Un avion russe détruit en vol par un tir de missile au-dessus de la Syrie (V2)

Un avion russe détruit en vol par un tir de missile au-dessus de la Syrie (V2)

(B2) Un avion militaire russe, avec 15 membres d’équipage à bord, a disparu lundi soir (17 septembre) au-dessus de la Méditerranée a indiqué le ministère russe de la Défense, qui a accusé indirectement la France d’être impliquée avant de jeter son accusation sur Israël

Moscou accuse les F-16 israéliens de s’être abrité derrière le signal radar de son avion (crédit : armée de l’air israélienne)

La disparition d’un avion de reconnaissance au large de la Syrie

« Le 17 septembre, vers 23h00 [22h00 heure de Paris], a été perdu tout contact avec l’équipage de l’appareil russe Il-20 qui était de retour sur la base aérienne de Hmeimim ». L’appareil — un quadrimoteur doté de différents équipements (radar, renseignement d’origine électromagnétique) spécialisé dans la reconnaissance — survolait alors la Méditerranée, à 35km de la côte syrienne.

Une attaque de missiles venant de la mer… peut-être

Selon les Russes, l’Illiouchine-20 a disparu des écrans radar au moment de l’attaque de quatre avions israéliens F-16 qui avaient visé lundi soir des cibles syriennes dans le gouvernorat de Lattaquié. Parallèlement, une attaque de missiles a été réalisée depuis la mer, selon Spoutnik. « Les systèmes russes de contrôle de l’espace aérien ont enregistré des tirs de missiles depuis la frégate française Auvergne se trouvant dans cette zone », précise le ministère russe de la Défense. Du côté de l’état-major des armées françaises, joint par B2, on « dément formellement toute implication ».

Commentaire : trois faits simultanés

L’accusation russe n’est pas directe. Mais elle met en relation plusieurs faits simultanés : 1° l’attaque par des avions israéliens ; 2° la présence de la frégate FREMM française et des tirs de missile ; 3° la disparition de l’avion russe. Restera à voir si l’avion a vraiment été atteint par un missile et par lequel. En sachant que la défense anti-aérienne syrienne s’est mise en action dès le déclenchement de l’attaque ‘israélienne’, rien n’exclut qu’il n’ait pas été atteint par un tir ‘fratricide’. Dans tous les cas, cette accusation (même fausse) qui cible directement la France est à prendre au sérieux. Elle révèle que la France est toujours une cible politique du Kremlin.

Les avions israéliens mis en cause

(Mis à jour) Le ministère russe de la Défense a confirmé d’une certaine façon cette analyse, confirmant implicitement que l’avion avait été atteint par la défense anti-aérienne syrienne et dédouanant ainsi la France. Dans une conférence de presse, tenue mardi (18 septembre), le ministre Sergei Shoigu a mis en cause directement Israël. Les avions israéliens ont attaqués « sans avertissement, ou pour être plus précis nous ont informés à une minute qu’ils allaient frapper des objectifs sur le territoire syrien ». Ils se sont abrités derrière le signal « de notre IL-20, espérant que le système de défense aérienne syrienne ne fonctionnerait pas »; a déclaré le ministre russe qui a averti : « la Russie ne laissera pas sans réponse l’action de la Force aérienne israélienne en Syrie, en raison de la mort de militaires russes ».

(Nicolas Gros-Verheyde)

Mis à jour sur le bilan des militaires russes (15 et non 14) et l’accusation directe dirigée vers Israël