Un collaborateur du CICR tué au Yémen

(B2) Hanna Lahoud, ressortissant libanais, responsable du programme de détention du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au Yémen a perdu la vie samedi (21 avril). Alors qu’il était en route pour une visite de prison dans la banlieue de Taiz, le véhicule du CICR dans lequel il se trouvait a été attaqué par des hommes armés inconnus dans la banlieue de Taiz. H. Lahoud a été transporté à l’hôpital où il est mort des suites de ses blessures.

Un secouriste de la Croix-Rouge libanaise

Une attaque qui sème la consternation. Au CICR,  on se dit « profondément choqué » par ce qui est décrit comme un « assassinat ». « Nous condamnons cette attaque brutale et apparemment délibérée contre un travailleur humanitaire engagé », souligne le directeur du CICR au Moyen-Orient, Robert Mardini. Hannah Lahoud était entré au CICR en 2010 et avait occupé plusieurs postes sur le terrain mais également au siège de l’institution à Genève. Auparavant, il avait été durant plusieurs années secouriste bénévole à la Croix-Rouge Libanaise.

Une ligne de front

Il y a quelques jours, nous avions rencontré à Bruxelles le délégué du CICR au Yémen qui racontait la difficulté de la situation sur place : « Il y a des lignes de front que l’on traverse, d’autres que l’on contourne ». Mais Alexandre Faite se réjouissait de pouvoir « se rendre à des endroits qui sont, a priori, difficiles d’accès, comme la ville de Marib ou la ville assiégée de Taëz, divisée par la ligne de front » (Lire : Au Yémen, l’urgence est de sauver les infrastructures qui s’effondrent). La ligne de front s’est révélée plus dure…

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).