Viktor, jouisseur de l’histoire, illibéral si nécessaire, provocateur discipliné

(B2) En se disant le chantre de l’illibéralisme, Viktor Orban ne se positionne pas seulement sur le champ politique européen, il ressuscite un modèle national faisant appel à des références nationales.

Viktor Orban prêtant serment devant le Parlement en mai 2014 (crédit : gouverment HU / Archives B2)

Si l’actuel Premier ministre hongrois entend se faire réélire en surfant sur une vague conservatrice nationale (Lire aussi : Élections en Hongrie. Viktor Orban guigne un nouveau mandat), ce n’est pas sans raison. Il fait résonner dans les têtes de chaque citoyen hongrois certaines réminiscences nationales.

Magyarisation contre libéralisme

Au temps de l’Autriche-Hongrie, à la fin du XIXe, les Habsbourg veulent afficher un modèle libéral, de monarchie éclairée. Les partis hongrois freinent des quatre fers face à un libéralisme qui semble menacer leur existence. Ils refusent ainsi le suffrage universel, proposé par Vienne, qui menace de les noyer dans les autres minorités du Royaume (les Hongrois ne forment qu’à peine plus de la majorité de la population). Ils revendiquent la magyarisation de la société. Ils veulent notamment une armée ‘magyarisée’ avec la langue hongroise imposée dans les rangs. Ils s’affichent ‘nationalistes’, voire indépendantistes, l’autonomie hongroise vis-à-vis de Vienne. Ce qu’on appelle le Compromis qui dote la Hongrie d’un gouvernement autonome, à l’exception de trois ministères (Affaires étrangères, Guerre et Finances) qui restent communs. Cette Union personnelle étant personnifiée dans la personne de l’empereur d’Autriche (François-Joseph) qui est aussi Roi de Hongrie.

Surfer sur l’histoire

En s’affichant « illibéral », l’actuel Premier ministre hongrois fait ainsi résonner des sentiments de l’histoire hongroise. En s’opposant à l’immigration musulmane, il utilise le ressort naturel des habitants du pays contre l’ancien occupant … turc. En s’opposant de façon ostensible à l’Union européenne, il n’a pas besoin de mots pour indiquer que l’Union critiquée aujourd’hui pourrait aussi bien être celle de l’Empire austro-hongrois comme de l’Union soviétique.

L’appel à un tissu politique traditionnel

Dans une Hongrie qui s’est appauvrie relativement au fil des années (2), le leader de la Fidesz se positionne dans la lignée historique du parti paysan et du parti des petits propriétaires qui, historiquement, ont composé le tissu de la vie politique hongroise. D’où la droitisation du discours. Si on veut comprendre un peu le jeu de Viktor Orban, il faut prendre en compte cette donne métaphorique.

L’Europe utilisée comme un repoussoir commode

Viktor Orban utilise sciemment l’Union comme un repoussoir, un adversaire d’autant plus facile qu’il se laissera faire sans broncher ou réagira de façon désordonnée. Une petite déclaration — sur les migrants, les ONG, Georges Soros… — et il est assuré d’avoir des réactions qui lui permettent de se prévaloir comme le champion de la ‘magyaritude’ face aux étrangers ou aux migrants, de la nation contre les Européens. D’où ces régulières provocations vis-à-vis du pouvoir européen qui sont autant d’appels du pied de l’histoire. Le dirigeant se garde sagement de ne pas franchir trop de lignes rouges. Il frôle la ligne, la dépasse un peu, mais malgré toutes les rodomontades, revient dans le rang très vite. Il est en fait plus docile qu’il en a l’air (fonds européens obligent notamment).

L’anticipation du tournant de la droite européenne

Sans partager les points de vue du dirigeant hongrois, il faut cependant reconnaitre qu’il a posé quelques principes discutables, qui ont aujourd’hui été repris par d’autres : la fermeture des portes aux migrants, le durcissement des contrôles aux frontières extérieures (1), le rétablissement des contrôles aux frontières intérieures de l’espace Schengen. Dernier principe repris aujourd’hui tant par l’Autriche que par la France. Au sein du parti populaire européen, c’est désormais plutôt la doctrine ‘Orban’ qui a le vent en poupe que la doctrine ‘Merkel’ de l’été 2015. Même au niveau économique, en imposant une taxe sur les SMS ou textos téléphoniques, les transactions par carte bancaire, sur les sodas et les hamburgers, ou sur les fournisseurs privés d’énergie, en prévoyant une taxe sur les fournisseurs d’internet, il a certes fait feu de tout bois pour trouver de nouvelles ressources. Il a provoqué l’ire de la Commission qui a crié à la discrimination des grosses entreprises européennes. Mais il a créé un certain modèle, incontestable : le modèle ‘Orban’.

(Nicolas Gros-Verheyde)


(1) Malgré son caractère brutal, la mise en place d’une frontière physique — fil barbelés et grillage — à la limite de la Hongrie avec la Serbie est ni plus ni moins le respect des prescriptions Schengen que Budapest avait laissée inappliquée pour des raisons historiques. De l’autre côté de la frontière se trouve la Voïvodine, où vivait et vit toujours une forte minorité hongroise. Maintenir la frontière ouverte était une manière de reconnaitre que le lien entre ces populations ‘hors des murs’ depuis le Traité de Trianon et la mère patrie n’était pas rompu.

(2) Un appauvrissement relatif. Quand on visite Budapest, on est frappé par une ville qui est restée immuable à elle-même. En 30 ans, contrairement à ses voisines, de Varsovie à Ljubljana en passant par Prague ou Bratislava, ces villes se sont transformées, ont retrouvé un certain lustre et une certaine modernité. Budapest qui était avant 1989, une espèce de ville lumière dans un océan de grisailles, est passée lanterne rouge.