L’UE déploie une mission à Bagdad pour aider les forces de sécurité intérieure irakiennes. Pourquoi ?

L’UE déploie une mission à Bagdad pour aider les forces de sécurité intérieure irakiennes. Pourquoi ?

Share

Le commandant des opérations civiles européennes, Kenneth Deane avec le Premier ministre irakien Haidar Al-Abdai, lors de la cérémonie d’inauguration le 22 novembre à Bagdad.

(B2) L’Union européenne est de retour à Bagdad, dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC). Elle vient de déployer, en toute discrétion (1), une mission, dénommée « EUAM Irak », chargée de conseiller les forces de sécurité intérieure iraquiennes.

C’est la première mission civile lancée sous le mandat « Mogherini » au titre de la PSDC. Les deux dernières missions civiles lancées, l’avaient été en décembre 2014 (EUAM Ukraine) et janvier 2015 (EUCAP Sahel Mali) mais correspondaient à des missions préparées sous le mandat précédent (mandat Catherine Ashton). Deux missions/opérations militaires ont été lancées sous le mandat de l’actuelle Haute représentante : en Méditerranée (EUNAVFOR Med/Sophia) et en Centrafrique (EUTM RCA qui a succédé à une mission précurseuse EUMAM RCA).

Quel est l’objectif de cette mission ? 

L’objectif est d’appuyer le gouvernement irakien dans sa réforme du secteur civil de la sécurité (2). Comme l’explique le chef de la mission, Markus Ritter, « EUAM Irak va assurer la complémentarité avec les divers efforts en cours pour renforcer la sécurité intérieure en Irak et se concentrer sur les zones critiques identifiées par les partenaires irakiens ».

Pourquoi le nom de EUAM pour cette mission ?

De son nom entier, « European Union Advisory Mission in support of Security Sector Reform in Iraq », on a tiré l’accronyme EUAM Iraq. Une mission du même type est déployée en Ukraine (EUAM Ukraine).

EUAM va-t-elle assurer la sécurité sur le territoire irakien ?

Non. Comme son nom l’indique, EUAM n’est qu’une mission de conseil. Il ne s’agit pas ici d’une mission avec mandat exécutif (de force).

Où va travailler la mission ?

La mission est basée à Bagdad même, dans la zone « rouge », à l’Hotel Babylon dans un premier temps (qui fait face à la zone verte, sur l’autre côté du fleuve). Selon nos informations, une fois sa pleine capacité opérationnelle atteinte, la mission devrait passer dans un compound propre.

Combien de temps va-t-elle durer ?

Le mandat est prévu pour un an, jusqu’au 17 octobre 2018. Mais, comme d’ordinaire, ce mandat est reconductible. Et la mission devrait durer plusieurs années.

Qui finance l’opération ?

EUAM Irak est financée sur le budget européen, sur la ligne de la politique extérieure et de sécurité commune (PESC). Le budget attribué pour la première année est de 14 millions d’euros. Une bonne partie de l’enveloppe sera destinée à payer les personnels et la sécurité des expatriés.

Qui dirige l’équipe ?

C’est un Allemand, Markus Ritter, qui a été nommé chef de mission. Policier de formation et chef adjoint de la police fédérale à l’aéroport de Francfort, il a également participé régulièrement à plusieurs missions internationales de l’ONU, de l’UE, ou en bilatéral (Kosovo, Afghanistan).

Combien de personnes forment la mission ?

L’équipe d’EUAM comptera, à terme, une fois tous les recrutements effectués, 35 experts européens (51 personnes en tenant compte du personnel local). A cela s’ajoute aussi les agents de sécurité, fournis par une société privée.

La mission travaillera-t-elle en solo ? 

Non. Les Européens vont travailler en étroite coordination avec leurs collègues de la délégation de l’UE en Irak ainsi qu’avec les autres partenaires internationaux présents, comme le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), ainsi que l’OTAN et la coalition mondiale contre Daech (dirigée par les Américains).

Est-ce la première mission européenne sur l’Irak ? 

Non, de 2005 à 2013, l’Union européenne avait mis en place une mission EUJUST Lex Irak, afin de renforcer les capacités judiciaires en Irak. Cette mission a d’abord travaillé hors d’Irak (les conditions de sécurité n’étant pas réunies) puis à l’intérieur du pays (lire : La mission EUJUST Lex déployée dans tout l’Irak. Mais toujours pas d’accord Soma). Et notre fiche : EUJUST Lex Iraq

(Elena Barba & Nicolas Gros-Verheyde)

(1) D’ordinaire, le lancement d’une mission s’accompagnait au minimum d’une conférence de presse ON record du chef de mission, et d’un briefing OFF record. Ce temps-là est révolu. La priorité ne semble plus vraiment mise sur les missions / opérations de la PSDC…

(2) Il faut préciser qu’il s’agit bien d’une mission de conseil auprès des forces de sécurité intérieure et non portant sur la « sécurité civile », comme c’est parfois mentionné dans les documents européens. Une erreur de traduction et, surtout, une erreur de sens.

Aller plus loin, lire notre fiche complète sur la mission EUAM, L’opération EUAM Iraq de conseil à la sécurité intérieure