Les agriculteurs ne paieront pas pour le Brexit (Phil Hogan)

(B2) Irlandais de nationalité, Phil Hogan, l’actuel commissaire européen chargé de l’Agriculture veut entamer dès aujourd’hui le chantier de la future PAC. Une réforme qui vise à redonner aux États une certaine marge de décision et qui intervient en plein débat financier sur l’après Brexit.

Le commissaire européen à l’Agriculture, Phil Hogan © NGV / B2

Le Royaume-Uni s’en va, et l’Europe doit faire face à de nouveaux défis, qui va payer la note au final, les agriculteurs ?

Qui parle de diminuer le budget ? Je n’ai rien entendu de la sorte pour le prochain cadre financier (NB : pour 2021 – 2027). Les États membres, la France, ont une option : augmenter leur contribution. Si les pays veulent soutenir une politique agricole commune forte, ou d’autres politiques, ils sont libres de le faire. La Commission fait une proposition. Mais c’est ensuite à eux et au Parlement européen de décider. Il y a d’autres ressources possibles : des taxes sur l’énergie ou le carbone, le marché des émissions, comme le montre un rapport de Mario Monti.

Vous préparez la prochaine réforme de la PAC. On va enlever le C dans la politique commune craignent certains ?

Non. C’est important de conserver la politique agricole commune, la PAC. C’est un grand succès. Nous avons pu créer beaucoup d’emplois, assurer des exportations. Nous avons toute une série de règles communes pour aider les agriculteurs en difficulté. Il n’est pas question de supprimer la PAC. Je veux construire l’agriculture de 2030, qui ait de meilleurs résultats, soit plus verte, remplisse nos objectifs de changement climatique, avec des règles simplifiées et plus flexible.

La flexibilité, ce n’est pas chacun ses règles ?

Non. Notre politique aujourd’hui est trop complexe. Les agriculteurs ne sont pas contents, les États non plus. Il faut évoluer. Il faut une agriculture plus environnementale. Mais ce ne peut pas être les mêmes politiques en Finlande, en Grèce ou en France. Nous allons donc fixer des objectifs généraux à atteindre, des objectifs communs. Ensuite chaque pays sera libre de déterminer, dans un plan qu’il nous communiquera, comment il compte les atteindre.

Vous avez entamez une réforme du bio, est-ce vraiment une bonne réforme ?

Nous avons décidé de réviser ces règles face à plusieurs scandales, notamment l’importation de produits non biologiques qui mettaient en cause toute la filière. Le niveau de contrôle était insuffisant, les règles aussi. Nous avons donc tenté d’avoir des mesures plus fortes, d’harmoniser les règles en étendant la définition des produits biologiques dans un certain nombre de zones. Pour nous, cela a été une bonne opportunité de mettre des normes biologiques partout au même niveau, y compris pour les produits importés. Nous voulons réduire les résidus de pesticides dans les produits biologiques. C’est un secteur important pour l’agriculture. Et en forte croissance. C’est ce que les consommateurs veulent.

Comment allez-vous assurer le contrôle ?

Nous avons aujourd’hui des technologies, comme les satellites, permettant d’assurer le contrôle sans paperasse. Si les objectifs ne sont pas appliqués, nous récupérerons l‘argent qui n’aura pas été bien versé. On pourra aussi suspendre les paiements.

Avant la PAC, le glyphosate. Vous avez proposé de reconduire l’autorisation de ce pesticide pour cinq ans, décision approuvée par les États membres. Une bonne option ?

J’adorerais une agriculture du futur, sans pesticide et sans produit chimique. Bien sûr ! Mais ce n’est pas une option réaliste aujourd’hui. Nous avons décidé de réautoriser le glyphosate pour cinq ans, car cette mesure a été approuvée par deux agences scientifiques indépendantes — l’EFSA (l’Agence européenne pour les produits alimentaires) et l’Agence européenne pour les produits chimiques…

Le président français Emmanuel Macron a, pourtant, annoncé son intention de mettre fin, dans les trois ans…

C’est un objectif vraiment très ambitieux. Si un État veut aller plus vite, il a parfaitement le choix de le faire. Ce qui est important, c’est d’avoir un produit efficace, alternatif au glyphosate, dans les jardins comme pour toutes les cultures.

Finalement, whisky ou vin ?

Je vous l’avoue, je préfère le vin rouge (et la bière). J’aime bien le Château Barton par exemple…

 

(Propos recueillis par Nicolas Gros-Verheyde, à Bruxelles)

interview réalisée en tête-à-tête dans le bureau du commissaire à Bruxelles. Version enrichie et complétée d’une interview parue dans Sud-Ouest le décembre

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).