Européennes 2019. Quels changements attendre ?

Européennes 2019. Quels changements attendre ?

Share

(B2) Les élections européennes de 2019 pourraient changer la donne. Sans être la révolution attendue ou redoutée, certaines évolutions pourraient être radicales

(crédit : Parlement européen)

 

Qui dirigera le Parlement demain ?

Le Parlement européen est actuellement dirigé par une grande coalition droite-gauche. Les ‘populaires’ du PPE (dont font partie les Républicains) et les sociaux et démocrates du S&D (dont est membre le PS) disposent aujourd’hui de la majorité absolue des sièges (408 sur 751). Ce qui leur donne la faculté de choisir le président du Parlement comme celui de la Commission. Les derniers sondages donnent en effet ces deux partis de gouvernement perdants. Le PPE pourrait perdre une quarantaine de sièges, tandis que les socialistes subiront une purge drastique : entre 50 et 60 sièges de moins, sur les 189 actuels. Le départ des Travaillistes britanniques, mais aussi les mauvais résultats attendus en France, en Italie et en Allemagne expliquent cette saignée. Résultat : pour former et atteindre le nouvel seuil de la majorité (353 sièges *), pro-européenne, au Parlement, il faudra s’adjoindre les troupes libérales et démocrates, voire les Verts.

Les Libéraux en progression ?

Là encore, l’enthousiasme devrait être plus mesuré qu’attendu. Certes, ALDE pourrait (re)devenir le troisième groupe de l’assemblée et il deviendra une pièce maitresse du nouveau jeu de pouvoir européen lui laissant espérer de pouvoir obtenir un des postes de tête (présidence du Parlement européen, du Conseil ou Haut représentant). Mais il lui faudra, pour cela, compter sur l’appui des En Marche français.

Les ‘En Marche’ pourront-ils former un groupe à part ?

Cela paraît difficile. La seule possibilité, sérieuse pour l’instant, est de venir renforcer les Libéraux et démocrates (ALDE). L’écrasement régulier dans les sondages des troupes d’Emmanuel Macron ne laisse plus vraiment d’espoir au président français de constituer une force d’attraction suffisante pour ‘décrocher’ les partis libéraux et démocrates de leur groupe actuel.

Qui devrait progresser au Parlement ?

La gauche et les communistes (GUE) devraient gagner quelques sièges. Idem pour les Verts. Mais, ce ne sera pas le grand saut espéré. Cette augmentation ne compensera pas la perte des sociaux et démocrates et se révélera incapable de fournir assez de troupes pour composer une majorité alternative. Selon nos calculs (**), les trois groupes de ‘gauche’ n’arriveraient qu’à peine à un tiers de l’hémicycle (35%). Même avec le renfort des Libéraux et Démocrates, ils n’arriveraient qu’à 48% des sièges. C’est surtout de l’autre côté de l’hémicycle que se situera l’évolution majeure…

Qui pourrait être le grand gagnant ?

Actuellement bon dernier des groupes politiques, celui de l’extrême-droite devrait grimper à la cinquième, voire la quatrième place de l’échiquier. Ce qui rendra difficile d’évincer les députés nationalistes de certains postes de prestige ou de pouvoir : vice-présidence du Parlement ou présidences de commissions, par exemple. Le « cordon sanitaire » actuel pourrait ainsi éclater. La répartition à ces fonctions se faisant, selon la règle D’Hondt, suivant une sorte de proportionnelle améliorée.

Que deviendront les autres groupes eurosceptiques ?

Contrairement à ce que d’aucuns prétendent, c’est une vraie inconnue. Malgré un certain vent eurosceptique qui souffle en Europe, difficile de prédire leur poids futur. Les députés hostiles à l’intégration européenne sont, en effet, éclatés en deux groupes principaux qui subissent de plein fouet le Brexit. Les conservateurs du PiS polonais vont se retrouver orphelins des Tories britanniques avec qui ils formaient le groupe conservateur ECR. Idem pour les Italiens du Mouvement 5 étoiles qui subissent le départ des anti-européens de l’UKIP et n’ont plus le nombre minimum de pays pour constituer un groupe. Leur influence dépendra donc de leur faculté de fusionner (ce qui parait délicat) et d’attirer de nouveaux membres pour former un groupe solide (***).

Pourquoi est-ce si difficile de prévoir ?

Au Parlement européen, les groupes politiques sont assez mouvants d’une législature à l’autre. Plusieurs questions se posent notamment à l’extrême-droite. L’AFD allemande aujourd’hui est présente dans le groupe eurosceptique (EFDD). Son positionnement en 2014 était largement anti-européen. Mais elle a évolué, entre temps, vers un positionnement plus clairement nationaliste, tandis que le Front national faisait le chemin inverse, devenant le Rassemblement national. Y-aura-t-il un regroupement ? De même, les Démocrates suédois membres du groupe EFDD ont récemment (juin 2018) rejoint les Conservateurs. Difficile donc de prédire l’évolution. Enfin, nombre de députés se retrouvent aujourd’hui sans affiliation précise au Parlement européen. Une bonne cinquantaine sont ainsi issus de partis ou de listes qui, soit n’étaient pas présentes en 2014, soit sont aujourd’hui difficilement classables.

L’éclatement du PPE est-il possible ?

C’est une question pendante, avec le virage pris par le leader hongrois Viktor Orban s’affichant ostensiblement. Est-ce que la Fidesz hongroise qui est membre aujourd’hui du PPE quittera ce groupe pour aller voguer de concert avec les conservateurs polonais (PiS) ? Sur le plan idéologique, politique comme économique, les deux partis ont nombre de points communs, avec une politique plus ‘sociale’ que certains partis du groupe PPE, mais vigoureusement nationale et anti-intégration européenne pour certains autres aspects. Mais quitter le giron du PPE pour Viktor Orban serait risqué… La même question se pose pour les plus ‘sociaux’ du PPE si Viktor Orban restait. L’éclatement de la famille chrétienne-démocrate serait une vraie tempête pour le Parlement européen. Bruxelles bruit actuellement de rumeurs. Mais la tendance naturelle, conservatrice, des forces composant le PPE, pourrait les conduire finalement à rester ensemble. La solidité du groupe est peut-être plus solide que ce qu’en laissent penser certaines tendances centrifuges sur lesquelles misent certains — notamment les En Marche ou les LibDem — pour essayer de ravir le pouvoir à ce parti qui a été de toutes les batailles européennes.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(*) Le nombre de sièges au Parlement européen a été revu, à la suite du départ attendu des députés britanniques, passant de 751 à 705. Et certains pays, sous représentés du fait des évolutions démographiques, ont bénéficié d’un coup de pouce. La France bénéficie ainsi désormais de 79 sièges au lieu de 74. Lire : Les eurodéputés pas super enthousiastes pour les listes transnationales

(**) Source base de données B2 élections sur la base des chiffres fournies par foederalist.eu

(***) Pour former un groupe au Parlement européen, il faut (aujourd’hui) avoir 25 députés provenant de sept États membres (au moins un quart des États membres). Mais cette règle pourrait être modifiée dans la prochaine législature, en limitant le nombre de députés provenant d’un seul État membre à un quart (ce qui pourrait rendre la vie la plus difficile aux groupes eurosceptiques comme ECR et EFDD. Les députés doivent en débattre justement cette semaine en commission AFCO (affaires constitutionnelles).

Papier publié pour Sud-Ouest, complété et détaillé