Les feux font rage en Suède. Le plan bleu déclenché. Des canadairs français arrivent (V2)

(B2) Deux avions Canadairs CL415 et un Beech 200 de la sécurité civile française arrivent ce jeudi (19 juillet) en Suède afin de renforcer les moyens locaux engagés contre les importants feux de forêts. La Suède manque de moyens anti-incendies. Stockholm a décidé de déclencher le « plan bleu »

(crédit : SVT)

Situation critique, appel à l’aide

Stockholm a décidé de déclencher le mécanisme européen de protection civile. Des hélicoptères norvégiens sont déjà sur place depuis dimanche soir : deux d’entre eux à Älvdalen et Dalarna, deux à Bollnäs et deux à Örebro, selon la télévision suédoise. Deux bombardiers d’eaux italiens sont arrivés mercredi en renfort. Et les moyens français — deux Canadairs et un avion de reconnaissance — vont être à pied d’œuvre aujourd’hui. Ils seront basés à l’aéroport d’Örebro. Un renfort particulièrement « précieux » par MSB, l’agence suédoise de sécurité civile. Ces avions (comme leurs homologues italiens) peuvent emporter 6000 litres d’eau à chaque rotation. NB : Soit largement plus qu’un hélicoptère qui n’emporte que 500 litres à chaque rotation.

Renforts terrestres de quatre pays et aide satellitaire

D’autres renforts sont venus d’Allemagne (5 hélicoptères) et de Lituanie (1 hélicoptère), du Danemark (12 véhicules et 55 personnels) de Pologne (44 véhicules et 139 pompiers). Par ailleurs le satellite de reconnaissance terrestre Copernicus a été mis aussi à contribution pour fournir des cartes d’évaluation des dégâts dans les zones touchées.

Situation critique

La situation est critique depuis plusieurs jours dans plusieurs parties du pays au Jämtland, au Hälsingland et au Dalarna, au nord et au centre de la Suède. Devant l’avancée des flammes, des villages ont dû être évacués. Environ 75 foyers étaient recensés au début de semaine. « C’est une situation grave et le risque de feu de forêt est extrêmement important dans tout le pays », constate Jakob Wernerman, directeur des opérations de l’agence suédoise de protection civile MSB.

Un manque de moyens

Les Suédois n’ont pas vraiment d’équipement aérien anti-incendie à l’image des pays du Sud qui font face plus régulièrement à ce genre de menaces. La polémique commence d’ailleurs à enfler en Suède sur cette faiblesse. Les sept hélicoptères de la marine de type Agusta Westland AW139 notamment ne peuvent pas être employés, car ils n’ont pas le crochet nécessaire pour embarquer des ballons d’eau, selon une enquête de SVT, la télévision suédoise.

La solidarité européenne dans tous les sens

Commentaire : Curieux retournement de situation, également. La Suède (comme quelques autres pays du nord de l’Europe, Pays-Bas, Allemagne…) ont parfois rechigné à débloquer les moyens (financiers et matériels) ou renforcer les moyens permanents de protection civile — surtout défendus par les pays du sud : Italie, Grèce, … — qui en ressentaient le besoin (Lire : Protection civile, comment l’Europe a perdu une bataille). Et, aujourd’hui, ce sont les pays du sud qui sont appelés à la rescousse. Il est vrai que Stockholm dans la crise migratoire n’a pas mégoté sur son assistance, engageant ses garde-côtes notamment au large de la Grèce (lire notamment : Un garde-côte suédois blessé lors d’une opération de Frontex).

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire notre fiche sur le mécanisme européen de protection civile

Lire aussi : Protection civile. Le système actuel est dépassé. La Commission propose d’aller de l’avant

Mis à jour le 22.7 avec les données d’autres pays contributeurs

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).