combats touchent à ce que l’Europe a de plus cher : la liberté de penser et de s’exprimer.

Réunion en comité joint AFET / DEVE / DROI. Vote des trois nominés pour le Prix Sakharov pour  la liberté de pensée 2018 © Parlement européen

Attribué chaque année depuis 1988 par le Parlement européen, ce prix récompense les hommes et femmes qui défendent les libertés fondamentales. Dix candidats, proposés par les différentes groupes politiques, étaient soumis au vote des députés des commissions Affaires étrangères, Développement et de la sous commission Droits de l’Homme, mardi 9 octobre. Le lauréat sera désigné le 25 octobre par la conférence des présidents du Parlement et le prix remis solennellement le 12 décembre, lors de la session plénière, à Strasbourg.

Les ONG sauvant des migrants en Méditerranée. A savoir, Proactiva Open Arms, SOS Méditerranée, Médecins sans frontières international, Sea-Watch, Sea Eye, Jugend Rettet, Lifeline, MOAS, Save the children, PROEM-AID et Boat refugee foundation. Depuis 2015, ces ONG mènent des opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée pour tenter de sauver la vie de réfugiés qui tentent de rejoindre les côtes de l’UE. Proposées par les groupe S&D et les Verts.

Oleg Stentov. Le réalisateur de film ukrainien purge une peine de 20 ans de prison pour avoir « comploté des actes terroristes » contre la règle « de facto » russe en Crimée. Il est devenu le symbole de dizaine de citoyens ukrainiens illégalement arrêtés et condamnés à de longues peines de prison par les forces d’occupation russes dans la péninsule de Crimée. Proposé par le groupe PPE.

Nasser Zefzafi. Activiste marocain, dirigeant de Hirak, un mouvement de protestation dans la région du Rif au Maroc, luttant contre la corruption, l’oppression et les abus de pouvoir, il a été condamné à 20 ans de prison pour «complot contre la sécurité de l’État». Proposé par le groupe GUE et 39 autres députés.

(E.S.)