Le F35 apponte et décolle du Queen Elizabeth

(B2) Le nouvel avion de chasse de la marine britannique, le F-35 de fabrication américaine, a réussi un atterrissage sur le pont du nouveau porte-avions de la marine britannique, le HMS Queen Elizabeth. Le commandant de la Royal Navy, Nathan Grey, et le chef de l’escadron de la RAF, Andy Edgell, ont en effet été les premiers pilotes à poser (à apponter) leurs avions de chasse F-35 B (1) sur le nouveau porte-avions de la marine britannique et à en décoller mardi dernier (25 septembre). C’est le début d’une série de quelque 500 essais qui vont se dérouler au large de la côte est des États-Unis, durant environ 11 semaines, a indiqué la Royal Navy sur son site vendredi (28 septembre). Le porte-avions devrait ensuite se rendre à New York.
Décollage d’un F35B Lightning II à partir du HMS Queen Elizabeth (credit Royal Navy UK)
Un évènement historique Le ministre de la Défense britannique Gavin Williamson n’a pas eu de mots assez mirifiques pour célébrer ce qui constitue à ses yeux un évènement historique propre à rehausser la grandeur de la Grande-Bretagne.
« Le premier atterrissage historique sur le pont du HMS Queen Elizabeth est un moment monumental dans la fière histoire militaire de notre pays. Le plus grand navire de guerre de l’histoire britannique s’associe aux avions de combat les plus avancés de la planète. Cela marque une renaissance de notre pouvoir de frapper de manière décisive des mers du monde entier.»
NB : Qualifier d’historique l’évènement est peut-être légèrement emphatique. C’est à se demander ce qu’est un évènement historique ou si les doutes sur le F-35 et la puissance militaire britannique étaient tombés à un tel niveau qu’il fallait user de mots aussi grandiloquents pour célébrer l’évènement. Grosse semaine pour le F-35 En tout cas, une semaine forte en émotions pour le nouvel avion de combat américain. Jeudi dernier (27 septembre), un F35-B a accompli sa première mission opérationnelle en Afghanistan. Le lendemain, vendredi (28 septembre), un appareil du même type s’est écrasé au sol en Caroline du Sud, lors d’un entraînement, sans faire de victime. Le pilote a pu s’éjecter à temps et est indemne. (Nicolas Gros-Verheyde avec Romain Mielcarek) (1) La version « B » du F-35 choisie par la Royal Navy (et les Marines américains) se caractérise par un décollage court et un atterrissage vertical, qui lui permettent notamment d’atterrir sur le pont de certains porte-avions dénués de catapultes (seuls les Américains et les Français disposent de ces dernières).

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

2 pensées sur “Le F35 apponte et décolle du Queen Elizabeth

  • 22 octobre 2018 à 09:09
    Permalink

    Un juriste vient faire des commentaires sur un sujet militaire… On aura tout vu… Qu’il commence par réussir une école militaire ou faire des études appropriées avant de se mêler de ce qu’il ne connaît pas… La jactance de ces baveux n’a d’égal que leur incompétence.

    • 22 octobre 2018 à 12:27
      Permalink

      grand merci de ce commentaire qui est sûrement beaucoup d’intérêt à nos lecteurs… Le baveux jactant.

Commentaires fermés.