Plus de 300 migrants récupérés au large des côtes libyennes par EUNAVFOR Med ces trois derniers jours

Plus de 300 migrants récupérés au large des côtes libyennes par EUNAVFOR Med ces trois derniers jours

Share

En route vers le Santa Maria (crédit : EUNAVFOR Med)

(B2) Ces derniers jours, les opérations de sauvetage se multiplient en Méditerranée centrale, au large de la Libye, où la pression de migrants et réfugiés fuyant le continent africain ne semble pas se relâcher malgré l’hiver.

Trois navires et deux avions engagés

Trois navires placés sous le commandement européen – la frégate lance-missiles espagnole Santa María (F-81), la frégate légère furtive française Aconit (F-713) et le navire britannique hydrographique Echo (H-87) – ont ainsi été impliqués dans huit opérations de sauvetage, sous la direction du Centre italien de coordination du sauvetage maritime (MRCC), a appris B2 du QG de l’opération Sophia (alias EUNAVFOR Med) permettant de récupérer plus de 300 migrants (1). En l’air, deux avions de patrouille maritime espagnol et luxembourgeois ainsi qu’un hélicoptère espagnol assuraient la veille, permettant de détecter les bateaux en détresse et de guider précisément leurs collègues au raz de l’eau. Depuis le début de l’opération Sophia, en juin 2015, « les équipages de l’UE ont sauvé plus de 43.200 personnes en détresse en mer » précise-t-on à Rome.

1400 migrants sauvés en début de semaine

En début de semaine déjà, les gardes-côtes italiens, avaient annoncé avoir assuré la récupération d’environ 1400 migrants et réfugiés lors de 11 opérations de sauvetage en Méditerranée centrale. Deux bâtiments des gardes-côtes et des douanes italiennes, deux navires des ONG (ProArm et Aquarius) et un navire de l’opération navale européenne EUNAVFOR MED (Santa Maria) avaient été engagés. NB : D’après l’OIM, 1671 migrants ont ainsi été secourus dans les eaux entre la Libye et l’Italie ces deux jours : 1457 mardi et 214 mercredi.

Une barge remplie à ras bord, avec plus de 400 personnes à bord

La plus grosse opération consistait à venir au secours d’une barge à deux étages où plus de 400 personnes s’étaient entassées dans des conditions extrêmement précaires. « Le risque était élevé » relate La Republicca. « La barge peut s’effondrer à tout moment ». C’est là qu’ont été relevés les deux morts (dont un enfant). L’Aquarius de Sos Méditerranée a pris en charge 67 personnes, transbordés ensuite sur le navire militaire espagnol Santa Maria. Le patrouilleur Sabrata de la Garde-côte a récupéré, de son côté, mercredi (17 janvier) 234 migrants qui se trouvaient à bord de deux canots pneumatiques dans de très mauvaises conditions. Le premier bateau a été intercepté près de Mellitah (à une centaine de kilomètres à l’ouest de Tripoli) et la deuxième au nord de Zuara (Zouara) (60 km de la frontière avec la Tunisie), raconte l’agence Ansa.

Sauvetages en série pour la garde-côte libyenne

Quant à la Garde côtière libyenne, elle a signalé avoir sauvé 352 migrants répartis dans trois canots pneumatiques. Le premier bateau a été intercepté 40 miles au nord de Gasr Garabulli (Castelverde) dans le district de Tripoli, tandis que les deux autres étaient 12 miles au large de Zuara. Les migrants ont été ramenés à Tripoli et emmenés dans un centre d’accueil.

Depuis le 7 janvier, la Garde côtière libyenne affirme avoir procédé à au moins cinq autres interventions : le 7 janvier au large de Garabulli, à l’est de Tripoli (290 migrants sauvés, 2 morts). Le 8 janvier, au large de Garabulli (135 migrants, dont 5 enfants et 49 femmes, dont 10 dans un état délicat). Le 9 janvier, la garde côtière libyenne est venu au secours de trois bateaux en difficulté, réussissant à sauver un total de 300 personnes, mais un navire a coulé, causant la disparition d’environ une centaine de personnes.

Un taux de 10% de décès pour la première quinzaine de janvier

En cette saison, la traversée est particulièrement risquée. Selon les estimations de l’OIM (Organisation internationale pour les migrations), pour la première quinzaine de 2018 (jusqu’au 17 janvier), 1093 migrants sont arrivés en Europe sur la voie de la Méditerranée centrale, largement moins que pour la même période en 2017, avec 2393 arrivées (ces chiffres ne tiennent pas compte en bonne partie des dernières arrivées de mardi et mercredi). Tandis que les décès se sont élevés à 179 au cours de la même période. Soit un taux de plus de 10% (largement supérieur à ce qui est observé d’habitude, 2-3%).

(NGV)

(1) 106 migrants ont été récupérés par Aconit a assuré le président français Emmanuel Macron lors de ses voeux aux armées sur le BPC Dixmude ancré en rade de Toulon.

Mis à jour : précisions sur les données de l’OIM et sur la frégate Aconit