Dernières nouvelles des missions de maintien de la paix de l’UE – PSDC (août 2018)

(B2) L’opération anti-piraterie Atalanta voit son chef de la force maritime changer, tandis que les missions de soutien aux forces intérieures au Sahel engagent une formation conjointe en police technique et scientifique à tous les pays du G5 Sahel. Sur le continent européen, du personnel du Parlement ukrainien fait connaissance avec l’évaluation ex-post. Et le premier ministre tchèque se rend à Rome au QG de l’opération EUNAVFOR Med / Sophia.

Djibouti. Changement de commandement pour EUNAVFOR Atalanta

(Crédit : EUNAVFOR)

Le vice-amiral Simone Malvagna, de la marine italienne, à la tête du commandement du QG de l’opération Atalanta depuis avril 2018, a laissé sa place à son homologue espagnol Alfonso Nanclares. La cérémonie a eu lieu à bord de la frégate italienne anti-sous-marine ITS Carlo Margottini (F-592) lundi 6 août. L’état-major de la force anti-piraterie de l’UE a embarqué à bord du navire espagnol de débarquement l’ESPS Castilla (L-52). Durée de mandat prévu : quatre mois. NB : rappelons que le QG d’opération va passer aussi sous commandement espagnol en 2019.

Niamey (Niger). Formation des directeurs PTS des pays du G5 Sahel

(Crédit : EUCAP Sahel Mali)

Les directeurs de police technique et scientifique (PTS) des pays du G5 (Burkina Faso, Tchad, Mali, Mauritanie, Niger) ont participé à une formation organisée par la mission européenne de soutien aux capacités (EUCAP Sahel Mali), en partenariat avec la mission-soeur établie au Niger (EUCAP Sahel Niger), et la cellule de coordination régionale pour les pays du G5, basée au Mali. Cette formation est la première de la sorte. Elle a permis l’apprentissage et l’échange de techniques et expériences, ainsi que rendre « les forces de sécurité intérieure nigériennes désormais totalement autonomes en termes de PTS », selon Frank Van der Mueren, chef d’EUCAP Sahel Niger. La PTS permet notamment d’enquêter et poursuivre en justice les criminels, tout en luttant notamment contre le terrorisme, le crime organisé, le trafic d’armes et de drogues, la traite des êtres humains.

Ukraine. Quel chemin vers des lois plus efficaces

(Crédit : EUAM Ukraine)

Consultants juridiques du Parlement, représentants du secrétariat et de différents comités et départements du Parlement ukrainiens se sont réunis fin août (les 29-30 août) pour une formation sur l’évaluation ex-post. Dispensée par la mission de conseil de l’UE en Ukraine (EUAM Ukraine), la formation avait pour objectif de fournir des outils d’évaluation d’une loi sur différents points : son exécution, son évolution, la qualité de sa prise de décision, l’atteinte de ses buts, ainsi que la prise conscience d’une responsabilité du Parlement. L’évaluation ex-post est un outil également utilisé dans plusieurs États européens et qui s’appuie sur le projet précédent d’évaluation d’impact dans la prise de décision avant la rédaction d’une législation.

Un responsable tchèque à Rome

(Crédit : Opération Sophia)

En déplacement politique à Rome, Andrej Babis, le Premier tchèque en a profité, mardi (28 août), pour visiter le QG de l’opération Sophia / EUnavfor Med. Une première visite pour le leader tchèque, alors que Prague n’a pas encore envoyé dans l’opération anti-trafics de l’UE des moyens opérationnels. Trois officiers sont néanmoins présents au QG d’opération.

(Informations recueillies par Aurélie Pugnet, st.)