Macron, Merkel, May… face à la décision de Donald Trump (la preuve par l’image)

(B2) Un court aperçu sur les différents sites de l’Élysée (France), de la Chancellerie (Allemagne) et du 10 Downing street (Royaume-Uni), permet d’avoir visuellement la preuve en images du contraste de réaction qui anime les trois pays européens les plus impliqués dans l’accord.

Au-delà de l’unanimité apparente de la déclaration publiée à trois, on sent clairement un retrait britannique sur cette question qui confirme une analyse des différentes prises de position des trois pays (Lire : Le chemin de Washington des Européens. A la recherche d’une troisième voie). La forme rejoint le fond…

Suractif, présent ou discret, voire quasi absent

Pour l’Élysée, le sujet Iran est le premier sujet, très visible, avec une déclaration bien visible des E3 (dans le coin haut, gauche, le plus lu naturellement par l’œil), et au-dessous l’entretien téléphonique du même jour avec Donald Trump. Emmanuel Macron est actif et entend le montrer.

En Allemagne, le sujet ‘Iran’ est aussi présent, même s’il n’est pas mis autant en valeur. L’explication sur la question nucléaire iranienne figure bien en bonne place. Même si l’illustration du premier sujet de tête est en relation avec une autre question (le regroupement familial), elle pourrait presque être un sujet d’illustration pour l’Iran. Angela Merkel est plus discrète mais bien ferme dans les positions.

Chez les Britanniques, la Première ministre Theresa May semble plus intéressée par la cybersécurité, le Commonwealth, le commerce voire la Syrie. Il faut chercher en bas de colonne à droite pour trouver la déclaration des E3 ! Theresa May a l’esprit ailleurs, Brexit oblige, et le site le montre bien…

(Nicolas Gros-Verheyde)