La Corée du Nord aidée par deux entreprises russe et ukrainienne ?

(B2) Dans un rapport publié ce lundi (14 août), le think-tank basé à Londres International Institute for Security Studies (IISS) révèle que l’arsenal nord-coréen de tirs balistiques ne se serait pas développé grâce au génie des ingénieurs coréens. Il n’a pu que bénéficié de l’apport de sources extérieures pour se développer aussi vite, notamment en matière de moteur de fusées longue portée.

« Les preuves disponibles indiquent clairement que le carburant propergol liquide est basé sur la famille des moteurs soviétiques RD250 et a été modifié pour opérer comme une force de propulsion pour [les missiles] Hwasong-12 et Hwasong-14 » indique le chercheur Michel Elleman dans son rapport.

Et il nomme cet apport extérieur : deux entreprises d’ex-URSS expertes dans leur domaine : l’une basée en Russie  à Moscou et St Petersbourg (Energomash / W.P. Glouchko) — spécialisée dans la conception et la construction de moteurs-fusée à ergols liquides –, l’autre en Ukraine à Dnipropetrovsk (KB Yuzhnoye ou Bureau d’études Ioujnoïe)…

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Une pensée sur “La Corée du Nord aidée par deux entreprises russe et ukrainienne ?

  • 15 août 2017 à 15:15
    Permalink

    Ils serait plus complet de préciser que cette « information » a été formellement démentie hier par l’entreprise ukrainienne, ainsi que la Présidence ukrainienne, d’après l’AFP.
    Les contacts nord-coréens dans l’ancienne URSS leur permettent sans doute de se procurer cette technologie de manière discrète…
    Malgré un espionnage réel, de plus, il y a quand même beaucoup d’ingénieurs qui travaillent depuis longtemps dans le domaine spatial en Corée du Nord.
    On n’est pas obligé de « penser » comme les anglo-saxons que chaque avancée technologique est fruit de l’espionnage, les MiG et Spoutnik sont là pour prouver le contraire…

Commentaires fermés.